Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

L'étrange saga de Peter Gøtzche et du Physicians for Informed Consent

Publié par ScienceBasedMedicine, David Gorski, le 18 février 2019

Récemment, il a été observé que Peter Gøtzche, anciennement employé par Cochrane Nordic, figurait sur la liste des orateurs d'un quackfest anti-vaccin organisé par l'association anti-vaccin Physicians for Informed Consent, aux côtés de Robert F. Kennedy Jr, Toni Bark et Marry Holland. Deux jours plus tard, il annonçait qu'il ne prendrait pas la parole là-bas. Alors, que s'est-il passé ? Et qu'est ce que le Physicians for Informed Consent ?

J'ai failli ne pas écrire sur le sujet aujourd'hui parce que, comme beaucoup de différends sur Twitter, quelque chose se passe un jour et apparemment il s'est résolu deux jours plus tard. En effet, si j'avais écrit sur ce sujet vendredi soir ou samedi, j'aurais dû apporter des modifications majeures au texte. D'autre part, c'est une histoire qui me permet de parler d'un groupe que je souhaitais évoquer depuis longtemps, à savoir le groupe anti-vaccin appelé Physicians for Informed Consent (PIC) (en français, médecins pour un consentement éclairé). cela me permet également de discuter, dans les limites de ce que je connais de la saga du professeur Peter Gøtzche, ancien directeur du Nordic Cochrane Collaborative, quelqu'un de connu pour son franc-parler. C'est une personne qui flirte avec des idées relativement douteuses, notamment des idées anti-vaccinales à propos du virus du papillomavirus humain (VPH), et, comme je l'ai découvert, c'est une personne dont les admirateurs, par leur comportement, dégagent parfois une impression sectaire.

Voici comment cela a commencé vendredi :

Comme vous vous en doutez, une tempête a éclaté à ce sujet sur Twitter. Notez la liste des autres orateurs, une véritable galerie de "sommités" anti-vaccins, comprenant Robert F. Kennedy Jr., Mary Holland et Toni Bark. Notez que l'organisateur du workshop est Physician for Informed Consent, un groupe de médecins spécialisés dans le découragement vaccinal sous prétexte de promouvoir le "consentement éclairé". C'est en fait, bien sûr, un consentement mal informé que le PIC promeut, comme je l'évoquerai plus tard. Malheureusement, le PIC est influent car il est composé de médecins et de professionnels de la santé, tout comme l'Association of American Physicians and Surgeon (AAPS) (en français, l'Association américaine des médecins et chirurgiens) est influente, alors qu'il s'agit en réalité d'un groupe politique adorant Ayn Rand et se faisant passer pour une association de professionnels de la santé. Parce que je suis tombé malade vendredi, j'ai moi-même eu le temps de parler longuement de la raison pour laquelle ce serait une horrible idée pour le professeur Gøtzche de prendre la parole lors de cette conférence :

Finalement, dimanche matin, le professeur Gøtzche a tweeté qu'il ne prendrait pas la parole lors de la conférence :

Remarquez la tournure plutôt étrange de la dernière phrase. Je dirai un mot à ce sujet plus tard. Vous remarquerez également que le professeur Gøtzche ne dit pas qu'il se retire de la conférence et qu'il présente une excuse, comme si il ne connaissait pas la nature du workshop quand il a accepté d'y participer. J'ai trouvé cela assez étrange également.

Alors, que s'est il passé ? Comment le professeur Gøtzsche qui a été une voix éminente en faveur de la médecine basée sur les preuves, même en prenant en compte ses récents déboires, a-t-il accepté de parler au nom d'un groupe anti-vaccin ? Et non, je ne pense pas que le PIC ait menti sur le fait qu'il soit sur la liste des orateurs de sa conférence. Cela aurait été stupide et extrêmement auto-destructeur, car voir le professeur Gøtzsche démentir le fait qu'il ait accepté de parler aurait été un désastre en terme de relations publiques pour le PIC, bien plus désastreux que l'annonce de son retrait de la conférence, d'autant plus qu'il faisait partie de la liste des principaux orateurs.

Jetons un coup d’œil à la conférence tout d'abord. Ensuite, nous examinerons la récente histoire autour de Peter Gøtzsche. Enfin, j'expliquerais pourquoi je considère le PIC comme anti-vaccin, bien que la liste des invités à la conférence serait probablement une raison suffisante pour en conclure que le PIC est anti-vaccin.

Workshop et déjeuner du PIC 2019

Le workshop et le déjeuner du PIC sont prévus le 19 mars 2019 à Costa Mesa, en Californie, et Peter C. Gøtzsche en est la tête d'affiche. Le titre de son discours devait être "Comment la vaccination obligatoire viole l'éthique médicale", titre qui n'augure rien de bon. En fait, c'est le genre de titre que les anti-vaccins adorent, car ils prétendent souvent sans preuve que la vaccination "forcée" ou "obligatoire" est l'équivalent moral de ce que les médecins nazis en procès de Nuremberg ont fait. En effet, certains affirment explicitement que les obligations de vaccination scolaire vont à l'encontre du code de Nuremberg. C'est un sujet de discussion qui revient fréquemment chez les anti-vaccins. Par exemple, la grande dame du mouvement anti-vaccin elle-même, Barbara Loe Fisher, fondatrice de l'un des plus anciens groupes anti-vaccin, le National Vaccine Information Center, a déjà réalisé une vidéo intitulée “From Nuremberg to California: Why Informed Consent Matters in the 21st Century“ ("De Nuremberg à la Californie : l'importance du consentement éclairé au 21ème siècle"), une vidéo que j'ai déconstruite par ailleurs dans mon style inimitable habituel. Disons que sa vidéo présente des analogies nazies. Beaucoup d'analogies nazies.

En tout état de cause, le professeur Gøtzsche devait savoir qu'il s'agit d'un sujet de discussion de prédilection des anti-vaccins et aurait choisi un titre moins provocateur et qui sonne moins anti-vaccin. (Si il ne l'a pas fait, c'est qu'il ignorait les tactiques anti-vaccinales). Il n'y a rien de mal à discuter de l'éthique des obligations vaccinales. Cependant, apparaître avec des "sommités" anti-vaccins lors d'une conférence organisée par un groupe anti-vaccin n'est pas très attrayant, en particulier lorsque le titre de votre discours fait écho à l'un des sujets favoris des anti-vaccins.

Et qui sont ces sommités anti-vaccinales ? 

- Robert F. Kennedy Jr. Que dire de RFK Jr. que je n'ai pas déjà répété plusieurs fois ? C'est en 2005 que je lis pour la première fois ses écrits anti-vaccins lors de la publication de "Deadly Immunity", une publication conjointe de Salon.com et de Rolling Stone, à la honte éternelle de ces deux publications. En gros, c'était un récit complotiste anti-vaccin. Plus tard, je l'ai vu assurer que si l'on critique des femmes anti-vaccins, alors c'est que l'on déteste les mamans. Plus récemment, RFK Jr. s'est associé à la journaliste anti-vaccin Sharyl Attkisson pour promouvoir ce que j'aime appeler une "nouvelle théorie du complot" dans le genre "le CDC sait à quel point les vaccins sont mauvais". C'est un non-sens, bien sûr, comme toutes les théories du complot de Sharyl Attkisson, et qui s'ancre dans les affirmations d'un idiot utile appelé Dr. Robert Zimmermann. Le titre de son discours est "Vaccins obligatoires et Santé publique". Remarquez comment les orateurs de la conférence fétichisent le mot "obligatoire".

- Tony Bark. docteur en médecine. Le Dr Bark est un médecin "holistique" qui est devenu naturopathe et qui pratique, comme beaucoup de naturopathes, l'homéopathie. Bizarrement, elle a été conférencière, au côté d'Andrew Wakefield, sur la Conspira-Sea Cruise, une croisière pour les amateurs de théories du complot. Elle a également participé à une table ronde anti-vaccin intitulée "One Conversation", au cours de laquelle elle a exposé de graves désinformations antivaccinales. Elle fait partie d'un groupe de médecins anti-vaccins, bien que comme elle est devenue naturopathe, j'ai du mal à la considérer comme un médecin. Malheureusement, le charlatanisme de Bark ne l'a pas empêchée d'être autorisée à témoigner sur des cas de vaccination, y compris, hélas, un cas que j'ai traité il y a un an. Cependant, j'étais amusé du fait que Bark ne se soit pas vraiment couverte de gloire lors de ce procès. Pas étonnant qu'elle ait proposé sa propre entrée à l'Encyclopedia of American Loons. Néanmoins, elle se définit elle-même comme "témoin expert" en "dommages vaccinaux".

- Mary Holland. Mary Holland est avocate et professeur à l'Université de New-York et elle a sa rubrique dans l'Encyclopedia of American Loons susmentionnée. En gros, elle utilise les tribunaux et elle rédige des livres pour promouvoir l'idée scientifiquement discréditée selon laquelle les vaccins causent l'autisme. Elle utilise également son statut pour trouver des façons d'informer les conseillers du tribunal des vaccins et faire circuler la désinformation. Elle ne s’embarrasse pas non plus de l'éthique des essais cliniques pour ses recherches sur de misérables sujets humains sans approbation de l'Institutional Review Board.  

- Rick Jaffe. Rick Jaffe est surtout connu pour être l'avocat du charlatan du cancer Stanislaw Burzynski, bien que les deux parties se soient disputées pour des frais juridiques impayés. En résumé, il est l'un de ces avocats spécialisé dans la "liberté thérapeutique" qui défend des charlatans qui rencontrent des problèmes avec la FDA ou avec la Loi. En ce moment, il passe son temps à s'opposer aux efforts visant à éliminer les crédits du CME pour des cours charlatanesques de "médecine intégrative" et à défendre les propriétaires charlatans de clinique de cellules souches, bien que, pour être sincère, leur charlatanerie semble parfois être trop difficile à défendre, même pour lui. 

Et donc, quel est le programme de ce workshop ?

Voici la description qu'en fait lui-même le PIC :

"Le workshop et le déjeuner du PIC comprendront des conférenciers de renommée mondiale et des discussions collaboratives autour de l'éthique médicale, la santé publique, la vaccination obligatoire, les dispenses médicales, les maladies infectieuses et le droit. Les participants découvriront un cadre éducatif et des groupes de réflexion, un réseau d'avocats de premier plan et d'experts médicaux, et des liens avec leurs collègues. De plus, les participants assisteront à des séances de workshop au cours desquelles ils apprendront les meilleurs techniques pour recommander une dispense médicale à la vaccination qui permettra de protéger les enfants à risques de dommages vaccinaux,

Les sujets comprendront :

- Vaccination obligatoire et éthique médicale

- Outils pratiques et meilleures pratiques pour protéger les enfants à risque de dommages causés par la vaccination et améliorer la santé des patients

- Matériel pédagogique pour aider à évaluer les risques d'une maladie infectieuse par rapport aux risques du vaccin correspondant

- Données actuelles et historiques sur les maladies infectieuses des Centers for Disease Control and Prevention (CDC)  et National Center for Health Statistics

- Recherche scientifique existante sur les complications qui peuvent résulter d'effets indésirables de la vaccination et de circonstances médicales augmentant le risque d'effets secondaires des vaccins

- L'adoption de la loi de 1986 du National Childhood Vaccine Injury Act (NCVIA) 

- Le Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) et les limites des systèmes de surveillance passive (par exemple, seul 1% des effets indésirables graves causés par des produits médicaux sont rapportés aux systèmes de surveillance passive)

- Le National Vaccine Injury Compensation Program (VICP), les effets secondaires post-vaccinaux répertoriés dans la VICP Table of Injuries, et l'indemnisation de 4 milliards de dollars pour des cas de dommages post-vaccinaux graves."

Je vois ... beaucoup de matière anti-vaccinale là-dedans. Il y a beaucoup de préjugés dans cette liste, et le NCVIA est l'épouvantail préféré du mouvement anti-vaccinal. Par exemple, parler de "données actuelles et historiques provenant des Centers dor Disease and Prevention (CDC) et du National Center for Health Statistics" me fait fortement penser à la tactique de "les vaccins n'ont sauvé personne".

Il y a également quelques autres conférenciers à ce quackfest anti-vaccin. Par exemple, il y a Greg Glaser, l'avocat du PIC; Jacques Simon, un autre avocat; et Brad Hakala, encore un autre avocat. Regardons qui ils sont chacun à leur tour. Par exemple, voici la description de Greg Glaser par le PIC, et voici une citation de lui figurant sur le site du PIC :

"Comme la plupart des américains, je pensais que les vaccins étaient inoffensifs. Après les premières injections à ma fille, l'expérience m'a obligé à ouvrir les yeux et à effectuer des recherches. J'ai trouvé une liste d'ingrédients vaccinaux suspects, et une certitude absolue de la sous-notification généralisée des dommages post-vaccinaux dans notre population. Voir mon neveu souffrir après le vaccin ROR m'a également incité à rechercher des moyens holistiques de désintoxication des dommages causés par les vaccins."

Oui, Greg Glaser est clairement anti-vaccin, et il pense que les méthodes charlatanesques de "désintoxication" peuvent soigner les "dommages post-vaccinaux". Mais qu'en est-il de Jacques Simon ? Une chose, il aime apparemment conseiller les médecins sur la façon de rédiger des dispenses médicales en Californie :

"Ce groupe d'avocats examinera la SB277, la nouvelle loi californienne qui oblige tous les enfants à recevoir une prescription de vaccin dans les écoles publiques et privées. Ces experts discuteront des meilleures pratiques pour les médecins qui rédigent des dispenses médicales, ainsi que des normes juridiques pour les méthodes alternatives de diagnostic et de traitement et leur application dans le domaine des vaccins."

Sans surprise, il y aura un groupe similaire lors du quackfest 2019 du PIC intitulé "Meilleures pratiques pour les médecins recommandant une dispense médicale à la vaccination". Il est clair que l'idée est de montrer aux médecins comment rédiger des exemptions médicales sans être sanctionnés par le California Board of Medicine, comme l'a été le "Dr. Bob" Sears. En d'autres termes, l'idée est de continuer à vendre de fausses "dispenses médicales" en évitant les ennuis juridiques. Et, ne vous y méprenez pas, il s'agit d'une activité lucrative pour les médecins anti-vaccins et les charlatans.

Pendant ce temps, Brad Hakala est connu pour avoir intenté des poursuites judiciaires douteuses contre la SB277, la loi californienne qui interdit les dispenses non médicales de l'obligation vaccinale à l'école.

Oui, il s'agit bel et bien d'une conférence anti-vaccin.

Physicians for Informed Consent: au cœur des anti-vaccins

Dans la confusion autour de l'implication du Prof. Gøtzsche avec le PIC, la personne qui gère le compte Twitter du PIC n'a pas du tout apprécié et s'est sentie obligée de nier avec la plus grande virulence que le PIC est anti-vaccin :

Au cas où vous l'auriez manqué :

"Physicians for Informed Consent est-il une organisation anti-vaccin ?

Non, nous considérons les vaccins comme des médicaments, et nous respectons le droit de chacun au consentement éclairé (ou au refus avisé) des médicaments. Par conséquent, cette organisation n'est pas idéologiquement pro-vaccin ou anti-vaccin, mais plutôt en faveur de la santé, de l'éthique et du consentement éclairé en matière de vaccination (comme pour toute autre procédure médicale)."

Bien entendu, le PIC n'est pas réellement en faveur du consentement éclairé, mais plutôt en faveur de ce que j'aime appeler un "consentement mal informé". Voyez aussi les groupes avec lesquels le PIC s'est associé :

- Alliance for Natural Health
- National Vaccine Information Center
- Association of American Physicians and Surgeons (AAPS)
- Oregonians for Medical Freedom
- IPAK (C'est le groupe de Jeffrey Lyons-Weiler’ qui est anti-vaccin.)
- Vermont Coalition for Vaccine Choice
- Informed Choice WA
- Immunity Education Group
- Michigan for Vaccine Choice
- SANE Vax

Et plus encore. Ce sont tous des groupes anti-vaccins. Et de loin.

Quant au PIC, il s'agit d'un groupe radical anti-vaccin, comme l'a souligné notre bon ami Skeptical Raptor. Par exemple, regardez son "équipe de direction". En plus d'être composée de charlatans "holistiques", l'équipe de direction du PIC comprend :

- Christopher Shaw, Ph.D. Nous en avons déjà parlé auparavant. Il a essayé de tenir le Gardasil pour responsable de décès et d'insuffisances ovarienne prématurées. Il est aussi connu pour torturer des souris au nom de la pseudoscience anti-vaccinale.

- Paul Thomas, Ph.D. Je le définis comme une étoile montant du mouvement anti-vaccin.

Tetyana Obukhanych, Ph.D. Une fausse autorité qui est férocement anti-vaccin.

- Gary Goldman, Ph.D. Gary adore faire passer des mauvaises études dans la base données VAERS pour accuser les vaccins de provoquer diverses maladies.

- Bob Sears, MD. Ai-je besoin d'en dire plus ?

Comme je l'ai dit auparavant, si le PIC n'est pas anti-vaccin, en tant qu'organisation, il le montre d'une très étrange façon. Regardez comment les risques du vaccin antirougeoleux sont mal interprétés.

Mais qu'en est-il de Peter Gøtzsche ?

Nous avons donc montré que la conférence à laquelle Peter Gøtzsche devait participer est une conférence anti-vaccin organisée par un groupe anti-vaccin et où défileront des personnalités anti-vaccins de premier plan. Donc, que s'est-il passé pour que Gøtzsche accepte de parler à ce quackfest anti-vaccin ? Le PIC a dû y voir une occasion majeure d'avoir quelqu'un avec une réputation comme la sienne de parler de son avis sur le fait que l'obligation vaccinale est contraire à l'éthique, un discours dont les anti-vaccins se gavent. Comment un des fondateurs de la Cochrane Collection et un ancien directeur de Cochrane Nordic peut-il être paumé au point de ne pas savoir que le PIC est un groupe anti-vaccin et que RFK Jr. est un des leaders du mouvement antivaccin ? Encore une fois, je ne crois pas les affirmations des followers de Gøtzsche qui prétendent qu'il n'a jamais été question qu'il parle à la conférence. Un groupe comme le PIC n'aurait jamais annoncé la présence de Peter Gøtzsche s'il n'avait pas au moins un e-mail de sa part lui demandant de participer.

Le problème, je pense, est que quelque chose est arrivé à Peter Gøtzsche au cours des dernières années. Disons-le franchement. Je l'admirais. En effet, au cours des dernières années, j'ai tout fait pour lui laisser le bénéfice du doute. Cependant, sa rhétorique est devenue de plus en plus radicale, en comparant big pharma à une organisation criminelle. Il est devenu aussi de plus en plus anti-psychiatrie, au point que sa rhétorique ressemble de façon désagréable à la Scientologie.

Ensuite, il y a les vaccins. En résumé, Gøtzsche et ses collègues du Cochrane Nordic ont rédigé une critique faiblement argumentée d'une méta-analyse Cochrane du vaccin contre le VPH, reprochant à l'article d'être biaisé et d'ignorer les preuves. Il a été largement admis que Gøtzsche et ses collègues (y compris Tom Jefferson, que nous avons critiqué auparavant) avaient largement sur-joué et qu'ils ont énormément surestimé les problèmes posés par l'étude.  Le résultat final de ce remue-ménage est que Gøtzsche a été démis du conseil d'administration de la Cochrane Collection, et que d'autres sont partis avec lui. De mon point de vue, en gros, Gøtzsche est devenu un peu délirant sur certaines questions, notamment sur la psychiatrie, le vaccin contre le VPH, et, sans doute, le dépistage par mammographie.

Alors pourquoi Gøtzsche a t'il fait cela ? Il n'y a pas de doute que c'est une bonne chose qu'il ait annoncé qu'il ne parlera pas à la quackfest antivax du PIC. Cela aurait été une victoire importante pour les anti-vaccins si Gøtzsche avait confié son prestige au PIC, exactement ce que les fous anti-vaccins voulaient.

Voici ce que je pense qu'il est arrivé. Le PIC a invité Gøtzsche a donner une conférence sur l'éthique de l'obligation vaccinale, une demande qui a joué sur son ego et sa défiance envers big pharma. Il est probable que Gøtzsche ne connaissait pas la véritable nature du PIC, et maintenant qu'il la connaît, il fait marche arrière. Bien sûr, je peux me tromper, mais je ne pense pas. A moins que Gøtzsche ne publie une explication plus complète que son tweet énigmatique ci-dessus, nous ne le saurons jamais. Quoi qu'il en soit, j'espère que Gøtzsche a pris une leçon.

Quant à moi, j'ai fini par lui laisser le bénéfice du doute, comme je le fais depuis deux ou trois ans.

Quelques jours après la publication de cet article, David Gorski, de ScienceBasedMedicine, a publié un nouvel article pour donner les suites de cette affaire. En voici de larges extraits.

Publié par ScienceBasedMedicine, David Gorski, le 25 février 2019.

Peter Gøtzsche et les anti-vaccins : Est-ce qu'un avocat de la science devrait parler lors d'une conférence anti-vaccin ?

[...]

J'ai spéculé sur le fait que le PIC a peut-être invité Gøtzsche à donner une conférence sur l'éthique des obligations vaccinales pour jouer sur ses suspicions extrêmes bien connues et souvent relatées sur big pharma, qu'il a comparé plus d'une fois à la mafia. J'ai également émis l'hypothèse que Gøtzsche ne connaissait pas la véritable nature du PIC, ce qui me stupéfie. Après tout, il vous suffit de consulter le fil Twitter du PIC, sa page Facebook et la liste des membres de son comité de direction pour s'apercevoir qu'il s'agit d'un groupe anti-vaccin. Cela veut dire que le professeur Gøtzsche ne s'est pas préoccupé  de la diligence raisonnable avant d'accepter l'invitation du PIC à prendre la parole. En tout état de cause, après que la tempête Twitter ait mis au jour la nature anti-vaccin du PIC, et le fait qu'il partagerait la scène avec Robert F. Kennedy et une véritable galerie de fous anti-vaccins, le prof. Gøtzsche a décidé sagement de faire marche arrière.

Bien sûr, à l'époque, je n'avais aucun moyen de savoir si mes hypothèses étaient correctes ou non. En effet, une femme particulièrement ennuyante sur Twitter m'a répété à plusieurs reprises que j'étais irresponsable d'avoir osé spéculer sur ce qui s'est passé, ce à quoi je lui ai répondu que ce n'était pas mon premier rodéo. J'ai déjà vu ce genre de choses se produire plusieurs fois auparavant, voir un groupe anti-vaccin essayer d'inciter un vrai scientifique à prendre la parole lors d'un de ses événements, sous un prétexte faux ou trompeur. Je savais donc que c'était l'explication la plus probable qui a mené le prof. Gøtzsche à parler lors du Workshop du PIC. En raison de ses opinions anti-pharmaceutiques bien connues, il était une proie facile pour ce genre de persuasion.

Il s'avère que j'avais (en grande partie) raison. Nous avons maintenant une explication. Alors, pourquoi ne pas simplement insérer l'explication maintenant connue à la fin de mon article d'origine comme simple mise-à-jour ? C'est simple. L'explication est un prétexte pour aborder un problème intéressant : est-il utile qu'un défenseur de la science parle lors d'un événement pseudo-scientifique ? Regardons tout d'abord ce que nous savons de cette histoire à présent.

Peter Gøtzsche et le PIC : Que s'est-il réellement passé ?

[...]

Un article en danois évoque l'incident au travers d'une interview du Prof. Gøtzsche.

[...]

"Le professeur Gøtzsche a annulé sa présentation au workshop d'une organisation vaccino-sceptique après que sa participation ait provoqué de vives critiques. Grotesque, déclare le protagoniste lui-même".

Anti-vaccins. Ils sont anti-vaccins. Ils ne sont pas "sceptiques" ou "vaccino-sceptiques". Cela me rend fou quand les journalistes qualifient les anti-vaccins de "vaccino-sceptiques". De plus, personnellement, je trouve grotesque qu'une personne de renommée internationale, telle que le prof. Gøtzsche accepte de prêter sa réputation à un groupe d'activistes anti-vaccins, mais ce n'est que mon avis (en fait, je suis sûr que ce n'est pas le cas). Quoi qu'il en soit, voici ce qui s'est passé, et il s'avère que je suis tombé plus ou moins juste dans mes conjectures :

[...]

"Cela me paraissait intéressant de prendre la parole, car j'ai le même point de vue que le PIC, à savoir qu'il ne devrait pas y avoir de contrainte à faire quelque chose que l'on vous force à faire. Nous sommes presque en psychiatrie - c'est le seul endroit où vous forcez les gens à faire quelque chose contre leur volonté. Je pense que la coercition en psychiatrie fait clairement plus de mal que de bien", déclare le professeur, qui souligne dans le même temps qu'il ne savait pas qu'il y aurait des conférenciers avec des opinions aussi extrêmes sur la question vaccinale, comme c'est le cas lorsqu'il a accepté de participer." 

Encore une fois, pourquoi le Prof. Gøtzsche n'a t'il apparemment pas pris la peine de demander qui prendrait la parole à la conférence ? Aurait-il identifié RFK Jr. comme anti-vaccin si il l'avait fait ? Après tout, RFK Jr. se décrit comme "fièrement pro-vaccin". Alors qu'il ne l'est absolument pas.

Quoiqu'il en soit, je comprend pourquoi le PIC aime tellement le prof. Gøtzsche. Bien qu'il ne s'en rende pas compte et qu'il le nie sans doute avec véhémence, il emprunte le discours anti-vaccin, au moins en ce qui concerne le "consentement éclairé", comme tous les anti-vaccins que je rencontre. J'imagine que c'est parce qu'il est trop désemparé pour se rendre compte que ce que les anti-vaccins considèrent comme un "consentement éclairé" n'est pas ce que lui, les médecins et les éthiciens considèrent comme un "consentement éclairé". En réalité, ce que préconisent les anti-vaccins, c'est le "consentement mal informé" pour lequel les risques de la vaccination sont considérablement exagérés (ou même inventés, comme l'affirmation selon laquelle les vaccins causent l'autisme) et les avantages sont diminués, voire niés. C'est une technique typique du mouvement anti-vaccinal.

En ce qui concerne les vaccinations "forcées", cette affirmation, elle aussi, est tirée de la stratégie anti-vaccin, cependant, je félicite le Prof. Gøtzsche pour sa retenue à ne pas évoquer le fascisme cette fois. En fait, la description de la vaccination "forcée" faite par le prof. Gøtzsche révèle, au minimum, son manque profond de compréhension de la vaccination aux Etats-Unis. Personne ne "force" les enfants à se faire vacciner. En pleine nuit, personne ne viendra frapper à la porte de parents qui hésitent à vacciner, pour vacciner leurs enfants de force. Les Etats ont une exigence très simple. Pour aller à l'école ou à la crèche, un enfant doit avoir reçu un certain nombre de vaccinations obligatoires minimales définies par l'Etat, basées généralement sur les recommandations du CDC, à moins qu'une contre-indication ne soit fournie. Chaque Etat définit ses propres exigences. De plus, dans tous les Etats sauf trois (Virginie occidentale, Mississippi et, depuis la SB277, la Californie), il est ridiculement facile d'obtenir une dispense non médicale basée sur des convictions religieuses ou personnelles à l'obligation des vaccinations scolaires.

Il s'avère que le prof. Gøtzsche est également très mécontent de votre serviteur :

"David Gorski a qualifié le PIC d’organisation anti-vaccin - ce que le PIC lui-même a rejeté sur son site internet - et a estimé que la volonté de Gøtzsche de prendre la parole lors du workshop de l'organisation devait être considérée comme un signe de résistance aux vaccins.

Gøtzche lui-même estime que le qualifier d'opposant aux vaccins est absolument grotesque.

"J'ai travaillé à trois stages comme premier médecin de réserve au département épidémie du Rigshospitalet (clinique de médecine infectieuse), donc j'en connais beaucoup sur les vaccins," déclare Peter Gøtzche, qui a annulé sa participation parce qu'un de ses collègues qui travaille avec lui pour la création d'un institut pour la liberté scientifique à Copenhague, craignait que la tempête ne fasse s'envoler leur travail à cet institut."

Voici un indice. Le professeur Gøtzsche a publié une attaque injustifiée et faiblement argumentée contre la méta-analyse de la Collaboration Cochrane sur la sécurité et l'efficacité du vaccin contre le virus du papillome humain (VPH), qui a été qualifiée (à juste titre d'après moi) de "travail de sape" qui comprenait un des tropes favoris des anti-vaccins à propos de l'utilisation de placebo salin plutôt que de placebo contenant de l'adjuvant et un autre trope anti-vaccin sur l'utilisation de "substituts" du cancer du col de l'utérus, appelés néoplasies intraépithéliales cervicales (CIN).

En ce qui concerne le nouvel Institut pour la liberté scientifique du prof. Gøtzche, je dois admettre que quand j'ai entendu ce nom, j'ai pensé aux organisations pour la "liberté thérapeutique", et les lecteurs réguliers savent en quoi consiste la "liberté thérapeutique". A part ma vision quelque peu cynique du nom de son nouvel institut, je remarque à quel point le prof. Gøtzsche semble plus inquiet pour ... oh, vous savez ... lui donner un air de légitimité scientifique qui témoigne de son prestige d'ancien dirigeant de la Collaboration Cochrane ... ce remue-ménage autour de son discours lors d'une conférence anti-vaccin aurait été une distraction désagréable en vue du lancement de son nouvel institut, dont le démarrage aura lieu lors d'une conférence le 9 mars, soit à peine une semaine avant la conférence du PIC. 

Cela nous amène à la raison avouée de ne pas avoir acceptée de prendre la parole à la conférence du PIC :

"Cette annulation agace Peter Gøtzsche, car une partie du but de sa présence était de tenter d'éluder le point de vue des vaccino-sceptiques. C'est une chose qu'il a appuyé auprès la fondatrice du PIC Shira Miller, qui est extrêmement sceptique à propos de la rougeole.

"Shira Miller s'offusque à tort sur sa vision du vaccin contre la rougeole, mais elle m'a invité à critiquer ce qu'elle écrit à propos de la rougeole. Et je voulais le faire, parce que c'est un excellent vaccin", déclare t'il."

Donc, Shira Miller a encouragé Gøtzsche à réfuter sa pseudoscience anti-ROR, qui est assez inouïe. Cela semble un peu difficile à croire; j'imagine qu'elle aurait voulu faire en sorte que le prof. Gøtzsche prenne la parole lors de sa conférence et que le statut que cela conférerait au PIC l'emporterait sur tout ennui mineur qui pourrait survenir si Gøtzsche critiquait ses positions férocement anti-vaccin.

[...]

Donc, Gøtzsche parlera t'il à la conférence du PIC ? Il a annoncé publiquement qu'il ne le ferait pas et je n'ai aucune raison de douter de sa parole. Cependant, il est étrange que les représentants du PIC semblent se foutre des autres participants potentiels en laissant une photo du prof. Gøtzsche sur la page web de la conférence et en disant qu'ils espèrent toujours qu'il parlera. Si j'étais le prof. Gøtzsche, j'exigerais que le PIC enlève ma photo et cesse de me montrer sur son site.

En fin de compte, le professeur Gøtzsche n'a qu'à s'en prendre à lui-même pour cette débâcle. Il a mal compris la nature d'un groupe anti-vaccin qui l'invitait à parler afin de l'utiliser pour promouvoir leur message anti-vaccin et il a eu une confiance démesurée et injustifiée dans sa capacité à persuader les idéologues et les fanatiques qu'ils ont tort. Il a perdu les pédales à un niveau alarmant, et je ne le vois pas s'en remettre prochainement.         

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article