Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Qu'est que le Vaccine Guide ?

Depuis plusieurs jours a été mis en ligne un "guide des vaccins", largement partagé sur les réseaux sociaux antivaccins, côté anglophone surtout. Malheureusement, ce guide des vaccins posent de nombreux problèmes. Le blog VaccinesWorkBlog les expose :

enlightenedAfin de ne pas contribuer au référencement de cette ressource antivaccin, le lien vers ce Vaccine Guide est volontairement erroné. Si vous désirez le consultez, ajoutez un "e" à la fin du lien.

Qu'est-ce que le Vaccine Guide ?

Je vois de plus en plus le "Vaccine Guide" (guide des vaccins) sur les réseaux sociaux et j'ai décidé de le consulter. Qu'est-ce que c'est, qui l'a fait, qu'est-ce qu'il y a à l'intérieur? 

Le Vaccine Guide est un site web très soigné et bien conçu avec un guide censé contenir tout ce que vous devez savoir sur les vaccins. Vous pouvez parcourir les informations en ligne en cliquant sur les sections colorées ci-dessous ou vous pouvez les télécharger et les imprimer. Les gens les vendent également, déjà imprimés, en ligne pour environ 170 $ en couleur. Le guide a été créé par Ashley Everly Cates, une femme habitant l’Idaho titulaire d’un baccalauréat en toxicologie environnementale de l’Université California Davis. Elle dirige actuellement un groupe appelé Health Freedom Idaho et, à ce que je sache, elle n'a jamais réellement travaillé en toxicologie, ni écrit de papiers. Il est à noter que la pratique habituelle est de n’appeler que les titulaires d’un doctorat en toxicologie, une «toxicologue», mais Ashley se vend continuellement en tant que toxicologue praticienne. Comme elle n'a jamais eu aucune expérience au-delà du diplôme de premier cycle, c'est trompeur.

Remarque : je vais aborder un commentaire récent qui m'a été fait. Veuillez noter qu'il y a trois raisons pour lesquelles je précise qu'Ashley n'est pas une toxicologue. Elle n'a qu'un baccalauréat en sciences dans le domaine, n'a jamais travaillé dans le domaine et n'a publié aucun article sur le domaine. Le BS seul n'est pas le seul facteur.

Je suis une personne très visuelle et je ferai référence aux couleurs.

D’abord, la section jaune orangé ou VAERS, etc. Je remarque que Ashley a créé des liens vers quelques bonnes informations sur la National Childhood Vaccine Injury Act (NCVIA - La Loi nationale sur les dommages dus à la vaccination chez les enfants), jusqu’à ce que je réalise qu’elle n’a mis que des copies d’écran des pages, et non des vrais liens vers les données. En outre, aucune des captures d’écran n’est accompagnée de la raison pour laquelle elles ont été choisies. Il y a également une capture d'écran d'un rapport du groupe médical de Harvard Pilgrim sur les rapports de VAERS, mais le rapport n'est pas expliqué en détail. Je pense qu'il serait difficile pour une personne lambda de comprendre les implications du rapport et la validité des données. En réalité, Harvard Pilgrim est membre du Vaccine Safety Datalink et est chargé par le gouvernement américain de surveiller la sécurité des vaccins. Au sein de leur système, ils ont constaté une sous-déclaration des événements indésirables liés à la vaccination, mais il n'est pas clair, à la lecture de l'étude, si cette sous-déclaration a un impact sur la santé publique, est un artefact de leur système uniquement, ou est suivi par d'autres membres du VSD. Je crois fermement qu'il est fallacieux de publier cette étude sans clarification.

Mise à jour : Il m’a été signalé que j’avais manqué le mot source sur chaque page du guide d’Ashley. Mes excuses. Ainsi, vous pouvez, en fait, créer un lien vers les sources originales si vous utilisez son site Web. Cependant, si vous imprimez le guide et / ou l'achetez sous forme de carnet, vous n'aurez que les captures d'écran. J'ai édité ce message pour refléter cette correction.

Ensuite, la section couleur orange carotte : les notices de vaccin. Il s’agit simplement de liens URL qui renvoient aux notices sans aucune explication de leur validité ou de leur signification réelle. Rien n'est mentionné sur la manière dont les notices sont rédigées uniquement en fonction des essais cliniques et sur la manière dont ils ne répertorient pas des effets secondaires prouvés. Dans cet esprit, voici quelques liens utiles sur la lecture des notices de vaccins.

Vaxopedia (en anglais) ou Skeptical Raptor (en anglais - voir la traduction en français de cet article réalisée par Stop à la propagande anti-vaccins)

[Note de Ceci n'est pas Initiative Citoyenne : voir aussi cet article : Debunk d'arguments antivaccins : le VAERS, les notices d'accompagnement et le VICP ne prouvent pas que les vaccins sont dangereux]

La troisième section est de couleur d'un tango à la mangue : elle concerne les ingrédients du vaccin. Tout d’abord, vous trouverez une liste d’ingrédients ou d’excipients de vaccins. Ensuite, Ashley a mis des liens vers des captures d’écran concernant des ingrédients spécifiques. Ce que je remarque tout de suite à propos des captures d’écran, c’est qu’il n’existe aucune raison pour laquelle elle pense qu’elles sont valables. C’est ce que nous appelons du "cherry-picking" - choisir des études qui font valoir votre point de vue, mais sans vérifier leur validité. La validité est extrêmement importante. Peut-être qu'Ashley n’a pas appris cela à Davis? En tant qu'étudiant de premier cycle à l'Université de Californie à Irvine, j'ai certainement compris l'importance de juger de la validité d'une étude. Voici une très bonne lecture sur les bases permettant de juger de la validité d’une étude.

Ashley a répertorié une série d’études montrant les dangers supposés des adjuvants à base d’aluminium, mais elle n’a pas précisé pourquoi elle pensait que ces études étaient valables, ni ne les as comparées à d’autres littératures. Ce type d'analyse est de mauvaise qualité et cela lui aurait valu une très mauvaise note dans son cours sur les méthodes de recherche.

En réalité, les adjuvants à base d'aluminium sont très sûrs. Mon ami scientifique, Abe, également connu sous le nom de Blood-Brain Barrier scientist, a fait un excellent travail d’explication sur son blog. Abe se considère réellement comme un expert puisqu'il est titulaire d'un doctorat en médecine moléculaire et est professeur à la Texas Tech University. Abe a également un blog où il explique, entre autres, les adjuvants à base d'aluminium. Ici, Abe discute de la science-poubelle (toux, ce qu'Ashley partage toux) et pourquoi c'est de la science-poubelle. Comme enseigné par Linton Freeman, professeur émérite à l’Université de Californie à Irvine, vous devez être capable d’analyser critique du pour et du contre d'études, la validité et la fiabilité et pouvoir l’expliquer en détail si vous voulez être pris au sérieux.

Le reste de la section des ingrédients contient des réflexions plus négatives sur les ingrédients, des captures d'écran de papiers décrivant les ingrédients, et absolument rien n'expliquant leur validité. Il est intellectuellement malhonnête d'essayer de persuader les gens avec un argument émotionnel et de ne pas présenter d'arguments valables pour faire valoir votre point de vue. Ashley n'a rien présenté de valable. Juste des captures d'écran.

Pour plus d’informations sur les ingrédients des vaccins, je recommanderais le site Children’s Hospital of Philadelphia Vaccine Education, ainsi que le site du scientifique Abe. Todd a également fait du bon travail sur son blog, Harpocrates Speaks. Je partage ces liens, car ils représentent plus que des captures d’écran - ils expliquent les ingrédients dans leur intégralité et renvoient vers de plus amples informations.

La section de couleur pastèque est appelée transmission asymptomatique et excrétion. Encore une fois, nous avons des captures d'écran sans explications. Comme le lecteur lambda n’est pas formé à la lecture des études pour en vérifier la validité, je trouve de nouveau cela fallacieux. J'en connais un peu sur la lecture d'études, mais je n'ai pas de doctorat, donc je demande de l'aide quand j'en ai besoin. J'ai des ressources pour m'aider à comprendre ce que je lis. Ashley se fie à à l'argument d'autorité et suppose que les lecteurs avaleront juste ses paroles sur les raisons pour lesquelles ces études indiquent que les vaccins devraient être évités.

Voici le problème avec les motivations d'Ashley : le législateur et les décideurs politiques s'appuient sur de véritables experts du domaine pour les informer des risques, des avantages et des problèmes qui y sont liés. Pour ce qui est de comprendre les études de la FDA sur la coqueluche sur des babouins, beaucoup d'antivaccins pensent que les deux études indiquent que les babouins ont excrété la coqueluche dérivée du vaccin, alors que rien ne peut être aussi éloigné de la vérité. Les études de la FDA sur les babouins ont permis de conclure que les babouins vaccinés protégeaient leurs nouveaux-nés de la coqueluche, ne contractaient pas d'infection grave lorsqu'ils étaient exposés, n'excrétaient pas le vaccin, mais ils pouvaient coloniser sans symptôme l'infection de la coqueluche dans la gorge. En d'autres termes, le pire qui puisse arriver avec le vaccin contre la coqueluche est qu'il est possible d'être infecté par une coqueluche légère ou que vous ayez la bactérie dans la gorge sans avoir de symptômes. La vaccination ne prévient donc pas à 100% des infections de la coqueluche, mais elle empêche les bébés de mourir et la toux de 100 jours. Ashley explique-t-elle ces faits ? NAN ! Déception !!

Ashley continue ensuite en citant quelques très rares exemples d'excrétions de vaccins, sans expliquer aux lecteurs que la fréquence d la varicelle, de la grippe, du rotavirus, de la rubéole, de la rougeole, des oreillons, etc. sont extraordinairement bas GRÂCE AUX VACCINS. Lisez le Pink book pour plus d'informations sur les infections.

Encore une fois, c'est extrêmement hypocrite ! C'est à la limite du mensonge car cela insinue que les vaccins causent des maladies, parce que rien n'est expliqué quant à la la validité de ces études de cas. Par exemple, une des études porte sur un garçon qui a été vacciné contre la varicelle, et qu'il l'a contractée, et sa mère enceinte a également eu une infection. Cela n'aurait pas su se produire que si elle avait touché les éruptions de son fils. C'est extrêmement rare, mais aussi facilement évitable - ne faites pas vacciner vos tout-petits contre la varicelle si vous êtes enceinte et, si vous l'êtes, ne touchez pas les éruptions cutanées ! Il existe une très bonne raison pour laquelle les taux de maladies sont si bas. C'est grâce aux VACCINS.

La section fuchsia s'appelle efficacité. Comme d'habitude, cette section n'est que des copies d'écran d'études, souvent juste des abstracts. La raison pour laquelle elle pense que les abstracts suffisent est déroutante. Les abstracts sont de petits résumés. Il faut lire l'étude complète pour juger. Encore une fois, ne lui a-t-on pas appris ce fait à l'université de Davis ? Cette section pourrait facilement tromper les gens à moins qu'ils ne lisent les études complètes et comparent la fréquence des maladies actuelles, étudient les génotypes et les souches, et réalisent que toute la section est une preuve que les vaccins fonctionnent ! De plus, la plupart des liens n'évoquent pas de souches vaccinales de toute façon.

Ashley propose également des informations sur les épidémies de coqueluche et sur l'immunité grégaire. C'est un sophisme récurrent chez les antivaccins - l'idée selon laquelle si les vaccins ne fonctionnent pas à 100%, alors ils sont inutiles. Par exemple, elle cite une épidémie d'oreillons de la Fordham University. Il y avait 13 cas, tous vaccinés, sur 10.000 étudiants de premier cycle. Par conséquent, le vaccin a un taux de protection extrêmement efficace et a protégé la plupart des étudiants. Le vaccin a gagné.

La nécessité de la vaccination, la section de couleur pourpre royal, est une tentative d'Ashley de convaincre les gens que les vaccins ne sont pas indispensables.  Pour une raison quelconque la section commence avec une capture d'écran d'un rapport du Royal College of Ireland de 1959. Déconcertant. Je suppose que c'est la preuve que la rougeole est inoffensive ? Je préfère soumettre ce lien vers l'étude de Walter Orenstein, et al, qui analyse les taux de décès et de complications aux Etats-Unis.

Ashley poursuit en mettant des liens d'autres articles mettant en cause la contribution des vaccins à l'histoire. Par exemple, elle met un lien vers un article du CDC sur l'histoire de l'eau potable. Comme la rougeole, la diphtérie, la grippe et d'autres infections respiratoires, l'eau pure ne les a pas affectés. Elle établit également un lien avec les statistiques de mortalité (décès) sans quantifier le fait que si effectivement, les américains mourraient moins de maladies évitables, ils souffraient davantage. Comme l'indique l'étude de Orenstein et al., le taux de rougeole était plus élevé dans les années 1950 aux Etats-Unis que dans toute autre décennie. Les gens mourraient moins à cause des soins médicaux, mais ils souffraient toujours.

Un autre abstract auquel elle fait référence est intitulé “Human milk mucin inhibits rotavirus replication and prevents experimental gastroenteritis" ("la mucine de lait humain inhibe la réplication des rotavirus et prévient la gastro-entérite expérimentale"). Comme l'étude complète n'est pas en lien, l'insinuation est que l'allaitement empêche les gastro-infections. Je peux vous dire que c'est 100% faux. Lisez mon récit ici.

De plus, encore une fois, il n'est pas véritablement instructif que de ne se référer qu'à l'abstract. Que dit le reste du papier ? Est-ce valide ? Les méthodes utilisées sont-elles valides et fiables ? Ashley ne couvre aucun de ces sujets.

Le reste de cette section contient des informations sur la manière dont les vitamines pourraient aider à guérir des maladies telles que la rougeole et la poliomyélite, mais nous savons que, par exemple, la vitamine A n'est utilisée, dans le cadre de la rougeole, que pour réduire les complications. Elle n'élimine pas les risques. En ce qui concerne les maladies virales, rien ne prouve que les vitamines empêchent d'en souffrir. La vitamine C ne guérit pas le rhume. La vitamine n'est pas une panacée. Pauling avait tort. Ce n'est pas parce qu'un gars des années 1930 a donné à des patients atteints de polio de la vitamine C et que certains d'entre eux ne sont pas morts, que cela signifie que la vitamine C est une panacée. 

La section bleu marine concerne les réactions indésirables. Encore une fois, il s'agit de captures d'écran d'abstracts sans aucune explication quant à leur validité. J'ai déjà évoque le fait que l'autisme n'est pas causé par les vaccins à plusieurs reprises. Ashley ment à ses lecteurs en leur disant que les vaccins sont la cause de l'autisme et elle n'explique pas la validité des abstracts dont elle fait des copies d'écran, ni ne let des liens vers de récentes recherches. C'est incroyablement exaspérant. C'est honteux ! Toute cette section est une honte pour l'Université de Californie. Honnêtement, ils devraient révoquer son diplôme. Mettre des liens vers les résumés uniquement et ne pas expliquer la fiabilité est inouï Elle énumère quelques effets secondaires rares documentés mais ne fait pas le lien avec le grand nombre de résultats positifs obtenus avec les vaccins. Par rapport au nombre de vaccins administrés, les Etats-Unis ont indemnisé 0,0000011% des vaccinés. C'est un taux de sécurité INCROYABLE.

Ashley ne partage avec ses lecteurs aucune donnée scientifique précise. Elle ment. Elle partage une capture d'écran d'une analyse mal réalisée sur les taux de syndrome de la mort subite du nourrisson, sans préciser que ce taux est à un niveau historiquement bas aux Etats-Unis et que plus nous vaccinons, moins les bébés meurent.

La dernière section est en vert sapin et s'appelles Incentives. C'est la que les théories du complot commencent. Il y a un lien vers un article du Huffington Post qui parle d'une controverse inventée qui n'a abouti à rien. Il y a un lien vers une analyse Cochrane mal réalisée qui a mené à un imbroglio et des carrières ruinées. Il y a un lien vers le procès ICAN/HHS qui n'a abouti à rien. J'ai écrit à ce sujet ici.

Elle continue en outre à discuter des incitations financières des médecins, mais ne les expliquent pas du tout. J'explique comment ils travaillent ici et mon ami, Vincent Iannelli, le fait aussi ici.

En conclusion, il s'agit d'un triste ensemble de captures d'écran d'abstracts cherry-pickées, sans aucune explication quant à la validité, rien n'est donné aux lecteurs pour les informer de l'importance de ce qu'ils lisent. Ashley dupe ses lecteurs et s'appuie sur leur crédulité. La plupart des parents veulent que leurs enfants soient en sécurité et en bonne santé et Ashley use de méthodes pour effrayer les parents pour les influencer à ne pas vacciner.

Elle devrait vraiment avoir honte d'elle-même. 

Pour en savoir plus ce guide, lisez l'article de Science-Based Medicine.

N'oubliez pas de toujours vérifier les affirmations. Ceci est un exemple parfait !!

Publié par VaccinesWorkBlog, le 16 août 2019

 

********************************

Suite de cet épisode ICI !

********************************

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article