Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Encore une étude "culte" anti-vaccination sur le SMSN et les vaccins

Note de Ceci n'est pas Initiative Citoyenne : Contrairement à ce que laisse penser le titre de l'article, cette étude n'est pas récente, elle a été publiée en 2014. Cependant, il est toujours bon de se rappeler ce qu'est capable de produire la science-poubelle de l'antivaccinalisme [dont les fervents défenseurs n'hésitent pas à reparler de cette étude]. Le titre original de l'article de Skeptical Raptor est conservé. 

 

Depuis que j'ai écris un article sur la pathétique étude "évaluée par les pairs" promue par le culte de l'antivaccination, j'étais presque réticent (pas vraiment en fait) à commenter un nouveau papier soi-disant évalué par les pairs. Mais celui-ci est en fait pire que celui de la mascarade de B. Hooker et al.. Bien pire.

Dans un article publié par la revue Current Medicinal Chemistry, Matturi et al. tentent d'affirmer que le vaccin hexavalent (une combinaison de DTaP - Hib - IPV - HepB utilisé en Europe) est associé (voire causé par) au syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). C'est l'une des rengaines antivaccinales les plus courantes.

Mais avant d'examiner l'article, je vais commencer par critiquer la qualité de la revue et la formation des auteurs. Tout d'abord, examinons le journal dans lequel l'article dont je discute a été publié, Current Medicinal Chemistry, édité par le célèbre (sans exagération) éditeur Bentham Science. Bentham est accusé d'être un éditeur prédateur, c'est-à-dire qu'il fait payer l'auteur pour publier un article, probablement parce que cet article ne peut trouver aucune audience dans des revues de meilleure qualité. En outre, les éditeurs prédateurs sont corrompus et n'existent que pour gagner de l'argent grâce aux frais de publication lors de l'acceptation de leurs manuscrits scientifiques. L'examen par les pairs est limité, c'est vraiment uniquement un débouché pour la "science-poubelle".

Bentham est bien connu pour avoir publié un papier sur la théorie du complot autour du 11 septembre dans une revue de physique, pour avoir accepté un article rédigé par un ordinateur générant des phrases au hasard, et pour avoir maintenu le nom d'auteurs qui avaient démissionné parce qu'ils ne voulaient pas être associés à un tel cruel traitement. C'est tellement ironique que les antivaccins bondissent sur un article publié dans une revue aussi ridicule et dont l'insignifiance est démontrée, mais ces mêmes cinglés anti-vaccins critiquent tout ce qui est publié dans des revues respectées, car cela ne correspond pas à leur vision du monde des vaccinations.

Etant donné qu'il s'agit d'une publication de Bentham Science, nous pouvons supposer qu'il n'y a pas eu d'examen par les pairs, pas de révision éditoriale, rien mis à part de l'argent des auteurs pour la publication de cet article. Maintenant, si cet article était publié dans Pediatrics, je m'inquiéterais bien sûr du vaccin. En effet, Pediatrics est une revue puissante, revue par les pairs, et qui prend ses responsabilités par rapport à la santé des enfants à un niveau aussi élevé. On sait que la revue adopte des positions très conservatrices en matière de vaccins, malgré le fait que les preuves soient légères. Par exemple, ils voulaient que le thimérosal soit retiré des vaccins bien avant qu'il n'y ait des preuves de sa sûreté (et ils ont retiré leur demande).

Quant aux auteurs, il est intéressant d'en parler. Ils travaillent tous au centre de recherche "Lino Rossi" du département des sciences biomédicales, chirurgicales et dentaires de l'Université de Milan (Italie), qui semble travailler sur le SNSM. Le premier auteur, Matturri, a écrit ou co-écrit de nombreux articles sur toutes sortes d'effets environnementaux sur le SNSM. En fait, le taux de mortalité infantile, et en particulier de SMSN, a diminué de plus de la moitié en Italie et dans d'autres pays européens depuis le lancement du vaccin hexavalent. Il devient presque impossible d'étudier les causes environnementales du SMSN, car le taux de SMSN diminue franchement, ce qui masquera toute association de cause à effet. De plus, en raison des techniques médico-légales, de nombreux cas de SMSN ont été catalogués comme étant des suffocations accidentelles, des homicides ou des abus envers les enfants, réduisant ainsi le taux, indépendamment des causes environnementales.

Mais revenons à la revue qui est mise en avant par deux adeptes de la secte anti-vaccinale, Sayer Ji, l'un des opposants les plus anti-scientifiques, et Kelly Brogan, docteur, psychiatre (et qui ne possède aucune expérience en immunologie, virologie, santé publique, physiologie, microbiologie ou en épistémiologie - je devrais abréger tout ça) qui promeut des "médecines alternatives" anti-scientifiques sur ses patients. Ces deux compères du mouvement anti-vaccination ont déjà promut des articles-poubelle, pour lesquels Orac a tiré les "conclusions" suivantes :

"Ce sont les balivernes anti-vaccinales habituelles. Le VPH est une maladie évitable par la vaccination. Il est logique pour beaucoup de populations de se vacciner contre cette maladie. Selon les résultats de l'étude que Ji et Brogan diffusent pour affirmer que nous ne devrions pas nous faire vacciner contre le VPH. Vraiment, dans l'univers anti-vaccin de Brogan et Ji, le haut est le bas, la gauche est la droite, le vrai est faux, et on a toujours été en guerre avec l'Eastasia - et apparemment, une étude examinant la corrélation entre les niveaux d'anticorps et la réinfection nous apprend que la vaccination contre une première infection est plus faible qu'avec une "infection naturelle". Evidemment, si notre immunité contre une primo-infection était si grande, nous n'aurions pas besoin d'un vaccin au départ. Soit Ji et Brogan sont incroyablement ignorants, soit ils essaient de nous embrouiller intentionnellement. Faites votre choix. 

Malheureusement, Sayer Ji n'est apparemment pas à l'aise pour gérer les critiques. Il existe un mème de réponse à la torture imposée par Ji et Brogan sur cette étude spécifique portant sur la soumission à la cause du vaccin anti-VPH qui soulignait le point principal dont j'avais parlé ici (le fait que l'étude ne montre pas ce que prétendent Ji et Brogan), et soulignant à quel point l'article de Ji et Brogan est trompeur. J'ai appris des créateurs de ce mème que Ji les menaçait de les poursuivre en justice pour diffamation.

Mauvaise analyse, mauvaise science et intimidation juridique de la part des partisans de la guérison "naturelle" ? Toujours la même chose."

Vous savez quoi, ce papier de la science-poubelle ne vaut même pas que je perdes mon temps à le critiquer. Permettez-moi de vous présenter ce que dit la véritable littérature scientifique sur le SMSN et les vaccins. C'est beaucoup plus utile, car il existe de nombreuses preuves qui réfutent tout lien de causalité entre la vaccination et le SMSN.

  • Le Comité consultatif mondial sur la sécurité vaccinale (GACVS) conclut que "le GACVS a conclu que ces données ne correspondent à aucune association entre les vaccins hexavalents et la mort subite infantile."
  • Le CDC déclare que

"Un mythe qui ne semble pas disparaître est que le vaccin DTaP provoque le syndrome de mort subite du nourrisson (SMSN). Cette croyance est née du fait qu'une proportion modérée d'enfants décédés du SMSN ont récemment été vaccinés avec le DTaP; et en apparence, cela semble indiquer un lien causal. Mais cette logique est mauvaise. Vous pourriez aussi bien dire que manger du pain provoque des accidents de voiture, car la plupart des conducteurs qui ont crashés leur voiture avaient probablement mangé du pain au cours des 24 dernières heures.

Si vous considérez que la plupart des décès dus au SMSN se produisent dans la tranche d'âge lorsque 3 injections de DTaP sont administrées, vous vous attendriez à ce que les injections de DTaP précèdent un nombre non négligeable de décès dus au SNSM simplement par le hasard. En fait, lorsqu'un certain nombre d'études bien contrôlées ont été menées dans les années 1980, les chercheurs ont constaté quasi-unanimement que le nombre de décès dus au SMSN associés dans le temps aux vaccinations par le DTC se situait dans la plage de survenance par hasard. En d'autres termes, les décès dus au SMSN se seraient produits même si aucun vaccin n'avait été administré. Dans plusieurs études, les enfants qui avaient récemment subi une injection de DTaP étaient moins susceptibles de contracter le SMSN. L'Institute of Medicine signale que "toutes les études contrôlées comparant des enfants immunisés à des enfants non immunisés n'ont révélé aucune association, ni même un risque décru de SMSN chez les enfants vaccinés" et il conclut que "les preuves n'indiquent pas de relation de cause à effet entre le vaccin DTaP et le SMSN.""

  • Dans un article d'une revue systématique publié en 2012 par Kuhnert et al. dans Vaccine (une revue prestigieuse avec un facteur d'impact élevé et avec un comité de lecture), les auteurs concluent que "il n'existe aucun risque plus élevé ou moins élevé de mort subite du nourrisson au cours de la période suivant la vaccination."  Ils ont été incapables de détecter tout risque accru de SNSM dans le temps et dans divers groupes après la vaccination. 
  • L'institute de Medicine of the National Academies of Science (l'un des instituts de médecine les plus respectés au monde) conclut que "le comité estime que la preuve mécaniste de l'association entre les vaccins de l'anatoxine diphtérique, de l'anatoxine tétanique et de la coqueluche acellulaire et la SMSN est manquante."
  • Le seul groupe qui semble souligner cette hypothèse entre le SMSN et les vaccins est le groupe de l'Université de Milan. Tous leurs articles sont publiés dans des journaux prédateurs ("payez pour publier") de faible qualité. Personne ne relaie leurs informations. Personne ne cite leur travail. S'il y avait vraiment un lien de causalité, le nombre d'articles qui se pencheraient sur ces études serait incroyable.

Voilà, j'en ai fini. Deux papiers antivaccins publiés dans des revues poubelles, avec des auteurs inconnus ou banaux, incluant des données peu fiables ou absurdes, et qui vont à l'encontre du consensus scientifique. Circulez, y a rien à voir.

Références :

Publié par Skeptical Raptor, le 18 juin 2014

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article