Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Le collectif Initiative Citoyenne répond à nos questions ... Mythes antivaccins à gogo

Le collectif Initiative Citoyenne a répondu aux questions posées par Ceci n'est pas Initiative Citoyenne dans cet article. Cette réponse n'a pas été formulée par retour de mail. Non, elle a été découverte par hasard en faisant une recherche sur Google ! Elle n'a pas été publiée sur leur page Facebook [bien qu'il se peut qu'on l'ai loupée vu le flot quotidien de désinformation publié]. En fait, on a découvert par la suite que cette réponse avait été ajoutée en lien dans l'article de blog qui reprend les questions envoyées à Sophie Wilmès, la Première Ministre belge. Mais ce n'est qu'un détail sans importance. Passons à la suite.

Une recherche sérendipiteuse sur Google a permis de tomber sur le lien de la réponse

D'abord, commentons la forme. Il s'agit d'une réponse en 5 pages. Bien que les questions soient adressées à l'avocat Beauthier (+ à Ludivine Ponciau), c'est Initiative Citoyenne qui y répond. La réponse commence par une citation de Voltaire. C'est toujours bon de commencer par une citation, il paraît que ça donne l'air intelligent. Néanmoins, il convient, pour s'assurer de l'effet, d'en vérifier l'authenticité

Rappelons le contexte de cette réponse. Le 25 avril dernier, Ceci n'est pas Initiative Citoyenne adressait deux questions à Maître Beauthier via l'envoi d'un mail renvoyant vers cet article.

Initiative Citoyenne croit même bon de répondre aux questions qui ne lui sont pas adressées. Le collectif a, en effet, répondu aux questions adressées à la journaliste du Soir, Ludivine Ponciau. Madame Ponciau doit sûrement être honorée d'avoir un tel porte-parole (vous percevez le ton ironique ?).

La réponse d'Initiative Citoyenne aborde, en préambule, le fait que l'avocat Beauthier ne s'abaisse pas à répondre à des anonymes, et c'est donc le collectif qui s'y colle. Je n'ai aucun problème avec cela. Je m'y attendais même. Toutefois, il me semble important de préciser que l'anonymat que j'entretiens sert avant tout à protéger la vie privée (vous devriez le comprendre aisément Madame Meulemans, surtout par les temps qui courent). Je tiens peu à subir le harcèlement et la violence dont sont capables les tenants de "théories alternatives", notamment, des antivaccins. Et il faudra malheureusement me croire sur parole quand j'affirme n'avoir à déclarer strictement aucun lien/conflit d'intérêts avec un quelconque lobby ou une quelconque industrie. Notez que même si il y avait lien/conflit d'intérêts, cela ne devrait nullement entrer en ligne de compte. Seuls les arguments doivent compter. Des personnes "neutres" sont capables de raconter des bêtises, tout comme des personnes liées financièrement peuvent affirmer des choses vraies et vérifiables. 

Ensuite, il m'est reproché de faire la morale à Madame Ponciau, journaliste du Soir, qui a rédigé l'article, et ce sans avancer le moindre argument. S'il est vrai qu'il m'est particulièrement irritant de constater que même des médias, que je qualifierais de crédibles [et que vous qualifieriez de "médias mainstream" ou de "merdias"] s'emploient à relayer votre désinformation, j'ai tenté de peser mes mots et de nuancer ma position. Mais, voilà que vous me "forcez" à me justifier d'avoir soi-disant fait "la morale" à un média, alors même que ... 

 

 

 

Il suffit de consulter la page Facebook d'Initiative Citoyenne pour se rendre compte que non seulement, les trois dames d'IC veulent faire la morale aux journalistes, mais qu'en plus, elles emploient allègrement l'injure et la diffamation.

Passons aux réponses qu'Initiative Citoyenne souhaite fournir aux questions adressées à l'avocat Beauthier. Pour rappel, la première question posée était celle-ci :

"Maître Beauthier, si Initiative Citoyenne n'est pas, comme vous le prétendez, une association antivaccin, alors, comment définiriez-vous une association antivaccin ?"

La réponse d'Initiative Citoyenne consiste à s'offusquer du fait que des organismes (l'OMS, l'UE, l'ONE sont cités) recommandent par le biais d'une propagande dite simpliste la vaccination de masse et l'obligation vaccinale.

Initiative Citoyenne n'a toujours pas compris que si la vaccination est tant promue, tant recommandée (avec selon les cas, des obligations), c'est parce qu'elle est redoutablement efficace dans la prévention de nombreuses maladies infectieuses. Elle a notamment contribué à fortement réduire la mortalité infantile et les dégâts liés à bon nombre de maladies infectieuses. Elle a également permis d'éradiquer la variole il y a 40 ans (n'en déplaise aux négationnistes antivaccins) , une maladie qui a fait 300 millions de morts au XXème siècle.

Initiative Citoyenne définit une organisation antivaccin comme une "association qui souhaiterait priver des masses ou des individus de vaccins, or telle n'est pas l'action d'Initiative Citoyenne". Si vous n'avez pas les moyens d'empêcher directement la vaccination (encore heureux), par votre propagande mortifère, vous invitez quiconque à l'éviter, en la décrédibilisant par tous les moyens possibles, y compris en culpabilisant les parents qui veulent vacciner leur enfant, et ce, en recourant notamment au mensonge et au cherrypicking. Depuis plus de 10 ans, votre acharnement idéologique a certainement (difficile de mesurer l'impact exact de votre nuisance évidemment) permis de contribuer à une baisse de la couverture vaccinale en Belgique et ailleurs. 

Initiative Citoyenne s'attacherait à :

"1) relayer et mettre en lumière des avis médicaux et scientifiques CRITIQUES sur la
vaccination dans un débat déjà largement déséquilibré en faveur du tout vaccins, ce qui ne
constitue aucune entorse à la liberté d'expression et participe au contraire du débat
démocratique, et
2) à défendre le droit élémentaire des individus sur leur propre corps et leur propre intégrité,
ne reconnaissant pas la légitimité à des théories scientifiques controversées d'empiéter sur
la liberté individuelle et de la piétiner, au risque de causer des dommages sur la vie et la
santé des personnes, dommages quasi systématiquement niés, occultés, non indemnisés et
taxés de simples "coïncidences"..."

Relayer et mettre en lumière des avis médicaux et scientifiques critiques ? C'est très bien, cela serait une noble cause et cela vous honorerait si ces "avis" rendaient compte réellement de l'efficacité et de la sécurité de la vaccination. Il est possible de trouver des avis contradictoires dans énormément de domaines. Mais deux vérités ne peuvent pas coexister. Un vaccin ne peut pas être totalement inefficace et en même temps, très efficace. La vérité penche forcément d'un côté. Il y a des scientifiques qui émettent l'avis selon lequel la terre est plate, selon lequel l'univers est une création divine ou encore, selon lequel, les pyramides ont été construites par des extraterrestres. Ces hypothèses ne peuvent coexister avec les théories qui montrent que la terre est une sphère, que l'univers n'est pas une création divine et que les pyramides ont été construites par l'Homme. La science des vaccins s'appuie sur des faits vérifiables.

Le débat sur la vaccination est déséquilibré, disent-elles ? Quel débat ? Il n'y a plus aucun débat dans la communauté scientifique sur l'utilité de la vaccination depuis belle lurette. Depuis que des millions de données rigoureusement récoltées démontrent l'efficacité et la sécurité globalement bonne de la vaccination. Et cette récolte continue encore aujourd'hui et se poursuivra au fil de la recherche scientifique. Il est utile de rappeler que la vaccination est un sujet avant tout scientifique. Aucun autre domaine que la science ne peut mieux déterminer l'intérêt, pour la santé, de la vaccination.

La vaccination n'est pas une théorie scientifique controversée. Le solide consensus établi sur la question est mondial et établi depuis plusieurs dizaines d'années. Et toutes les agences nationales de santé, les organismes de réglementation, de contrôle, tous les gouvernements, y compris de bords politiques différents, attestent de l'utilité de la vaccination. 

Le droit à la liberté vaccinale est un concept fallacieux auquel vous avez recours pour décourager quiconque à se faire vacciner et ainsi l'exposer à des maladies potentiellement graves. L'association Initiative Citoyenne et les autres antivaccins en seraient conscients s'ils enlevaient les œillères qui les empêchent de comprendre le principe de l'immunité de groupe et l'importance d'une couverture vaccinale la plus élevée possible.  

Les dommages vaccinaux dont IC fait mention sont rares, voire très rares selon ce dont on parle. Et les antivaccins ont du mal à jongler avec les notions de causalité et corrélation [alors même que parfois, il n'y a même pas corrélation]. Ils ont envie de croire qu'avant la vaccination, une personne mourrait forcément en "bonne santé", qu'il n'existait pas de maladies chroniques. C'est évidemment un mythe. C'est totalement faux.

On passe maintenant à la notion de "lobby". L'association Initiative Citoyenne est clairement un lobby antivaccinal, bien qu'elle s'en défende. Voici comment elle parle de cette notion : "parler de lobbying anti-vaccins n’ayant rien à vendre, alors que le lobbying vaccinal qui brasse des milliards et vise à la vente de produits n'est même plus qualifié de lobbying"

Si on se réfère à la définition de wikipédia, un lobby "est un groupe de personnes créé pour promouvoir et défendre des intérêts, privés ou non, en exerçant des pressions ou une influence sur des personnes ou des institutions publiques détentrices de pouvoir. Ces actions, menées par des représentants d'intérêts, sont le lobbying, qui consiste à procéder à des interventions destinées à influencer directement ou indirectement l'élaboration, l'application ou l'interprétation de mesures législatives, normes, règlements et plus généralement, toute intervention ou décision des pouvoirs publics."

Il n'est guère question d'argent dans cette définition de base (ni dans celle du Larousse, ni dans celle de L'Internaute). L'association Initiative Citoyenne est un lobby, même en l'absence de "vente de produits", parce que son but est notamment politique. 

Ensuite, Initiative Citoyenne enchaîne sur les clichés antivaccins habituels. Elle oppose la "liberté vaccinale" à une médecine qualifiée d'"autoritaire" et "non exempte de conflits d'intérêts". C'est évidemment un cliché antivaccin et un faux dilemme.   

Ensuite, elle fait croire que le droit du patient est bafoué en faisant référence notamment à la loi relative au droit des patients et à la convention d'Oviedo. Mais que font donc les avocats Beauthier et Van Langendonck pour contester devant la justice belge et européenne l'obligation vaccinale ? Il est vrai que La Ligue nationale pour la Liberté des Vaccinations (une association antivax française) a déjà vu sa requête en justice contre les obligations [sur base notamment de la Convention d'Oviedo] rejetée en mai 2019 ... De plus, décidément, la lecture attentive des textes fait apparaître que les antivaccins sont aussi doués dans le cherrypicking en biologie que dans le domaine juridique.

Je stoppe ici le commentaire à la réponse d'Initiative Citoyenne à notre première question. Il y aurait d'autres choses à dire, mais cet article risque d'être déjà suffisamment long ainsi.

La deuxième question posée par nos soins à l'avocat Beauthier est celle-ci :

"Maître Beauthier, comment imaginez-vous qu'il soit possible de qualifier Initiative Citoyenne
lorsqu'elle utilise les termes "dépeuplement massif" et "génocide" pour parler de l'effet des
vaccins ?"

Initiative Citoyenne estime que la question est malhonnête intellectuellement parce que ce ne sont pas ses propres propos, mais bien ceux de RFK Jr qu'elle a repris au nom du "souhait d'un débat pluriel". A ce que je sache, Initiative Citoyenne ne parle jamais explicitement de "génocide" ou de "dépeuplement" (par contre, elle parlera volontiers de "millions de personnes estropiées" par des "autorités tyranniques", ce qui colle pas mal à la définition de "génocide"). Il ne fait aucun doute qu'Initiative Citoyenne cautionne et relaie régulièrement ce genre de propos.

D'ailleurs, l'association enchaîne en évoquant une pétition visant à enquêter sur Bill Gates et ayant reçu 289.000 signatures. J'espère que l'avocat Beauthier ne s'étouffe pas en lisant pareille ineptie. Le travail de la justice devrait donc être régi au gré de n'importe quelle pétition, éventuellement même lancée sur base de rumeurs infondées. L'association termine le paragraphe sur le vieux mythe maintes fois débunké selon lequel Bill Gates voudrait diminuer la population mondiale

Enfin, Initiative Citoyenne conclut la question en indiquant que l'OMS oriente les politiques de santé en faveur de la vaccination plutôt qu'en faveur, par exemple, de l'alimentation, de l'accès à l'eau et aux installations sanitaires de base. Ceci alors même que l'OMS montre sur un graphique dans un de ses rapports sur l'efficacité des coûts des services ciblant les maladies à charges élevées que la vaccination ne vient qu'en 6ème position, loin derrière les "fortifications en vitamine A et zinc".

C'est un habituel poncif pour l'association de dénigrer les organisations de santé, dont notamment l'OMS. Mais puisque l'association se permet de prendre pour source l'OMS, je suppose qu'elle ne verra aucun inconvénient à ce que je contre-argumente en citant la même source. 

L'OMS rappelle que "la vaccination est l’une des plus grandes réussites de la médecine moderne. À maintes reprises, la communauté internationale a reconnu la valeur des vaccins et de la vaccination pour lutter contre un grand nombre de maladies infectieuses et, de plus en plus, contre les cancers et d’autres maladies chroniques".

La vaccination joue un rôle préventif dans pas mal de maladies infectieuses. Mais, il existe des maladies pour lesquelles il n'existe pas de vaccins - on pense évidemment au Covid19, au SIDA, mais aussi aux maladies cardiovasculaires, aux AVC, au diabète, aux démences de type Alzheimer, etc. La rougeole, alors qu'il existe un vaccin sûr et efficace, cause encore environ 140.000 décès dans le monde à cause d'une couverture vaccinale insuffisante et en baisse (suivez mon regard ...).

Par ailleurs, se fonder uniquement sur la mesure de l'efficacité des coûts pour mettre en place une stratégie occulte bien d'autres paramètres qu'il convient aussi de prendre en compte, comme démontré dans le document cité par IC. 

Initiative Citoyenne n'a toujours pas compris que la nutrition, l'accès à l'eau potable, à des installations sanitaires décentes ET la vaccination sont des stratégies complémentaires. C'est pour cela que l'OMS, à côté des vastes campagnes de vaccination qu'elle mène dans le monde, joue aussi un rôle majeur dans l'amélioration des conditions de vie, notamment dans des zones défavorisées (voyez le Rapport sur les résultats l'OMS 2018-2019 à mi-parcours).

L'OMS promeut évidemment abondamment les mesures en matière d'accès à l'eau et à des installations sanitaires de base en y investissant des milliards de dollars. Il ne faut pas chercher bien loin - inutile de chercher aussi loin que le graphique de la 28ème page d'un rapport OMS - pour s'apercevoir que l'OMS est consciente des problèmes en matière de nutrition et qu'elle les met au cœur de ses priorités. Dans cette directive sur la supplémentation en vitamine A des nourrissons et enfants, elle indique que (page 1 du document) "Les carences en vitamine A touchent environ 19 millions de femmes enceintes et 190 millions d’enfants d’âge préscolaire, principalement dans la Région africaine et la Région de l’Asie du Sud-Est de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les nourrissons et les jeunes enfants ont des besoins accrus en vitamine A pour soutenir leur croissance rapide et les aider à lutter contre les infections." 

Elle indique en page 2 du document : "La carence en vitamine A représente un problème de santé publique majeur touchant, d’après les estimations, 190 millions d’enfants d’âge préscolaire, principalement dans la Région africaine et la Région de l’Asie du Sud-Est de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) (1). Les nourrissons et les jeunes enfants ont des besoins accrus en vitamine A pour soutenir leur croissance rapide et les aider à combattre les infections. À cet âge, des apports insuffisants en cette vitamine peuvent conduire à une carence qui, si elle est sévère, est susceptible de provoquer une déficience visuelle (cécité nocturne) ou d’accroître le risque de morbidité ou de mortalité en cas d’infection par une maladie infantile courante comme la rougeole ou les maladies diarrhéiques (2). Chez l’enfant, l’association d’un déficit pondéral, de carences en micronutriments (fer, vitamine A et zinc) et d’un allaitement sous-optimal est responsable de 7 % des décès et de 10 % de la charge de morbidité totale (3). La carence en vitamine A est à elle seule responsable de près de 6 % des décès d’enfants de moins de 5 ans en Afrique et de 8 % de ces décès en Asie du Sud-Est (3). La supplémentation en vitamine A chez les enfants de 6 à 59 mois vivant dans des pays en développement est associée à une réduction du risque de décès toutes causes confondues et à une baisse de l’incidence des diarrhées (4)". 

Elle recommande en page 9 du document "Une supplémentation en vitamine A fortement dosée est recommandée chez les nourrissons et les enfants de 6 à 59 mois dans les contextes où les carences en cette vitamine représentent un problème de santé publique".

L'Unicef (et toutes une série d'autres acteurs) y contribue évidemment aussi avec le constat que la situation des problèmes de nutrition dans le monde s'est globalement améliorée, mais que de très nombreux efforts restent à réaliser.  

Comme je l'ai indiqué, Initiative Citoyenne a également tenté de répondre aux questions que nous avons posé à Ludivine Ponciau, journaliste au journal Le Soir. Cette association pose des questions dont elle se contrefiche royalement des réponses, mais répond à des questions qui ne lui sont pas adressées. Bref, passons. La question posée est celle-ci :

"Madame Ponciau, à l'heure de la pandémie de Covid-19 et de l'explosion des fake news sur internet, à l'heure où l'on a besoin, plus que jamais, d'une information fiable en provenance des médias, pensez-vous encore, après lecture de ce présent article, avoir fait le bon choix en publiant le vôtre, en offrant ainsi une tribune à des désinformateurs patentés ?"

Initiative Citoyenne répond que l'étiquette "fake news" est collée par l'establishment à ce à quoi il ne sait pas répondre. J'avoue que j'ai eu un doute sur la définition de "establishment" en lisant leur réponse. Du coup, je l'ai vérifiée. Voici celle du Larousse : "Ensemble des gens en place qui contrôlent l'ordre établi et cherchent à se maintenir."

Eh bien, je suis sûr que Madame Ponciau sera ravie d'apprendre que son journal fait partie du pouvoir établi. Plus sérieusement, Initiative Citoyenne crée et relaie une quantité considérable de désinformation, de fake news sur sa page. Elle relaie la propagande de quelques-uns des pires charlatans antivaccins, tels que notamment,  Christian Tal Schaller, Thierry Casasnovas, Jean-Jacques Crèvecoeur, et Irène Grosjean

Ensuite, Initiative Citoyenne écrit (je ne m'attarde que sur ce qui est écrit en gras afin de ne pas surcharger cet article déjà très long), en parlant de l'étiquette "fake news", que "Les pro-vaccins y recourent plus que jamais et, dans leur tentation totalitaire, ne voient même plus le malaise ou l'anormalité qu'il y aurait de priver de toute participation au débat démocratique des voix dissidentes". Vouloir empêcher la propagation de rumeurs infondées et de mensonges sur un sujet aussi crucial que la vaccination ne nous semble pas relever du totalitarisme. Nous avons là encore un problème de définition. Le droit à l'information tel que le promeut Initiative Citoyenne l'amène relayer la voix de personnages, de sites ou d'organisations qui embrassent littéralement des théories racistes, antisémites et même négationnistes. La voix dissidente d'Initiative Citoyenne, n'apporte strictement aucune plus-value à la connaissance scientifique sur la vaccination. Les mythes antivaccins promus par cette association sont même une perte colossale de temps, d'énergie et d'argent (voyez les centaines d'études produites pour étudier le lien entre autisme et vaccination) qui n'est pas investie dans des domaines qui mériteraient plus de recherches. De plus, ces mythes mettent potentiellement la vie de personnes en danger. 

Initiative Citoyenne écrit ensuite "la pseudo-science vaccinale qui rejette par principe au rang d'anti-science tous les scientifiques qui apportent des critiques et des contestations depuis des décennies". Dans la mesure où la science vaccinale s'appuie notamment sur des preuves plausibles, cohérentes, robustes et reproductibles, récoltées au cours d'études rigoureuses, publiées dans des revues de premier plan peer-reviewed, il est absurde de soutenir qu'il ne s'agit pas d'une science. Les preuves produites sur l'efficacité et la sécurité globale de la vaccination sont les plus solides que la science puisse produire. 

Pour illustrer "les scientifiques qui apportent des critiquent et des contestations depuis des décennies", IC choisit d'évoquer le Pr Luc Montagnier, virologue français, Prix Nobel de médecine en 2008 pour la co-découverte du VIH. Il s'est illustré ces dernières années principalement pour les positions controversées qu'il tient au sujet notamment des vaccins, de l’homéopathie et de la mémoire de eau.  

Le Pr Montagnier est précisément devenu la risée de la communauté scientifique parce qu'il est incapable de présenter des preuves convaincantes et reproductibles de ce qu'il avance. Si demain, il parvient à fournir la preuve que la papaye fermentée soigne la maladie de Parkinson ou que la vaccination cause la mort subite du nourrisson, il ne fait aucun doute qu'il deviendrait le lauréat du prix Nobel de médecine 2021. Mais puisque les antivaccins vouent un culte au sophisme de l'argument d'autorité, il n'est pas étonnant qu'IC fasse passer le Pr Montagnier pour un martyr renié par l'establishment. Enfin cela nous amène à deux réflexions. La première est de faire remarquer que dans le flot de désinformations, IC relaie les propos de charlatans (Casasnovas et Tal Schaller pour ne citer qu'eux) qui nient l'existence même du VIH [existence du VIH qui a pourtant amené Montagnier à être nobelisé], sans que ceux-ci soient accusés, sur cette base, de faire partie de l'establishment. Étrange double standard. La seconde réflexion est une question : Pourquoi les antivaccins (et les anti-sciences en général) font-ils aveuglément confiance dans les propos du Pr Montagnier, plutôt qu'en ce que raconte, par exemple, Françoise Barré-Sinoussi (l'autre lauréate du Prix Nobel de médecine de 2008) ? 

Continuons avec cette phrase d'Initiative Citoyenne : "le Jury d'Ethique belge Publicitaire a dû, en effet, constater dans sa décision du 9 novembre 2011 que la Publicité vaccinale de la Communauté française en faveur des "vaccins tout au long de la vie" était trompeuse et "de nature à induire le consommateur en erreur" car elle taisait complètement les risques et présentait les avantages de la vaccination de façon trop absolue." Effectivement, cette publicité n'a sans doute pas été suffisamment prudente car elle fait croire que la vaccination protégerait à 100% contre les maladies, ce qui n'est pas vrai et ce qui sera aisément reconnu par n'importe quel expert sur la question. Le but de la publicité était de vulgariser et d'inciter les gens à se vacciner car c'est un geste redoutablement efficace (mais pas à 100%) pour se protéger contre certaines maladies. Cela signifie que la publicité en question n'a, certes, pas été suffisamment prudente, mais cela ne remet nullement, à aucun moment, le fait que la vaccination soit globalement sûre et efficace.

Voici la dernière question posée par nos soins : "Madame Ponciau, pourquoi ne pas avoir apporté de la contradiction aux propos de l'avocat Beauthier en faisant appel, par exemple, à un expert reconnu de la question ?"

Initiative Citoyenne répond, en gros, en arguant qu'il y a déjà beaucoup d'éloges pour les vaccins dans les "mass medias" et que les experts ne sont pas neutres. Ce sont évidemment encore de gros clichés antivaccins. Les vaccins sauvent des millions de vies et ils représentent la seule solution efficace pour se protéger de certaines maladies potentiellement graves. Il est donc assez logique qu'il y ait promotion de cet outil efficace, sûr et relativement bon marché. Dit autrement, ce serait hautement préjudiciable et totalement incompréhensible que les autorités de santé publique ne promeuvent pas un tel outil.

La neutralité des experts et leurs conflits d'intérêts est un sujet récurrent chez les antivaccins, mais cet argument occulte le fait que déclarer des conflits d'intérêts ne signifie pas, de fait, qu'on ne puisse pas faire confiance dans les résultats d'études que ces experts produisent ou dans le discours médiatique qu'ils tiennent. La rigueur et la solidité d'une théorie scientifique ne se limite pas, loin de là, à l'analyse des conflits d'intérêts. C'est pourtant malheureusement le raccourci simpliste et malheureux qu'adore emprunter la communauté antivaccin.  

Pour terminer IC renvoie vers un article de Nicole Delépine et pose une question fort dérangeante, selon elle, à savoir "Combien d'acteurs faisant du lobbying pro-vaccins et pro-pharma gravitent en réalité dans l'entourage de la rédaction du journal Le Soir". Personnellement, cette question, à laquelle je ne sais pas répondre [je ne suis lié en rien à la rédaction du Soir], ne me dérange pas le moins du monde. La science, qui démontre chaque jour ô combien la vaccination est sûre et efficace, ne se construit pas dans les médias. Par contre, il est important, plus que jamais, que les médias rendent compte le plus fidèlement possible de la réalité scientifique sur la question. Malheureusement, Initiative Citoyenne est à mille lieues de rendre compte fidèlement de l'état actuel des connaissances scientifiques sur la vaccination. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article