Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Revue systématique du vaccin ROR - une fois de plus, la science ne trouve aucun lien avec l'autisme

Avec toutes les absurdités dites sur le coronavirus, j'avais mis de côté une importante revue systématique du vaccin ROR que je voulais analyser depuis quelques semaines. Eh bien, il est temps de se concentrer là-dessus.

Depuis que M. Andrew Wakefield a publié son étude frauduleuserétractée par la suite, qui semblait montrer un lien entre le vaccin ROR et les troubles du spectre de l'autisme (TSA), la communauté antivaccin l'a adopté comme s'il s'agissait d'un fait scientifique. Bien sûr, ils ignorent les plus de 150 articles scientifiques publiés qui montrent qu'il n'y a, en fait, aucun lien.

Cette fourberie de Wakefield a donné naissance à une série d'autres fanatiques antivaccins comme Del Bigtree et son documentaire frauduleux Vaxxed, Robert F. Kennedy Jr., Christopher Exley, Christopher Shaw, James Lyons-Weiler, Tetyana Obukhanych et bien d'autres.

Et maintenant, nous avons une nouvelle revue systématique du vaccin ROR, de grande ampleur et impressionnante, qui fournit une fois de plus des preuves qu'il n'y a aucun lien entre le TSA et le vaccin ROR. Aucun.

Un rapide examen de la revue systématique

Au sommet de la hiérarchie de la recherche biomédicale se trouvent des revues systématiques ou des méta-analyses (celles-ci sont utilisées de manière interchangeable, bien qu'il existe certaines différences discutées ci-dessous), c'est pourquoi ce type d'analyse de la recherche sur le vaccin ROR est si précieux.

Un examen systématique est une évaluation critique et une évaluation de toutes les études de recherche qui portent sur l'effet de produits pharmaceutiques, de dispositifs médicaux, de normes de soins et d'autres questions liées à un problème clinique particulier. Un chercheur qui produit des revues systématiques utilise une méthode organisée de collecte et d'analyse d'un ensemble de littérature sur un sujet particulier en utilisant un ensemble de critères spécifiques.

Une revue systématique peut examiner la qualité de la recherche dans chacun des articles, décrire les résultats qualitativement et trouver des biais et des erreurs. Une revue systématique publiée comprend généralement une description des résultats de la collection d'études de recherche. De nombreuses revues systématiques comprennent également une mise en commun quantitative des données, appelée méta-analyse. Toutes les méta-analyses sont des revues systématiques, mais toutes les revues systématiques ne contiennent pas de méta-analyses.

Une des sources les plus fréquemment citées de revues systématiques est les articles de la Cochrane Collaboration.

La revue systématique du vaccin ROR

Dans un article publié (pdf) [en français] en avril 2020 dans la Cochrane Database Systematic, les auteurs ont examiné un total de 51 études avec plus de 10 millions d'enfants pour évaluer l'efficacité du vaccin. En outre, ils ont pris en compte 87 études avec plus de 13 millions pour examiner une éventuelle association entre le vaccin ROR et tout une série d'effets indésirables, y compris les troubles du spectre autistique.

Bien que mon article se concentre sur les données liées aux TSA, la revue Cochrane est énorme, sur 419 pages avec plus de 100 tableaux et graphiques. Il faudrait que j'écrive un article d'un million de mots pour tout évoquer.

Mais il y a quelques points qui sont très précieux pour notre compréhension du vaccin ROR:

  • L'efficacité du vaccin dans la prévention de la rougeole était de 95% après une dose et de 96% après deux doses.
  • L'efficacité dans la prévention des oreillons était de 72% après une dose et de 86% après deux doses.
  • L'efficacité dans la prévention de la rubéole était de 89%.
  • L'efficacité de la prévention de la varicelle pour le vaccin RORV est de 95% dans un suivi de 10 ans.

Oui, le vaccin fonctionne.

  • Il n'y a aucune preuve soutenant une association entre le vaccin ROR (ou RORV) et le retard cognitif.
  • Aucune association avec l'encéphalite ou l'encéphalopathie.
  • Pas d'association avec le diabète de type 1 (discuté ici).
  • Pas d'association avec l'asthme.
  • Aucune association avec la dermatite / l'eczéma.
  • Aucune association avec le rhume des foins.
  • Aucune association avec la leucémie.
  • Aucune association avec la sclérose en plaques.
  • Aucune association avec une perturbation de la marche.
  • Aucune association avec des infections bactériennes ou virales.

Étant donné qu'il s'agit d'une véritable étude et que je sais que certains antivax cherrypickeront des données, il est important de passer en revue quelques problèmes qui peuvent être liés au vaccin.

  • Il existe des preuves qu'il pourrait y avoir une association entre la méningite aseptique et les vaccins ROR qui contiennent les souches d'oreillons Urabe et Leningrad-Zagreb. Il n'y avait aucune association entre la méningite aseptique et les vaccins ROR contenant la souche d'oreillons Jeryl Lynn. La souche Urabe a été abandonnée dans la plupart des pays du monde et la souche Leningrad-Zagreb n'est utilisée qu'en Russie, en Croatie et en Inde. Aux États-Unis et dans la plupart des pays développés, le vaccin ROR de Merck ne comprend que la souche Jeryl Lynn.
  • Les analyses montrent une association entre les vaccins ROR et les convulsions fébriles, un événement relativement mineur qui survient après de la fièvre. Cependant, environ 2 à 5% des enfants subissent un ou plusieurs cas de convulsions fébriles avant l'âge de 5 ans, indépendamment des vaccinations. Cochrane a déterminé que le risque de crises fébriles induites par le vaccin du vaccin ROR est d'environ 1 pour 1700 à 1 pour 1150 doses.
  • Les analyses ont également fourni des preuves démontrant une association entre la vaccination ROR et la thrombocytopénie immunitaire (PTI), un trouble qui peut entraîner des ecchymoses et des saignements excessifs. Cependant, et cela doit être souligné, le risque de PTI après les vaccins ROR est plus faible qu'après une infection naturelle par l'un des virus. Le PTI survient naturellement dans environ 5 cas pour 100 000 enfants par an, alors qu'il est estimé qu'il se produit dans environ 2,5 cas pour 100 000 enfants après la vaccination. En d'autres termes, le vaccin ROR peut effectivement réduire le risque de PTI chez les enfants.

Vaccin ROR et autisme

Il est temps de passer à une petite mais importante partie de cette revue systématique du vaccin ROR.

  • Dans une étude de cohorte portant sur 1,2 million d'enfants, le risque de TSA chez les enfants non vaccinés est de 451 pour 100 000 et chez les enfants vaccinés, 419 pour 100 000, soit une réduction d'environ 7% du risque de TSA. Bien que les statistiques n'appuient probablement pas cette affirmation, ce sont de meilleures preuves que les anecdotes des antivax - le vaccin ROR peut, en réalité, réduire le risque de TSA.
  • Dans une étude de cohorte sur 93 000 enfants, le risque de TSA chez les enfants non vaccinés et vaccinés était d'environ 85 pour 100 000.
  • Dans une étude de cohorte de 1 914 enfants, le risque de TSA chez les enfants non vaccinés était de 12 pour 1000, alors qu'il était de 9 pour 1000 chez les enfants vaccinés. Cependant, les auteurs de l'étude pensent que le biais d'indication était probablement à l'origine de l'effet protecteur.

De toute évidence, cette revue systématique du vaccin ROR n'a montré aucune différence dans le risque de TSA entre les enfants vaccinés avec le ROR et les enfants non vaccinés. Aucun. En fait, la plus grande étude a montré un léger effet protecteur du vaccin

En résumé

Les auteurs de cette revue systématique Cochrane du vaccin ROR en concluent :

"Les données probantes existantes sur la tolérance et l'efficacité des vaccins ROR/RORV soutiennent l’utilisation des ces vaccins pour atteindre l’immunité collective. Les campagnes d'éradication mondiale devraient évaluer la situation épidémiologique et socio-économique des pays ainsi que la capacité à atteindre une couverture vaccinale élevée. Il faut davantage de données probantes pour évaluer si la protection apportée par le vaccin ROR/RORV pourrait s'estomper avec le temps."

Il s'agit de l'une des revues systématiques les plus importantes, les plus détaillées et les plus soigneusement analysées que j'ai jamais lues sur les vaccins. Ils ont examiné toutes les relations possibles entre le vaccin MMR ou MMRV et toute une série d'événements indésirables, y compris les troubles du spectre autistique.

J'espère qu'une étude aussi puissante réduira au silence les critiques du vaccin et rassurera les parents. Nous ne pouvons que l'espérer !

Références

Publié par Skeptical Raptor, le 4 juin 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article