Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

L'économie de la vaccination

[Note de Ceci n'est pas Initiative Citoyenne : cet article a été publié bien avant la pandémie de coronavirus. Depuis lors, on a d'autant plus eu l'occasion de se rendre compte des avantages économiques immenses qu'offre la vaccination.]

Il y a quelques jours, nous avons publié un article sur l'épidémie de rougeole à Madagascar et sur le nombre de décès ayant dépassé 1.200 cas, dont la plupart étaient des enfants. Une des choses qui m'a frappé dans cette situation est le coût du vaccin antirougeoleux. Il est si coûteux que les familles de plusieurs enfants choisissent souvent quel enfant recevra la dose de vaccin qu'ils peuvent s'offrir. Une famille gagne environ 2 dollars par jour, une dose de vaccin coûtant plus de 15 dollars. Imaginez avoir à travailler plus de deux semaines pour acheter un seul vaccin qui puisse sauver la vie de votre enfant.

Les avantages économiques de la vaccination sont très connus et étudiés. Les familles qui ne sont pas obligées de s'absenter du travail pour s'occuper d'un enfant malade à la maison risquent de ne pas s'en rendre compte, car nous, les humains, ne remarquons pas ce qu'il ne se passe pas (et amplifions souvent ce qu'ils se passe). Je sais que j'ai dû rester à la maison au moins trois semaines au cours des presque deux années écoulées depuis la naissance de mon enfant.   

Une semaine complète était la conséquence du virus respiratoire syncytial, deux autres jours étaient dus à une fièvre, une semaine était due à une maladie ressemblant à la grippe et quelques jours encore étaient dus à une infection de l'oreille. Ce ne sont que des choses non évitables par la vaccination. Je ne peux qu'imaginer si je devais rester à la maison en raison de rotavirus, de méningite, de coqueluche, de rougeole, de rubéole, de varicelle, de diphtérie, de tétanos, de pneumocoque, ... Ou pire, si je devais rester avec lui à l'hôpital.

Et je n'ose l'imaginer succombant à ces dangereuses maladies.

En suivant le calendrier de vaccination recommandé, nous avons évité de lourdes pertes financières. Comme ses copains à la crèche sont également immunisés, ils bénéficient tous de l'immunité de groupe. Et il n'y a pas que moi et ma femme qui évitons les absences au travail. Les parents des amis de ma fille ont également intérêt à suivre les conseils de nos prestataires de soins de santé et vacciner à temps.

Alors, quelles sont les preuves de l'avantage financier de la vaccination ? Ce papier de Quilici et al. expose une théorie très intéressante. Les auteurs y postulent que l'amélioration de la santé publique a conduit à une population plus productive et en meilleure santé. A son tour, cette population plus productive a pu se permettre d'améliorer encore la santé publique, le tout dans un cercle vertueux. Ils concluent :

"La santé est un facteur clé pour la promotion de la croissance économique aux niveaux national, régional et mondial. L'industrie des vaccins et les programmes de vaccination ciblant des populations d'âges différents peuvent contribuer de manière substantielle à la croissance économique en préservant la santé des personnes tout au long de leur vie, en investissant en permanence dans la recherche et le développement pour protéger les populations contre un nombre croissant de maladies évitables par la vaccination existantes ou nouvelles. Il est clairement nécessaire que les autorités sanitaires, mais aussi les gouvernements, s'engagent à vacciner. En particulier, les ministres des finances et du budget de différents gouvernements doivent déterminer de quelle manière les meilleurs vaccins peuvent contribuer efficacement à la croissance économique nationale et, donc la croissance européenne. En tant que telles, les analyses macroéconomiques constituent un outil d'évaluation essentiel mais sont rarement utilisées. Une impulsion et un investissement plus importants dans leur utilisation sont nécessaires pour fournir des preuves permettant de déterminer la valeur économique totale de la vaccination."

Dans un article de blog pour la faculté de médecine de Harvard, Claire McCarthy, docteur en médecine, résume les coûts en dollars des enfants malades à la maison et des hospitalisations dues à des maladies évitables par la vaccination :

"Il existe également des coûts lorsque les parents doivent rester à la maison pour s'occuper d'un enfant malade. Selon le Bureau of Labor Statistics, le salaire horaire moyen aux Etats-Unis est d'environ de 26$. Cela signifie que chaque jour de congé pour s'occuper d'un enfant malade correspond à une perte de 208$ de salaire, sans parler de la perte de productivité.

C'est vrai que, grâce à l'efficacité des vaccins, le nombre de cas de maladies évitables par la vaccination est bien moins plus faible. Cela crée une "immunité de groupe", ce qui signifie que les personnes vaccinées protègent les personnes non vaccinées; il y a moins de germes à attraper. Mais il subsiste encore des cas - il suffit de constater qu'il faut près de 20.000 dollars pour une hospitalisation pour une coqueluche, 30.000 dollars pour une méningite à Haemophilus et 37.000 dollars de chirurgies cardiaques pour les bébés atteints de rubéole congénitale, pour montrer que la vaccination est rentable. Et si moins de personnes se vaccinent et que l'immunité de groupe s'effondrent, les coûts vont augmenter."

Enfin, dans un article paru dans Health Affairs, Stack et al se font l'écho des conclusions et opinions ci-dessus :

"Cette étude a révélé que l'utilisation accrue des vaccins par la Décennie de la vaccination pourrait économiser 7,4 milliards de dollars (plage d'incertitude : 5,5 à 10,5 milliards de dollars) en coûts de soins intensifs seuls, dont 6,2 milliards de dollars (4,8 à 9,2 milliards de dollars) en coûts de traitement. Si l'on ajoute les gains de productivité à long terme résultant de la vaccination, les coûts évités devraient atteindre 151 milliards de dollars (130 à 175 milliards de dollars). Ces avantages économiques sont réalisés en sauvant 6,4 millions de vies, en évitant 426 millions de cas de maladie et en évitant à 63 000 enfants d'être handicapés en raison de la méningite. Cette analyse s'ajoute aux études de rentabilité précédentes en fournissant aux politiciens nationaux et mondiaux des estimations des avantages monétaires concrets qui pourraient être générés par l'augmentation des investissements dans les vaccinations au cours de la Décennie de la vaccination. »

Publié par HistoryOfVaccines, le 26 avril 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article