Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Vaccin russe contre le coronavirus - Testé en lui montrant une photo du mot "test"

Un nouveau vaccin soviétique russe contre le coronavirus, appelé «Spoutnik V», a été approuvé par l'Union soviétique la Russie. Le "premier" vaccin à être approuvé a été annoncé par le Secrétaire Général Soviétique le Président russe Vladimir Poutine, autrement connu comme le meilleur ami de Donald Trump.

De façon amusante, le nom «Spoutnik V» rappelle la Course à l'espace, une compétition pendant la Guerre Froide entre les États-Unis et l'Union soviétique dans les années 50 et 60 pour savoir quel pays pourrait construire le meilleur programme spatial. Spoutnik était le nom du premier satellite orbital lancé par les Soviétiques battant de deux mois les États-Unis dans l'espace. Cela n’a pas réellement d'importance, c'est juste un bip toutes les quelques secondes en orbite autour de la Terre - nous prendrons cela comme une excellente métaphore.

Pour ne pas être totalement cynique, le nom est une référence évidente à la propagande de Poutine selon laquelle les soviétiques russes ont gagné la guerre des vaccins contre le coronavirus.

Bien sûr, le scientifique en moi s'exclame "pas si vite, camarade". Jetons un coup d'œil à la science, ou mieux encore au manque de science, de ce nouveau vaccin russe contre le coronavirus. Étant donné que je suis sceptique quant à la tentative américaine de mettre au point un vaccin contre le coronavirus, imaginez ce que je vais écrire sur la tentative de Poutine.

Le vaccin russe contre le coronavirus

Eh bien, je voudrais écrire un tas de choses sur ce vaccin, mais je ne peux pas. Pourquoi? Parce qu'il n'y a pas beaucoup d'informations publiées sur le vaccin russe contre le coronavirus.

Au début de la course à un nouveau vaccin contre le coronavirus, l'institut de recherche Gamaleya, basé en Russie, avait annoncé le développement d'un vaccin à base de vecteur adénoviral recombinant. Les adénovirus sont hautement immunogènes chez l'homme, il y a donc eu beaucoup de recherches sur l'utilisation de vecteur adénoviral dans les vaccins.

Johnson & Johnson, CanSino Biologics de Chine et l’Université d’Oxford utilisent le vecteur adénoviral dans leurs vaccins candidats. Donc, ce n'est pas un problème.

Dans ce cas, Gamaleya a été capable d'ajouter le gène de la protéine S du SARS-CoV-2 dans le vecteur adénoviral pour développer le vaccin. Ils ont en fait enregistré deux essais cliniques, NCT04437875 et NCT04436471, qui étaient des essais cliniques ouverts de phase I qui ont débuté le 20 juin. Ces essais comprenaient un total de 38 volontaires en bonne santé, ce qui est habituel pour un essai de phase I.

Nous n’avons aucune donnée sur ces essais de phase I, je ne peux donc pas vous dire s’ils ont déterminé si le vaccin était sûr ou s'il fonctionnait. Il n'y a pas d'articles publiés revus par les pairs sur ces essais, nous n'avons donc rien à analyser.

Malgré ce que beaucoup de gens disent, y compris de nombreux scientifiques, la science est plutôt noire et blanche. Soit vous avez des preuves pour soutenir ou rejeter une hypothèse, soit vous n'en avez pas. Bien sûr, vous pourriez soutenir que les preuves sont faibles ou mal analysées, mais c'est pourquoi la science repose non seulement sur la qualité, mais également sur la quantité. C’est pourquoi la sécurité et l’efficacité de la plupart des vaccins est une science bien établie.

L'histoire devient encore plus étrange. L'essai de phase I n'a inclus que les chercheurs impliqués dans le développement du vaccin, ce qui est très inhabituel, voire carrément contraire à l'éthique. Cela était quelque chose qui se faisait il y a 100 ans, mais qui ne se produirait plus jamais actuellement dans la plupart des recherches cliniques.

Pourquoi ? Parce que le summum du biais, c’est de demander aux chercheurs de faire des recherches sur eux-mêmes. Bien entendu, ils veulent que le vaccin fonctionne et qu’il soit sûr, ils peuvent alors négliger certaines choses que cela se réalise. Et c’est pourquoi, mes amis, il n’est plus éthique de s’utiliser comme sujet expérimental. Evidemment, sauf dans les films.

Malgré le manque de données, plus de 500 millions de doses du vaccin russe contre le coronavirus seront fabriquées. Je ne suis pas préoccupé par le risque financier, même si je trouve cela un peu troublant alors que cette capacité pourrait être utilisée pour un vaccin qui fonctionne, c'est le fait qu'il est utilisé pour un vaccin dont il n'est démontré ni son innocuité, ni son fonctionnement.

Les essais de phase 3

Pour obtenir des données valides sur l’innocuité et l’efficacité d’un nouveau vaccin, de vastes essais cliniques de phase III sont nécessaires. Et ils sont requis par la grande majorité des agences de régulation pharmaceutique et médicale du monde entier.

Habituellement, les essais cliniques de vaccins de phase III sont testés contre placebo (c'est-à-dire qu'il existe au moins deux groupes, dont l'un reçoit un placebo ou le vaccin antécédent, contrairement à ce que prétendent les antivax), en double aveugle (ni le patient, ni le médecin sait qui reçoit le vaccin ou le placebo) et randomisé (personne ne peut choisir quelle personne entre dans quel volet de l'étude). Ces études devraient être de grande envergure, représenter une large partie de la population et être soigneusement surveillées au fil du temps.

De plus, comme il est difficile de déterminer si un vaccin confère une immunité (l'utilisation de la séroconversion comme paramètre est importante, mais ne garantit pas l'immunité), à moins que la personne ne soit exposée au COVID-19, une étude doit généralement être très vaste (Moderna inclut plus de 30.000 patients dans son étude de phase III) et les patients doivent être observés pendant une période suffisamment longue pour être sûrs qu'ils puissent être exposés au coronavirus.

Ainsi, le vaccin russe contre le coronavirus est précipité sans cette étude de phase III. En fait, il semble que la Russie envisage d'utiliser sa population comme un essai de phase III - c'est la violation la plus flagrante de l'éthique médicale depuis de nombreuses années. Evidemment, il y a beaucoup de gens pro-vaccins aux États-Unis qui promeuvent la même chose.

De toute évidence, vu le nom «Spoutnik V», il ne s'agit que d'une opération de propagande pour Poutine. J. Stephen Morrison, vice-président principal du Center for Strategic and International Studies, a déclaré:

"Cela change les règles. C'est hâtif. C’est un développement majeur, et cela commence avec Poutine. Il a besoin d'une victoire.

C’est très intéressant ce [retour au] temps de Spoutnik. Cela rappelle les jours de gloire de la science russe, il met la machine de propagande russe en marche. Je pense que cela pourrait avoir l'effet inverse à celui attendu."

Poutine veut déclarer la victoire de son pays contre le COVID-19. Et maudite soit la sécurité de ses citoyens. La Russie ne veut pas paraître dépendante des pays occidentaux, elle veut donc apparaître, de la même manière, comme le leader dans la course à ce vaccin.

Au cas où cela ne serait pas assez clair, qu'il s'agisse de propagande plutôt que de santé publique, le KGB les pirates russes ont tenté de voler des données sur le vaccin contre le coronavirus. Décidément, cela ressemble aux années 1970, sauf qu'il n'y a pas de musique disco.

Pour être honnête, Poutine n’est pas seul dans cette affaire. La Chine, les États-Unis, le Royaume-Uni et de nombreux autres pays poussent pour obtenir un vaccin contre le coronavirus, apparemment sans tenir compte de la bonne science clinique. Beaucoup de ces pays veulent déclarer  la "victoire" dans cette course, et il n'est pas inconcevable que les dirigeants de ces pays contournent la réglementation et la science pour devenir "numéro un" avec un vaccin contre le coronavirus.

En outre, ce vaccin russe contre le coronavirus pourrait éventuellement augmenter la pression politique sur d'autres gouvernements pour qu'ils prennent un pari similaire sur un vaccin non éprouvé et le précipitent sur le marché. Cela entraînera soit un préjudice causé à beaucoup de personnes à cause du vaccin, soit la poursuite de la pandémie.

De plus, la promotion du vaccin par le gouvernement russe signifie probablement que, dans une telle atmosphère, les effets indésirables ne seront pas signalés de manière transparente. Le gouvernement, que ce soit la Russie ou d'autres pays, peut contraindre les gens à signaler tout danger par des incitations financières ou des menaces d'emploi. C'est pourquoi nous menons de vastes essais cliniques randomisés, contrôlés par placebo et en double aveugle !

Ce qui m'amène à Donald Trump.

Donald Trump et le vaccin russe contre le coronavirus

Non, il n’y a pas de complot ici, même si cela devait se présenter plus tard, je ne serais pas choqué.

Étant donné que Donald Trump a une histoire d'amour de longue date avec Vladimir Poutine, il pense sans aucun doute que si la Russie peut le faire, pourquoi ne peut-il pas rendre l'Amérique grande à nouveau ("Make America Great Again") en copiant ses amis soviétiques russes.

Je craignais que Trump, juste pour revendiquer la victoire contre le COVID-19, ne produise un vaccin qui n'a pas été correctement testé pour sa sécurité ou son efficacité. Il a déjà commencé le processus en affirmant qu'un vaccin sortira comme "surprise d'octobre", juste à temps pour les élections de novembre 2020.

Parce que la plupart des Américains ne sont pas des scientifiques, peut-être assez de gens le croiront pour gagner les élections. Cela m'inquiète car il sera réélu et nous n’avons toujours pas de vaccin dans un pays où il n’a fait preuve d'aucun leadership dans la gestion de cette pandémie.

Résumé

Je ne sais pas si ce vaccin russe contre le coronavirus est sûr ou efficace. Comme je le dis toujours, je ne m'intéresse à aucun vaccin, médicament ou traitement tant que les essais cliniques de phase III ne sont pas terminés et publiés dans une revue à comité de lecture très respectée. C'est parce que je veux voir si l'étude a été bien conçue, s'il y avait des biais et si elle était statistiquement significative. Et je ne peux pas le faire sur la base de la parole de Vladimir Poutine. Ou de son meilleur copain, Donald Trump.

Comme je l'ai dit, je suis préoccupé de la façon dont la science s'érode lentement au profit d'une précipitation aveugle pour trouver un nouveau vaccin contre le coronavirus. Notre monde de vaccins exceptionnels contre la rougeole, les oreillons, la polio, le VPH et de nombreuses autres maladies dangereuses repose sur une immense quantité de données scientifiques de haute qualité, transparentes et accessibles à tous.

Je comprends la nécessité de trouver rapidement un vaccin parce que chaque jour d'attente entraînera la perte tragique de vies. Mais devrions-nous raccourcir la recherche clinique établie de longue date simplement pour nous donner un vaccin qui pourrait ne pas être sûr et / ou efficace ? Je dis non, mais apparemment les Russes ne m'écoutent pas.

Mais ne m'écoutez pas moi uniquement à propos du vaccin russe contre le coronavirus. Voyons ce que le Dr Anthony Fauci, dont le petit doigt en sait plus sur ce vaccin que Trump ou Poutine, en dit :

"J'espère que les Russes ont effectivement sérieusement prouvé que le vaccin est sûr et efficace. Je doute sérieusement qu’ils l’aient fait."

Références

Wold WS, Toth K. Adenovirus vectors for gene therapy, vaccination and cancer gene therapy. Curr Gene Ther. 2013 Dec;13(6):421-33. doi: 10.2174/1566523213666131125095046. PMID: 24279313; PMCID: PMC4507798.

Publié par Skeptical Raptor, le 11 août 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article