Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Joe Mercola : Célébrations de 23 ans de promotion de la charlatanerie et de la désinformation antivaccinale

Le "Dr." Joe Mercola vient juste de célébrer les 23 ans de son site internet. Cela fait donc 23 ans de promotion de la charlatanerie et de la désinformation antivaccinale, aboutissant à beaucoup de désinformations sur la COVID-19.

Joseph Mercola, Docteur en Osthéopathie, a été un sujet de discussion récurrent sur ce blog au cours des 15 dernières années. La raison est simple. Il dirige l'un des plus grands référentiels d'internet de désinformation sur la santé, y compris sur les réseaux sociaux. Il fait la promotion de la pseudoscience antivaccinale, un niveau élevé de charlatanisme autour du cancer (par exemple, l'idée que le cancer est un champignon et que le bicarbonate de soude peut le guérir), et de la pseudoscience et du charlatanisme sur toute une série de sujets, tout en se présentant comme "modéré" et "raisonnable" par rapport à de "vrais fous", comme Mike Adams. Il n'est pas seulement question de son site et de son activité sur les réseaux sociaux. En vendant des compléments alimentaires et toutes sortes de poudres de perlinpinpin, Mercola est devenu incroyablement riche et il utilise cette richesse pour soutenir des groupes antivaccins, tels que le Centre national d'information sur les vaccins de Barbara Loe Fisher, pour diffuser des publicités antivaccins dans plusieurs points de vente, en faisant la promotion d'un faux jour férié appelé le Vaccine Injury Awareness Week au cours de la dernière décennie, et de manière générale, en essayant de propager la maladie en décourageant la vaccination. À quel point Joe Mercola est-il devenu riche avec son empire de charlatanisme en ligne ? Sa valeur nette dépasse maintenant les 100 millions de dollars !

Le "Dr." Mercola

Il n’est donc pas surprenant que Mercola soit très heureux de célébrer sa 23e année de diffusion de désinformation sur la santé, déguisée en "santé naturelle" partout où il le peut sur le web et les réseaux sociaux :

"Cela fait 23 ans que j'ai lancé Mercola.com, et je suis extrêmement excité et reconnaissant de célébrer cette étape importante avec vous ! Lorsque j'ai lancé ce site en 1997, mon objectif était d'enseigner aux gens des alternatives naturelles simples et peu coûteuses aux médicaments et à la chirurgie.

Heureusement, nous avons pu toucher des centaines de millions de personnes au fil des ans. Et bien que nous ayons apporté des améliorations à la fonctionnalité et à la conception du site, son objectif reste le même : offrir des solutions et des outils de santé pratiques qui aideront les gens à prendre leur santé en main.

Je n’aurai jamais imaginé que nous serions capables d’atteindre toutes les missions que nous avons accomplis jusqu’à présent - et pourtant je suis maintenant convaincu que nous pouvons encore faire plus. Cela dit, voici les principales initiatives que je suis fier de souligner cette année."

Aujourd'hui, j'aimerais revenir sur l'histoire de Mercola et la création de son site à la fin des années 1990, une histoire qu'il a racontée à plusieurs reprises. Fondamentalement, Mercola dit qu'il a commencé son site pour diffuser des informations sur la "santé naturelle" à ses patients et à d'autres. À l'époque, la bande passante n'était pas très bon marché, comme c'est le cas aujourd'hui, même si je ne peux m'empêcher de noter qu'à l'époque, la plupart des sites n'étaient pas particulièrement gourmands en graphiques, principalement parce que la bande passante pouvait devenir chère rapidement. Quoi qu'il en soit, Mercola a décidé de se lancer dans la vente de compléments alimentaires et d'autres produits de "santé naturelle" afin de financer son site Internet. Il y a longtemps, cependant, que les ventes de ces produits de "santé naturelle" ont décollé et, que Mercola l'admette ou non, il ne fallut pas longtemps avant que son site ne devienne, par essence, le principal bras marketing de son entreprise de compléments, particulièrement parce que le gros de son business se faisait en ligne. Comme je l'ai mentionné ci-dessus, cette entreprise a fini par rendre Mercola très, très riche. Vraiment, le charlatanisme paie !

Aussi lucrative l’activité de Mercola ait été au fil des ans, elle n’est cependant as toute rose, du moins pas ces derniers temps. L'année dernière, par exemple, en réponse aux critiques croissantes selon lesquelles leurs algorithmes et modèles commerciaux ont facilité la propagation de la désinformation dangereuse des antivaccins, diverses plateformes de réseaux sociaux ont commencé à expérimenter des moyens de déprioriser et de désaccentuer la désinformation sur la santé, principalement la désinformation antivaccinale. Google l'a fait aussi, en ajustant ses algorithmes de recherche sur YouTube et sur son moteur de recherche pour déprioriser le charlatanisme. Le résultat fut qu'un certain nombre de sites de premier plan ont commencé à constater que leur contenu n'apparaissait plus sur Google, Facebook, YouTube et sur d'autres recherches tout en haut dans la liste des résultats comme auparavant. En effet, en juin 2019, Mercola a rédigé une longue plainte sur la chute du trafic de 99% vers son site en provenance des recherches sur Google. (Vous et moi, bien sûr, considérons cela comme une bonne chose, mais c'est évidemment le genre de déclin qui affecte sérieusement les résultats d'un charlatan, et un certain nombre d'autres promoteurs de la désinformation sur la santé, tels que Kelly Brogan, se sont plaints de la même surprenante de baisse du trafic de recherche de Google vers leurs sites.) À peu près au même moment, Facebook a commencé à supprimer un certain nombre de sites antivaccins, tels que la page "Stop Mandatory Vaccination" de Larry Cook.

Cette année, à l'ère de la pandémie de COVID-19, la pression pour lutter contre la désinformation sur le coronavirus, les masques, l'hydroxychloroquine et les nombreuses théories du complot sur la pandémie s'est accentuée sur les plateformes de réseaux sociaux et sur Google pour en faire davantage, conduisant à encore plus de répression. Par exemple, j'ai récemment remarqué que Twitter n'autorisera pas les utilisateurs à partager des liens de Mercola.com, bien que, curieusement, Mercola ait toujours un compte Twitter, où il se plaint de l'interdiction de Twitter et continue de promouvoir de la désinformation sur la santé :

Eh bien, ça semble être un bon début que Twitter ne vous permet pas de publier un lien vers Mercola.com, mais c'est plutôt idiot de lui permettre de continuer à avoir un compte Twitter.

Quoi qu'il en soit, comme tous les bons escrocs, Mercola a pris une situation qu'il ne peut pas contrôler et l'a transformée comme une décision de sa part de faire quelque chose de noble. Cela vaut la peine de citer cette partie de sa "célébration" parce que  je ne savais plus m'arrêter de rire en la lisant :

"L’année dernière, j’ai pris la décision de quitter Facebook, car c'est devenu une plate-forme de surveillance de la censure qui se nourrit sans cesse de données personnelles et qui viole leur droit à la vie privée. Cette année, je fais un autre pas de géant en empêchant Google d'indexer Mercola.com.

Google est le plus grand monopole que le monde ait jamais vu, et il est absurde de voir à quel point il s'est profondément infiltré dans notre vie quotidienne. Il collecte des données sur chaque mouvement que vous faites et écoute chaque conversation que vous avez, que vous soyez en ligne ou dans le monde réel.

Ce pouvoir constitue des menaces pour notre société, comme le fait de pouvoir manipuler les informations que le public voit grâce à sa capacité à restreindre ou bloquer l'accès aux sites, et à manipuler l'opinion publique par le biais de classements de recherche et d'autres moyens.

Et saviez-vous que Google peut suivre vos mouvements même si vous êtes hors ligne? Les téléphones portables Android, qui sont un système d'exploitation appartenant à Google, peuvent vous suivre même lorsque vous n'êtes pas connecté à Internet, que le suivi géographique soit activé ou non. Et dès que vous vous connectez, Google a accès à toutes les informations stockées dans votre téléphone.

Mais le monopole de Google va désormais au-delà de la recherche sur le web, car il détient désormais un monopole potentiellement dangereux sur la publicité en ligne, puisqu'il a acquis DoubleClick, une société de diffusion d'annonces sur Internet qui domine déjà le marché de la publicité numérique.

Et de par la récente acquisition de Fitbit, il est clair que Google est également à la recherche de vos données de santé. Grâce à Fitbit, Google aura accès à toutes vos informations physiologiques et niveaux d'activité. En fait, Google, Amazon et Microsoft collectent également des données saisies sur des sites de santé et de diagnostic, qui sont ensuite partagées avec des centaines de tiers, à votre insu ou sans votre consentement."

Et :

"Je suggère fortement d'éviter les produits Google, car il est responsable des plus grandes fuites de données personnelles de votre vie. Je suis fier de dire que Mercola.com est désormais hors de Google - nous n'utilisons plus Google Analytics ou la recherche Google pour les recherches internes et n'avons jamais utilisé de publicités Google."

Vous voyez là où je veux en venir ? Après tout, étant donné que le trafic de recherche Google de Mercola avait déjà diminué de 99% il y a plus d'un an, Google a, en substance, de toute façon retiré son site. Mercola pourrait utiliser Google ou ne pas utiliser Google. Cela ne ferait aucune différence. Maintenant, ne vous méprenez pas. Il est vrai que Google a un pouvoir incroyable sur ce que nous voyons sur le web, et il suit beaucoup trop ce que nous faisons en ligne. Il est également vrai que Google étend sa portée de manière inquiétante dans d'autres domaines. Cela étant dit, Mercola était parfaitement heureux d'utiliser la recherche Google avant que la société ne modifie ses algorithmes et son système de classement de recherche pour déprioriser la désinformation et le charlatanisme antivaccin, entraînant une baisse inattendue du trafic de recherche vers Mercola.com. Si Google n’avait pas changé ses algorithmes, laissant Mercola.com en tête du classement parmi les sites Web de «santé naturelle» avec le plus de trafic, vous pouvez parier que Mercola ne se plaindrait pas. En gros, cela aurait été beaucoup plus impressionnant si Mercola avait empêché les robots d'indexation de Google d'indexer son site il y a un an et demi, avant que Google ajuste ses algorithmes de recherche. A présent, la fanfaronnade de Mercola sur sa "prise de position" contre Google semble évidemment cynique (parce qu'elle l'est) et pathétique (parce qu'elle l'est aussi).

Une grande partie du reste du commentaire de Mercola est une "énumération" de ses "accomplissements". Bien sûr, quiconque promeut la médecine scientifique considérerait tout cela comme des accomplissements négatifs. Par exemple, il se vante d'avoir écrit le livre "Herbal Immunity Recipe", qui, si l'interview vidéo incluse avec l'article en est une indication, semble regorger de pseudosciences nutritionnelles. Il dit "continuer la lutte contre la fluoration de l'eau" comme si c'était une bonne chose. (Ce n'est pas le cas.) Apparemment, Mercola est un fan des caries et veut soutenir Big Dentisterie, qui aura beaucoup plus de travail si les gouvernements locaux arrêtent de fluorer leur eau.

Une activité vantée par Mercola constitue l'exemple parfait de la façon de transformer une inquiétude raisonnable en théorie du complot. Je fais référence à une mise en garde contre l'accélération d'un vaccin COVID-19. Après tout, j’ai moi-même exprimé hier ma profonde consternation face au vaccin russe anti-COVID-19, «Spoutnik-V», qui a été approuvé sans aucun essai de phase 3 et, apparemment, après que seules moins de 80 personnes aient reçu le vaccin. En mai dernier, j’ai exprimé une inquiétude similaire concernant «l’opération Warp Speed» du président Trump, l'initiative du gouvernement pour accélérer la mise en place d’un vaccin contre le coronavirus. Quelle est la différence entre l'inquiétude de Mercola et la mienne ? Eh bien, jetez un œil :

"Le gouvernement et l'industrie pharmaceutique s'orientent à grands pas vers la vaccination obligatoire contre la COVID-19, ainsi que le suivi et la traçabilité des personnes vaccinées. Barbara Loe Fisher, cofondatrice et présidente du Centre national d'information sur les vaccins (NVIC), prévient que non seulement cela mettra en danger votre droit de prendre des décisions éclairées et consenties sur la prise de risques liée aux vaccins, mais cela mettra également votre santé et votre sécurité en danger.

Ce vaccin accéléré utilisera de nouvelles méthodes d'administration de vaccins, telles que l'injection d'un réseau de micro-aiguilles, qui est financée et promue par la Fondation Bill & Melinda Gates. Contrairement aux injections conventionnelles, les micro-aiguilles ont des plaquettes à points quantiques fluorescents, qui laisse une marque invisible qui peut être lue par un smartphone équipé d'un capteur spécial.

Selon Fisher, Bill Gates a non seulement fait pression pour vacciner chaque personne dans le monde, mais il a également l'intention de pouvoir traquer le suivi de vaccination dans notre corps. Elle déclare :

"Assurément, ce type d’administration de vaccin est une double bulle parce que non seulement on injecte le vaccin à la personne, mais en plus, on est également en mesure de la traquer … Ils sont déterminés à implanter ou à faire en sorte que d'une manière ou d'une autre, notre corps comportera notre carnet de vaccination …"

De plus, les vaccins à ARNm en cours de développement contre la COVID-19 sont conçus pour modifier votre ARN et votre ADN afin de transformer votre corps en une usine de fabrication de protéines. C'est une inquiétude majeure car si votre système immunitaire est hypersensible, il pourrait réagir de manière excessive et entraîner des maladies auto-immunes."

Oui, il est vrai qu'il existe une initiative visant à développer un moyen d'identifier qui a reçu quels vaccins en utilisant cette technologie. Cependant, ce n’est pas aussi néfaste que Mercola le fait paraître. D'une part, savoir qui a déjà reçu un vaccin spécifique peut empêcher cette personne de se voir inutilement conseiller de recevoir à nouveau ce vaccin, en cas d'incertitude quant à savoir si elle l'a déjà reçu. En outre, cette technologie est loin d'être prête. Il n'est cependant pas surprenant que Mercola élabore une théorie du complot sur cette technologie ; c'est aussi probablement l'origine de la théorie du complot sur les vaccins anti-COVID-19 selon lesquelles une puce sera implantée, et certaines des théories du complot à ce sujet se rangent dans la catégorie "chapeau d'aluminium", des illuminés affirmant : "Ce vaccin ne va pas seulement vous "marquer"comme du bétail, on vous injectera des nanoparticules qui feront de vous une parfaite antenne pour les fréquences 5G qu'ils utiliseront pour vous traquer, pour vous agissiez et pensiez comme ils le veulent."

Quant à ce dernier élément sur les vaccins à ARNm conçus pour "modifier votre ARN et votre ADN" ? C’est un non-sens absolu. Les vaccins à ARNm pourraient être de nouvelles plates-formes, non encore éprouvées, pour l'administration de vaccins, comme j'en ai discuté dans le contexte du vaccin Moderna, mais ils ne modifient pas votre ADN ou votre ARN. Sérieusement, le "Dr." Mercola ne comprend pas comment les vaccins à ARNm fonctionnent ? Oui, ils pénètrent dans vos cellules et servent de modèles pour générer des protéines afin de générer une réponse immunitaire contre le pathogène contre lequel vous êtes vacciné. C'est l'idée. Mais ils n'altèrent pas l'ADN cellulaire. Quant aux maladies auto-immunes ? Les protéines générées par l'ARNm ne sont pas des protéines humaines. Dans le cas du COVID-19, ce sont des protéines spécifiques du SARS-CoV-2, le virus qui cause la maladie. Sérieusement, "Dr." Mercola doit suivre des cours de rattrapage en biologie moléculaire de base. (Oh, attendez. Ce n’est pas la première fois que Mercola affiche son ignorance de la biologie moléculaire.) D'un autre côté, il est probablement bien conscient qu'un vaccin à ARNm ne modifiera pas l'ADN.

Malheureusement, bien que je sois heureux qu’il y ait enfin eu certaines dispositions mises en place contre Mercola, son existence même me déprime. Sa grande richesse, obtenue grâce à la promotion de pseudosciences, de la désinformation sur la santé et du charlatanisme pur et simple pour vendre ses produits, n'est qu'une indication de plus que le charlatanisme est très lucratif. Le charlatanisme se vend, et Mercola le vend depuis 23 ans maintenant, sans aucun signe d'arrêt.

Publié par Respectful Insolence, le 14 août 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article