Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Les vaccins causent le diabète - Encore un mythe réfuté et débunké

Si vous surfez sur internet, que vous vous discutez avec les tenants de la religion antivaccinale (non recommandé), vous découvrirez leurs rengaines classiques, leurs mensonges, et d'autres commentaires anti-scientifiques, telle que l'affirmation selon laquelle les vaccins sont à l'origine du diabète, Bien sûr, une fois que l'on approfondit les faits scientifiques, on trouve peu de preuves le démontrant.

Beaucoup de négationnistes de la vaccination pensent que les vaccins sont responsables de beaucoup de choses et plusieurs affirment que les vaccins causent le diabète de type 1, avec peu de preuve à l'appui. A ce que je sache, ce mythe est basé sur l'"étude" de J. Barthelow Classen, M.D., qui défend l'idée que les vaccins causent le diabète de type 1, par le biais d'un processus magique qui n'a jamais été corroboré par d'autres preuves indépendantes.

C'est un nouvel exemple du cherry-picking de preuves des antivaccins fanatiques qui tentent d'étayer leurs conclusions à priori. Ils négligent le manque de vraisemblance de l'hypothèse liant les vaccins et le diabète de type 1. Au mieux, Classen a cherry-pické des statistiques pour étayer ses conclusions pré-déterminées "en comparant des pommes avec des poires, des données de santé provenant de différents pays, et en présentant de manière fallacieuse des études soutenant ses affirmations."

De plus, Classen semble avoir construit sa conviction en se basant sur des corrélations à l'échelle d'une population qui reposent sur le sophisme du post hoc ergo propter hoc, plutôt que sur le lien de causalité entre les vaccins et le diabète. C'est comme constater qu'une augmentation de 5% de la consommation de Big Mac est corrélée avec une pleine lune. Ces deux choses peuvent se produire dans le même temps, mais cela demanderait un effort ridicule à la vraie science pour y voir un lien de causalité.

Tout sur le diabète

Qu'est-ce que le diabète de type 1 ? La source d'énergie de base de notre corps est le glucose, qui est produit à partir de presque tout ce que nous mangeons (glucides, protéines, sucres et lipides). Il est généralement fort bien régulé par le corps de sorte que lorsque vous avez un excès de glucose dans le sang, il est extrait du sang et stocké - mais lorsque le glucose dans le sang diminue, il est libéré pour être utilisé comme source d'énergie.

L'insuline, l'hormone clé qui régule le niveau de glucose du corps, est libérée par les cellules bêta situés dans les îlots de Langerhans dans le pancréas. Quand la glycémie (c'est-à-dire le niveau de glucose dans le sang) augmente, l'insuline est relâchée par le pancréas. Cela induit alors un stockage des cellules pour enlever et stocker le glucose du sang.

Lors d'une interaction agonistique complexe, l'hormone glucagon, produite par d'autres cellules du pancréas, est libérée lorsque la glycémie est trop basse. Le glucagon signale qu'il faut libérer le glucose stocké. (Cela montre une fois encore à quel point les systèmes vivants sont complexes et que des explications simplistes sont risibles et devraient être rejetées.) C'est un système fascinant du corps, et il est remarquable qu'il fonctionne si bien chez 99% des gens.

Le diabète de type 1 (DT1) est une maladie auto-immune dans laquelle le système immunitaire attaque les îlots de Langerhans, entraînant une chute, voire une interruption de la production d'insuline. A ce jour, cette maladie est incurable, et le seul moyen de traiter une personne est d'injecter régulièrement de l'insuline humaine, produite par E. coli issue de la bio-ingénierie. Il est intéressant de noter que le gène de l'insuline humaine a été insérée dans des plantes de carthame génétiquement modifiées pour être utilisé comme autre méthode de production massive d'insuline.

Avant la grande disponibilité de l'insuline dans les années 1920 (généralement une insuline issue de porcs dont la structure était semblable à l'insuline humaine, mais qui provoquait de nombreuses réactions allergiques), les enfants mourraient tout simplement de la maladie. Rien ne pouvait être fait pour empêcher cette mort.

Le DT1 ne doit pas être confondu avec deux autres types de diabète, l'un appelé diabète auto-immunitaire latent chez l'adulte (parfois appelé LADA ou diabète de type 1,5), qui n'a en réalité aucune différence pratique avec le DT1, à l'exception de l'âge de début des symptômes. Au lieu de présenter des symptômes dès l'enfance, il apparaît à l'âge adulte, généralement entre 30 et 40 ans. Comme le diabète de type 1, le seul traitement pour le LADA est l'injection d'insuline.

L'autre forme est le diabète de type 2 (DT2), probablement causé par une combinaison de facteurs génétiques, d'obésité, de comportement alimentaire et de plusieurs autres facteurs liés au mode de vie. Habituellement, dans le DT2, le pancréas produit suffisamment d'insuline, mais les cellules et les organes du corps deviennent "résistants" à l'insuline, ce qui signifie qu'ils ignorent le signal de stockage du glucose et que, par conséquent, le taux de glucose dans le sang reste élevé.

Des médicaments oraux, des changements de comportement tels qu'une amélioration du régime alimentaire et de l'exercice physique, peuvent aider à gérer, voire inverser le DT2. Et les "compléments alimentaires naturels" n'aideront probablement pas du tout. Éventuellement, une personne atteinte de DT2 chronique eut également être obligée de prendre de l'insuline.

Le diabète de type 1 et 2 sont vraiment deux types différents de maladies, avec un symptôme commun, une glycémie excessive. A ce que je saches, personne n'a jamais essayé de lier, avec ou sans preuves scientifiques, le DT2 aux vaccins.

Il existe de graves conséquences d'un taux de glycémie élevé à cause de diabètes de type 1 ou de type 2 mal gérés. Elles peuvent comprendre :

C'est une maladie dangereuse.

Troubles auto-immuns et DT1

Bien que le consensus scientifique ne soit pas encore pleinement établi, il est clair qu'une sorte d'infection induit la maladie auto-immune qui provoque la destruction des cellules productrices d'insuline dans le pancréas.

Deux récentes publications fournissant des preuves convaincantes et prometteuses que le virus Coxsackie B1, un entérovirus pathogène qui ne peut être traité, et qui, à ce jour, ne peut être prévenu, peut induire la maladie auto-immune. Chez beaucoup d'enfants, l'infection du virus Coxsackie est asymptomatique, mais elle peut toujours induire induire la maladie auto-immune. Le virus Coxsackie B1 n'est associé à aucun des vaccins actuellement administrés. Par conséquent, cette piste n'est réservée qu'à ceux qui inventent des complots.

Selon Markus Heinze, les vaccins causent le diabète

Le grand champion du mythe "les vaccins causent le diabète" est Markus Heinze, un auteur antivaccin, dont la fille a contracté un diabète de type 1 lorsqu'elle était jeune. Sans surprise, il attribue à un vaccin le DT1 de sa fille.

Dans une longue explication, Heinze évoque le vieil argument ad hominem selon lequel il ne fait pas faire confiance dans les études financées par les compagnies pharmaceutiques, car elles cachent tout le mal que font les vaccins. Les médecins sont des incapables parce que les deux heures de recherches de Heinze sur Google ont plus de valeur.

Oh, et ses 18 mois d'études en psychologie dans un collège de niveau inférieur du Kentucky, font de lui un expert des antipsychotiques et des médicaments contre les drogues. Vous savez, parce que les quatre années de médecine et les huit autres années de formation post-universitaire pour devenir psychiatre ne lui sont pas utiles. Oui, c'est un homme arrogant qui voue probablement un culte à l'autel des biais cognitifs de Dunning-Kruger.

Usant d'une logique tordue, la méthodologie pseudoscientifique de Heinze, à qui il manque cruellement de connaissances scientifiques rigoureuses (et n'ayant aucune formation en endocrinologie, virologie, immunologie, etc,), a pris de nombreux articles revus par les pairs qui montrent que certaines infections peuvent être liées au diabète, et a manipulé les résultats pour soutenir ses hypothèses insupportables.

Il affirme que, et c'est difficile d'écrire cela sans s'étouffer de rire, il a découvert qu'un vieil article d'il y a 25 ans montrait que le virus de la rougeole se trouve dans le tissu pancréatique d'une personne atteinte du diabète de type 1. Heinze attribue dès lors cette infection au vaccin ROR, alors que celui-ci contient le virus vivant atténué (non pathogène, il ne peut pas se propager dans le corps, ni s'intégrer dans l'ARN des cellules) et ne peut infecter le pancréas cellules.

Chose amusante, Heinze pense réellement avoir eu un coup de génie, alors que tout ce qu'il a fait est d'inventer une conclusion, alors même que les vrais chercheurs qui ont menée de vraies études n'ont pas fait une telle affirmation. De plus, puisque dans cette étude a été utilisé une culture de cellules pancréatiques, on sait que celles-ci n'ont probablement pas été immunisées avec le vaccin ROR. 

Pourquoi Heinze est-il si obsédé par les vaccins et le diabète ? Parce que sa jeune fille est devenue diabétique et que dans le même temps, chose typique chez les parents, il s'en est pris à ce à tout ce qu'il pouvait rendre responsable.

Je compatis avec Heinze au sujet de son enfant, car je souffre aussi du diabète de type 1. Mais je n'ai jamais accusé qui que ce soit pour cela. Je l'ai accepté et j'utilise la science la plus avancée que je puisse trouver pour le traiter. Et grâce à cela, la maladie ne pose pas ou peu de problèmes sérieux et j'espère vivre longtemps. La fille de Heinze aussi.

Mais le prétexte de traverser une telle épreuve ne lui donne pas le droit d'inventer de la mauvaise science pour effrayer les gens.

La science rejette les affirmations selon lesquelles les vaccins causent le diabète

Qu'est-ce qui explique l'augmentation annuelle de 3 à 5% du nombre de diagnostics de diabète de type 1 ?

Tout d'abord, il est difficile de vraiment déterminer l'augmentation exacte du diabète de l'ère moderne. N'oubliez pas qu'avant les années 1920, les enfants mourraient tout simplement du diabète. Il était donc presque impossible de déterminer la prévalence de ces maladies avant. Même après 1920, l'insuline n'était pas encore largement disponible et les méthodes pour l'injecter étaient coûteuses. Il est possible qu'au cours des années 50, le taux de DT1 diagnostiqué ait été inférieur au nombre réel.

De nombreuses hypothèses ont été émises par le monde scientifique (en ignorant la logique non scientifique de Heinze) concernant l'augmentation du taux de la maladie.

Bien sûr, de vrais scientifiques ont activement investigué la possibilité que les vaccins soient à l'origine du DT1. Mais selon les meilleures revues systématiques, le vaccin ROR n'est pas lié au diabète de type 1. Mais ne parlez pas de ces études à Heinze, car, en utilisant ses vastes compétences scientifiques, il a inventé un lien entre le vaccin ROR et le diabète, uniquement parce que le virus de la rougeole est apparu dans une culture cellulaire.

D'autres preuves rejettent clairement une corrélation entre les vaccins et le diabète. Le vaccin contre l'Haemophilus influenzae de type B n'est pas lié au diabète. Dans une vaste étude contrôlée sur une population, il n'y avait aucun lien, aucun entre les vaccins infantiles courants et le diabète de type 1. Aucun.

Il n'y a pas non plus de preuve que les vaccins contre le VPH soient liés au diabète. Aucune. On a également une étude de cohorte rétrospective plus récente sur près de 1 million de patients, publiée dans Vaccine, qui a conclu que :

Nous n'avons trouvé aucune augmentation du risque de développement de diabète de type 1 après la vaccination contre le VPH. Notre étude fournit l'assurance que pendant la période de 10 ans qui a suivi l'introduction du vaccin anti-HPV, il n'y a pas eu d'augmentation substantielle du risque de diabète de type 1 après la vaccination anti-VPH.   

Une fois que de vastes études cliniques réfutent solidement une hypothèse, il incombe à ceux qui revendiquent le contraire, à savoir que les vaccins causent le DT1, d'apporter des preuves. Et ces preuves doivent être de taille et de qualité similaires.

Si ce n'est pas les vaccins, alors qu'est-ce qui cause plus de diabètes ?

En sciences, on peut dire : "je ne sais pas". Mais nous savons qu'il n'existe aucune preuve établissant un lien entre les vaccins et le diabète de type 1.

Selon une hypothèse, des problèmes de mode de vie (obésité, régime alimentaire et comportement sédentaire) pourraient aider à préparer le terrain à la maladie auto-immune qui conduit au DT1.

Mais pour le moment, nous n’avons pas identifié la cause réelle de l’augmentation du nombre de diagnostics de DT1 dans le monde, à part que l'on sait qu’il s’agit d’une maladie auto-immune. Et ce n’est pas parce que nous ne savons pas que nous pouvons inventer la cause qui nous trotte dans la tête. C’est ce que l’on appelle un argument d’ignorance.

Les vaccins causent le diabète - version TL; DR

En examinant ce problème d'un point de vue scientifique et sceptique, voici ce que j'ai trouvé:

  1. Oui, l'incidence du diabète infantile augmente rapidement.
  2. Le diabète de type 1 n'est pas associé aux vaccins mais comme je suis un scientifique à l'esprit ouvert, si quelqu'un veut me convaincre que les vaccins sont liés au DT1, veuillez apporter des preuves sous la forme d'études cliniques ou épidémiologiques évaluées par des pairs publiées dans des revues biomédicales de haute qualité. Les preuves sont la seule chose qui compte.
  3. Il n'existe pas de consensus solide sur les causes de l’augmentation du diabète. Il existe des recherches fascinantes qui nous rapprochent de la réponse. C’est tout l'objet de la science. Trouver la réponse à une question est une affaire de preuves, il ne s’agit pas d’inventer des choses imaginaires.
  4. Juste pour information complémentaire, car lorsque je fais des recherches, j'essaie d'être minutieux, un examen systémique a conclu que le gluten et le lait de vache ne sont pas associés à un risque accru de maladies auto-immunes du diabète de type 1. (Mais pour être honnête, les données montrent qu'un allaitement plus long pourrait réduire le risque.)

Ironiquement, les chercheurs ont trouvé une méthode potentielle pour inverser et / ou prévenir le diabète, et elle pourrait être disponible dans un avenir pas trop lointain. C’est un vaccin.

Publié par Skeptical Raptor, le 14 octobre 2019

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article