Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Mythe : aucune étude ne compare la santé des non-vaccinés à celle des vaccinés

J'ai entendu cette affirmation à de nombreuses reprises. Depuis que j'ai découvert que ce n'est pas vrai, je suis étonné de voir que cela continue de refaire surface. Je voudrais mettre fin à ce mythe. Je connais au moins sept articles de recherche originaux et une méta-analyse (portant sur 6 autres essais cliniques randomisés ou ECR) publiés depuis 2009 qui examinent une myriade d'aspects de l'état de santé général, comparant de grandes populations non vaccinées et vaccinées. Je vais les exposer ci-dessous, mais pour faire court, il faut dire que les personnes vaccinées sont en aussi bonne santé ou en meilleure santé à tous les égards que les personnes non vaccinées. Les populations vaccinées étudiées ont moins de maladies évitables par la vaccination (cela peut sembler évident, mais cela doit néanmoins être mentionné), moins de cas d'asthme, moins de crises cardiaques, de meilleurs résultats à la naissance et des scores cognitifs plus élevés que leurs homologues non vaccinés. À noter que l'incidence de l'autisme est également inchangée dans les populations avec ou sans le vaccin ROR.

Les liens vers les études se trouvent dans le bas de cet article

Mais avant de passer aux études elles-mêmes, parlons brièvement de…

Quels types d'études sont possibles ?

La plus grande limitation des études vaccinales est liée à l'effet numéro un du vaccin sur la santé. Naturellement, le principal effet des vaccins sur la santé est la prévention des maladies pour lesquelles ils ont été développés. En raison de leur contribution significative à notre santé, mener une étude où les enfants seraient affectés à un groupe qui ne recevrait pas de vaccins est contraire à l'éthique. Les parents individuels ont le droit de choisir de ne pas vacciner leurs enfants (dans la plupart des régions du monde), mais nul part dans le monde un comité d'éthique n'approuverait des scientifiques demandant aux parents de ne pas vacciner les enfants, même dans le cadre d'une étude.

C'est pourquoi les études que je présenterai ci-dessous sont en grande partie observationnelles - elles examinent les populations et comparent les différences entre les groupes naturels de personnes non vaccinées et vaccinées. De nombreuses autres études sur ce sujet, qui ne comparent pas directement les groupes, s'appuient sur des données dérivées d'autres méthodes, comme l'efficacité des vaccins et la vitesse à laquelle les maladies se propagent en leur présence ou en leur absence. Par exemple, une étude impressionnante de 2013 a numérisé des quantités massives de données américaines depuis 1888. Ils estiment qu'un total de 3 à 4 millions de décès sont évités aux États-Unis grâce aux vaccins. [...]

Un autre exemple est un article intitulé Ten Great Public Health Achievements, publié dans le Journal of American Medical Association, qui estime que

… Le calendrier actuel de vaccination des enfants évite environ 42.000 décès et 20 millions de cas de maladie, avec des économies nettes de près de 14 milliards de dollars en coûts directs et de 69 milliards de dollars en coûts sociétaux totaux.

Cependant, la plupart du temps, lorsque les gens expriment leur inquiétude pour la santé des personnes vaccinées par rapport aux personnes non vaccinées, ils ne parlent pas réellement de la maladie infectieuse évitable par la vaccination, qui a largement été absente d'une grande partie du monde occidental, grâce à l'immunité collective ( en savoir plus sur l'immunité collective ici, ou en bref : c'est la limitation efficace de la propagation de la maladie lorsque la plupart des gens sont immunisés et ne transmettent pas la maladie à d'autres). Ils s'inquiètent d'autres effets potentiels sur la santé, tels que les allergies, l'asthme, les infections non évitables, les maladies auto-immunes, etc. Examinons donc les études sur ces sujets.

Les effets indirects sur la santé des vaccins infantiles

Une étude allemande de 2011 a évalué les données de 17.641 enfants et adolescents et a constaté que la prévalence des maladies allergiques (telles que les affections cutanées) et des infections non spécifiques chez les enfants et les adolescents ne dépendait pas du statut vaccinal. Cependant, sans surprise :

La prévalence au cours de la vie des maladies évitables par la vaccination était nettement plus élevée chez les sujets non vaccinés que chez les sujets vaccinés.

Dans une autre étude allemande, de 2013, 1.315 bébés ont été suivis de la naissance jusqu'à l'âge de 20 ans pour étudier le développement de l'asthme. Ils ont conclu que les vaccinés avaient des taux d'asthme inférieurs à ceux des non-vaccinés.

Pour voir la situation dans une partie très différente du monde où la proportion de personnes vaccinées / non vaccinées est presque inversée par rapport au monde occidental, voici une étude de 2011 aux Philippines, intitulée L'effet de la vaccination sur le développement physique et cognitif des enfants, qui conclut :

… Aucun effet de la vaccination sur la taille ou le poids ultérieurs, mais la vaccination infantile complète contre la rougeole, la polio, la tuberculose (TB), la diphtérie, la coqueluche et le tétanos (DTC) augmente considérablement les résultats des tests cognitifs par rapport aux enfants qui n'ont pas été vaccinés. L'ampleur de l'effet est importante, améliorant les scores aux tests, en moyenne, d'environ un demi-écart-type.

Il convient de noter que les taux de vaccination aux Philippines sont encore relativement faibles et que les effets des maladies infectieuses infantiles elles-mêmes sont probablement le principal facteur contribuant aux scores cognitifs plus faibles chez les enfants non vaccinés. Pour éviter les facteurs de confusion socio-économiques, l'étude a fait correspondre les résultats relatifs aux caractéristiques des ménages.

En outre, il existe une étude plus ancienne, au Nigéria en 1990 qui a suivi de petits groupes de 25 enfants vaccinés et 25 enfants non vaccinés. Un enfant du groupe vacciné avait eu un cas bénin de rougeole, alors que les statistiques pour les enfants non vaccinés étaient les suivantes: 3 morts (de rougeole et de tétanos) et 11 cas non mortels de rougeole.

Le vaccin contre la grippe

Concernant le vaccin antigrippal : il existe, tout d'abord, plusieurs études sur son effet bénéfique sur la santé du fait de ne pas attraper la grippe. Cela dépend beaucoup de l'année et des souches grippales en circulation, il protège de l'infection à des taux compris entre 10% et 93% (en voir plus avec une méta-revue sur la pandémie de grippe porcine). En outre, comparant les personnes non vaccinées et vaccinées qui attrapent la grippe, une étude de 2014 a révélé que les personnes vaccinées étaient protégées de ses effets les plus graves. Comme indiqué dans l'étude de Forbes :

Une étude publiée la semaine dernière montre que parmi les patients suffisamment malades de la grippe de cette saison pour se retrouver dans leur unité de soins intensifs, 91% n’avaient pas reçu le vaccin contre la grippe saisonnière de cette année. Et pour les personnes admises à l’hôpital, mais avec une maladie moins grave ne nécessitant pas de séjour aux soins intensifs, 67% n’ont pas été vaccinées.

En plus de se protéger de la grippe et de regarder sous l'angle de la santé globale, une méta-analyse de 2013 portant sur 6.735 patients au total a également révélé que le vaccin contre la grippe pouvait réduire le risque de crise cardiaque, bien que la raison exacte n'en ait pas été fournie. Le Center for Infectious Disease Research a publié :

La vaccination antigrippale peut prévenir les événements cardiovasculaires en évitant la rupture de la plaque athéroscléreuse ou d'autres formes de lésions cardiaques chez un patient vulnérable et représente une simple thérapie protectrice une fois par an pour réduire les événements cardiovasculaires. Cette découverte revêt une importance considérable sur le plan clinique et pour la politique de santé.

Comparaison des femmes enceintes vaccinées et non vaccinées

Un groupe particulièrement à l'honneur pour les vaccins contre la grippe est celui des femmes enceintes. Premièrement, il est important de noter à nouveau que le vaccin antigrippal offre une protection importante contre … la grippe. En raison de l'immunité atténuée, les femmes sont plus sensibles aux infections pendant la grossesse. Grâce au degré variable de vaccination contre la grippe dans la population générale, nous avons ici une facilité pour trouver de grands groupes de mères à la fois non vaccinées et vaccinées pour des études observationnelles, et en partie grâce à cela, il y a une quantité impressionnante de recherche sur la sécurité du vaccin antigrippal pendant la grossesse.

La recherche "grossesse ET grippe ET vaccin" donne 878 articles sur Pubmed (la base de données la plus complète des revues de sciences de la vie), dont 180 sont des articles de synthèse. Voici une revue récente à titre d'exemple : Innocuité des vaccins monovalents contre la grippe saisonnière et la grippe A (H1N1) 2009 pendant la grossesse - aucun problème de santé.

Les populations de test sont tout aussi impressionnantes - voici une étude de 2013 qui a étudié environ 75.000 femmes enceintes vaccinées et 150 000 femmes enceintes non vaccinées. Innocuité maternelle du vaccin antigrippal trivalent inactivé chez la femme enceinte :

Le vaccin antigrippal trivalent inactivé pendant la grossesse n'a pas été associé à un risque accru d'événements indésirables dans les 42 jours suivant la vaccination, ce qui confirme son innocuité pour la mère.

Cette recherche approfondie a conduit les autorités sanitaires à recommander le vaccin aux femmes enceintes. Il y a un effet direct de la protection de la mère (et dans une certaine mesure du bébé) contre la grippe - voyez une étude sur la pandémie de 2009 au Japon, la vaccination des femmes enceintes a réduit leur taux d'infection de 89% - mais cela ne s'arrête pas là .

Les futurs bébés bénéficient du vaccin antigrippal de leur mère

Fait intéressant, l'effet des vaccins contre la grippe sur la santé des bébés commence même avant la naissance. Trois études ont comparé les bébés de mères non vaccinées à celles de mères vaccinées, et elles ont trouvé des avantages significatifs pour la santé des bébés dont les mères se sont fait vacciner contre la grippe lorsqu'elles étaient enceintes - moins de fausses couches et un poids à la naissance plus élevé. Une étude de 2010 a examiné les effets sur les femmes enceintes pendant la pandémie de H1N1 au Royaume-Uni, une autre de 2013 a porté sur 30.448 femmes enceintes en Argentine et une troisième étude de 2014 a porté sur 12.223 femmes enceintes au Canada. Vous pouvez en savoir plus sur les résultats tels que rapportés dans The Science Daily Le vaccin antigrippal pendant la grossesse montre des avantages inattendus dans une vaste étude, et dans Global News CA Les femmes enceintes qui se font vacciner contre la grippe réduisent les risques pour la santé du bébé :

Les femmes qui se sont fait vacciner contre la grippe étaient 25% moins susceptibles d'accoucher d'un bébé prématuré avec un faible poids à la naissance.

[Le] vaccin contre la grippe est tout aussi important que de s’assurer que vous avez suffisamment de fer, que vous ne fumez pas, que vous ne buvez pas d’alcool, cela contribue à améliorer votre propre santé et celle de votre bébé.

De nouvelles études indiquent que le vaccin contre la grippe pourrait être encore plus avantageux pour la santé du bébé. En 2013, The Science Daily a rapporté comment la grippe pendant la grossesse peut quadrupler le risque de trouble bipolaire chez l'enfant :

Malgré les recommandations de santé publique, seule une fraction relativement faible de ces femmes [enceintes] se fait vacciner. Le poids de la preuve suggère maintenant que les avantages du vaccin l'emportent probablement sur tout risque possible pour la mère ou le nouveau-né.

Une étude précédente, réalisée par Brown et ses collègues, dans un échantillon du nord de la Californie, a révélé un risque multiplié par trois pour la schizophrénie associée à la grippe maternelle pendant la première moitié de la grossesse. L'autisme a également été lié aux infections virales maternelles du premier trimestre et à de possibles augmentations de molécules inflammatoires.

En 2016, une quatrième et de loin la plus grande étude sur les femmes enceintes et le vaccin contre la grippe a été publiée. Cette étude a suivi 60.000 futures mères en Australie et a révélé que le vaccin contre la grippe pouvait réduire de moitié les mortinaissances. Le chercheur note que l'augmentation du nombre de mortinaissances suit les vagues de grippe et affirme que la vaccination peut en prévenir encore plus de la moitié, comme le rapporte MedPageToday :

l'effet protecteur entre la vaccination et les mortinaissances que nous avons observé peut être une sous-estimation de la mesure de l'effet réel

J’espère que ce corpus de preuves des avantages considérables du vaccin antigrippal rassurera les mères et leur fournira des informations utiles sur la manière de protéger leur santé et celle de leur bébé pendant leur grossesse.

Les effets des vaccinations infantiles et du vaccin contre la grippe sur la santé ont été étudiés en profondeur

Ci-dessus, les études que j’ai trouvées jusqu’à présent sur ce sujet. Ce n'est en aucun cas une liste exhaustive (je n'ai pas passé au peigne fin Pubmed pour dénicher toutes les études possibles). Si quelqu'un souhaite en savoir davantage, je serai toujours ravi de lui indiquer des études pertinentes.

Il est important que les effets des vaccins soient bien étudiés. S'il y avait un effet secondaire inattendu pour notre santé, les chercheurs se battraient pour avoir la chance de rapporter ces résultats - non seulement ils voudraient que les gens sachent, mais une telle découverte nouvelle (si elle est basée sur des données solides et confirmée par la suite par des groupes indépendants de chercheurs) signifierait le monde à leur carrière.

Ce que la science a découvert jusqu'à présent, c'est que les vaccins peuvent avoir des effets bénéfiques supplémentaires sur la santé, tels que l'impact positif sur la santé du nouveau-né, peut-être même un effet protecteur en cas de maladie cardiaque. Le plus grand effet des vaccins sur la santé reste cependant la différence radicale qu'ils font de par la vie en bonne santé pour des millions d'enfants dans le monde. Je suis profondément reconnaissant envers les vaccins - je n'ai pas à craindre que mes filles soient paralysées par la polio, deviennent sourdes à cause de la rougeole ou restent des semaines ou des mois avec des quintes de toux, luttant pour leur vie sous l'emprise de la coqueluche. Quand je pense à ce que cela a dû être d'être parent au début du siècle, et à ce que c'est encore pour les parents dans de grandes parties du monde, je suis étonné de la vie privilégiée et sécurisée à laquelle nous avons droit dans le monde occidental aujourd'hui. J'ai découvert que devenir parent provoque un chamboulement émotionnel permanent dans la tête, et depuis, ce sujet me touche régulièrement. Merci les vaccins.

Pour une idée de l'impact principal des vaccins sur notre santé, voici une infographie de Forbes :

Les données de ce graphique proviennent du site des Centers for Disease Control & Prevention. C'est un coup d'oeil sur la morbidité passée (combien de personnes sont tombées malades) de ce qu'étaient autrefois des maladies infectieuses très courantes, et la morbidité actuelle aux États-Unis.

Résumé des études comparant les populations vaccinées et non vaccinées

 

Publié par Thoughtscapism, le 10 avril 2015

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article