Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Vaccins et autisme - La 159ème étude scientifique qui démontre l'absence de lien

J'espère qu'un jour ce mythe vaccins-autisme disparaîtra, mais en attendant, nous revoilà avec le 159ème article scientifique, publié et évalué par des pairs qui dit qu'il n'y a aucun lien entre les vaccins et l'autisme. Bien sûr, il y en a probablement plus que 159, mais c’est le nombre auquel je suis arrivé.

Pourquoi est-ce que je continue à publier des articles sur les vaccins et l'autisme ? Beaucoup d’entre nous, et je m’inclus dans ce "nous", pensent qu'essayer de convaincre les fanatiques de la lutte antivaccinale en utilisant la vraie science est peine perdue, alors pourquoi s’embêter. Il est vrai que les antivax qui promeuvent les pseudosciences vont se couvrir les yeux et croire simplement ce qu’ils veulent croire.

Cependant, j'ai toujours considéré que notre travail sur internet est de contredire la désinformation des antivax, non pas pour les convaincre, mais pour convaincre ceux qui hésitent - ces parents qui continuent à lire de bonnes et de mauvaises choses sur les vaccins pour essayer de décider s'ils veulent protéger leurs enfants.

Récemment, j'ai reçu un message sur Facebook d'une jeune mère disant qu'elle avait décidé de donner à sa fille adolescente le vaccin contre le VPH simplement grâce à mon soutien sans faille à ce vaccin contre le cancer. Cela en vaut la peine.

Donc, je vais parler ici du 159e article (au minimum) qui démystifie le trope des vaccins et de l'autisme. Peut-être que tous ces articles aideront à calmer les craintes d'autres parents qui se demandent s'il doivent vacciner leur enfant.

Étude sur les nouveaux vaccins et l'autisme

Jonas F. Ludvigsson, MD, Ph.D., de l'Institut Karolinska, et ses collègues ont publié un article dans les Annals of Internal Medicine qui examine si la vaccination contre la grippe H1N1 pendant la grossesse présentait un risque de troubles du spectre autistique (TSA) chez leurs enfants.

Il s'agit d'une étude de cohorte qui compare une cohorte, dans ce cas, les enfants de mères qui ont reçu le vaccin H1N1, à une autre cohorte, qui n'a pas reçu le vaccin. Les chercheurs ont ensuite examiné s'il y avait des différences dans les risques de TSA.

Ludvigsson et al. ont étudié les dossiers de santé des naissances vivantes en Suède entre octobre 2009 et septembre 2010, période pendant laquelle la pandémie de grippe H1N1 battait son plein et où le recours au vaccin avait considérablement augmenté. Les chercheurs ont trouvé 39.726 nourrissons qui avaient été exposés avant la naissance au vaccin H1N1 (13.845 au cours du premier trimestre) et 29.293 qui n'étaient pas exposés.

La durée moyenne de suivi était de 6,7 ans après la vaccination chez les enfants exposés et non exposés. Il y a eu 394 diagnostics de TSA chez les enfants exposés au vaccin (soit environ 1,0%) et 330 (1,1%) diagnostics chez les enfants non exposés.

Les résultats de l'étude étaient:

  • L'exposition prénatale au vaccin contre la grippe H1N1 avait un risque relatif de 0,95 pour un diagnostic ultérieur de TSA. Cela signifie qu'il y avait un risque légèrement plus faible de TSA dans la cohorte qui a reçu le vaccin, bien qu'il ne soit pas statistiquement significatif.
  • Le groupe exposé avait un rapport de risque ajusté de 0,96 pour le trouble autistique (un terme plus ancien qui décrit une forme plus «intense» de TSA), ce qui signifie à nouveau qu'il y avait une réduction statistiquement non significative du risque de trouble autistique dans le groupe vacciné.
  • La vaccination au cours du premier trimestre de la grossesse a montré un rapport de risque ajusté de 0,92 pour les TSA et de 0,91 pour les troubles autistiques dans le groupe vacciné.

Il y a certaines limites à l'étude :

  1. Tous les dossiers n'avaient pas de statut vaccinal, il est donc possible qu'il y ait une sorte de biais inconnu dans le choix des dossiers médicaux indiquant clairement le statut vaccinal. Cependant, cette étude est si vaste qu'elle élimine probablement les biais.
  2. Cette étude était en Suède, ce qui pourrait influencer les résultats en raison de leur système de santé, de leur composition ethnique et d'autres problèmes.

Sinon, les conclusions des chercheurs étaient assez claires:

"Cette vaste étude de cohorte n'a trouvé aucune association entre la vaccination maternelle H1N1 pendant la grossesse et le risque de TSA chez la progéniture."

Voici donc la 159ème étude (au minimum) qui ne montre aucun lien entre les vaccins et l'autisme.

Références

Publié par Skeptical Raptor, le 01 octobre 2020

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article