Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

La pétition de Initiative Citoyenne contre la vaccination Covid19 : encore de la manipulation et de la désinformation

Le collectif Initiative Citoyenne a créé une pétition en ligne intitulée "Pas de vaccination obligatoire contre le Covid-19!". A l'heure d'écrire ces lignes, la pétition a déjà réuni plus de 6.000 signatures.

Ce n'est évidemment pas une surprise que ce collectif ait lancé une telle action. Et ce n'est d'ailleurs pas un hasard si il a justement adopté comme nom "Initiative Citoyenne". Le collectif veut ameuter un maximum de personnes pour essayer de faire croire qu'il représente un mouvement citoyen suffisamment large et éclairé pour peser sur des décisions politiques et remettre en cause des consensus scientifiques.

Le texte introductif de la pétition explique que "certains suggèrent qu'il serait préférable de rendre obligatoire la vaccination contre la maladie." Nous y reviendrons plus tard, mais bien sûr les experts suggèrent de vacciner le plus de monde possible. C'est le cas du professeur Michel Moutschen, professeur en immunologie et maladies infectieuses à l'ULiège qui déclarait en mai dernier à la RTBF que "Si on arrive à démontrer que le vaccin empêche la transmission du virus, à ce moment-là, on essayera de vacciner le plus de personnes possible pour atteindre le taux d’immunité, qui est de l’ordre de 70% de la population." Et effectivement, ce raisonnement est cohérent quand on sait que l'immunité de groupe est importante.

Or, il est connu que le collectif Initiative Citoyenne nie ce phénomène, pourtant abondamment étudié. Par exemple, un article de leur blog datant de juillet 2014 s'intitule "L'immunité de groupe : une science de pacotille !". Dans cet article, le collectif évoque notamment la Clinique Mayo et Tetyana Obukhanych pour faire passer leur propagande selon laquelle l'immunité de groupe n'existerait pas. Or la clinique Mayo estime, sans aucun doute possible, que l'immunité de groupe fonctionne. Elle a justement récemment rédigé un article sur son site internet dans lequel elle évoque l'immunité de groupe induite par les vaccins dans le cadre du Covid19, Il y est écrit notamment : "En utilisant le concept de l'immunité de groupe, les vaccins ont maîtrisé avec succès de dangereuses maladies contagieuses telles que la variole, la polio, la diphtérie, la rubéole et bien d'autres." Tetyana Obukhanych, elle, est utilisée depuis belle lurette par les antivaccins comme argument d'autorité parce qu'elle est docteur en immunologie. Cependant, il faut noter qu'elle essaie de remettre en cause des pans entiers de la discipline qu'elle a étudiée, mais dans laquelle elle n'exerce plus depuis plusieurs années, sans apporter la moindre preuve crédible. Elle n'est pas du tout crédible non plus quand elle essaie de remettre en cause ce principe essentiel de la vaccination qu'est l'immunité de groupe.

La seconde phrase du texte introductif de la pétition est la suivante : "Cette vaccination générale serait soi-disant le seul moyen de nous protéger d'une récidive de cette épidémie." La vaccination a joué un rôle majeur dans l'éradication de la variole et dans le contrôle de bon nombre de maladies. C'est un fait. Or, l'on sait que le collectif Initiative Citoyenne s'acharne à le nier. Il s'entête à nier le moindre bénéfice de la vaccination. Dans le cas du Covid19, le vaccin pourrait sauver des millions de vies à travers le monde en protégeant notamment les populations à risque, d'autant plus que "la perspective d'atteindre une immunité de groupe fonctionnelle par une infection naturelle semble très improbable" comme l'ont suggéré des chercheurs de l'Université d'Amsterdam.

Ensuite, le texte reprend une déclaration du Ministre belge Koen Geens indiquant que "Celui qui ne veut pas, on l'obligera !". C'est à propos de la vaccination. A notre connaissance, il n'a pas dit cela en ces termes. D'après l'article que cite en source la pétition elle-même, Koen Geens a déclaré, en réponse à la question de l'obligation : "Bien sûr. Nous le faisons déjà actuellement pour la polio, par exemple. Si nécessaire, nous devons le faire." Le "si nécessaire" est important. Initiative Citoyenne essaie de faire croire que l'obligation est déjà actée (et accessoirement, qu'elle fait partie d'une conspiration mondiale pour brider nos libertés et nous rendre malades). Ce n'est pas le cas. Et même si M. Geens, Ministre belge de la Justice, souhaitait vraiment rendre le futur vaccin obligatoire, il n'en a, en réalité, pas la compétence. Mais encore une fois, nous reviendrons plus tard sur la question de l'obligation vaccinale anti-Covid19.

Ensuite, Initiative Citoyenne évoque une de ses cibles favorites : Bill Gates. Bill Gates est accusé par les complotistes antivaccins d'à peu près tous les maux de la Terre. Il est victime d'une campagne de dénigrement extrêmement violente et de vieux mythes antivaccins. Dans ce cas-ci, il est épinglé car il aurait déclaré dans une vidéo "Vous n'aurez pas le choix !". Et c'est vrai ! Il l'a effectivement dit. Mais il ne parlait pas de la vaccination. Il parle de l'impact économique de la pandémie qui affectera le monde entier. C'est donc une manipulation grossière et pathétique à laquelle se livre ici le collectif antivaccin, comme d'habitude. 

C'est alors que le collectif atteint une fois encore le summum de l'indécence. Il affiche une photo retouchée du camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau avec l'inscription "ça va bien aller" en lieu et place du tristement célèbre "Arbeit macht frei". Il y a également deux seringues, un arc-en-ciel et des moutons qui se dirigent vers le camp. Cette illustration est évidemment de très mauvais goût. Les antivaccins adorent faire référence à cette période trouble de l'Histoire pour soutenir leur propagande. C'est dans la droite lignée de certaines publications douteuses sur la page Facebook d'Initiative Citoyenne.

Ce genre d'odieuses comparaisons reprises, comme le montre la photo ci-dessous, par Del Bigtree avec une étoile de David, avait même poussé des associations de lutte contre l'antisémitisme à réagir, ainsi que le Musée d'Auschwitz. Ce dernier a écrit sur Twitter : "Instrumentaliser le sort des Juifs qui ont été persécutés et assassinés par l'idéologie antisémite dans les camps d'extermination tels que celui de Auschwitz avec du gaz empoisonné dans le but de discréditer la vaccination, qui sauve des vies humaines, est un symptôme de dégénérescence intellectuelle et morale."

Pour conclure ce texte introductif, Initiative Citoyenne en vient à expliciter sa principale revendication : "NOUS EXIGEONS LA LIBERTE VACCINALE, tant pour les adultes que pour les enfants." Le concept de "liberté vaccinale" est un leurre rhétorique qui permet aux antivaccins de faire croire qu'ils promeuvent un droit fondamental, alors même qu'il s'agit, en réalité, d'une incitation à refuser un moyen sûr et efficace de prévenir des maladies potentiellement mortelles. Ce concept est évidemment utilisé contre toutes les vaccinations. Oui, est-il encore nécessaire de rappeler que le collectif Initiative Citoyenne est un lobby antivaccin.  

Le corps de la pétition commence comme suit :

"Nous, CITOYENS DE BELGIQUE informés et responsables, CONCERNÉS PAR LA SANTÉ ET LES LIBERTÉS CIVILES de tous les membres de la communauté.

Nous constatons que: [...]"

J'espère que vous n'aviez pas une gorgée de café en bouche à la lecture de ce paragraphe. Si c'est le cas, nous présentons nos excuses à votre écran. 

Initiative Citoyenne se livre depuis plus de 10 ans maintenant à une désinformation permanente sur la question des vaccins. Bien que le blog d'IC fourmille d'articles et d'"informations", il s'agit, dans une large mesure, de propagande qui n'est absolument pas crédible et qui n'est pas soutenue par les données probantes issues de la vraie science. 

Initiative Citoyenne, par la désinformation qu'elle diffuse depuis plus de 10 ans, représente une menace pour la santé publique. Son obsession à vouloir obstinément dénigrer le consensus scientifique mondial forgé sur la question de la vaccination depuis plusieurs décennies, et à faire la promotion de théories "alternatives" absurdes totalement discréditées, amène ce collectif à mettre en danger l'intégrité physique de personnes vulnérables. Si ce collectif était responsable, comme il essaie de le faire croire, il contribuerait à diffuser des informations vérifiées, issues de la vraie science, celle qui est méthodologiquement correcte, appuyée par des données solides, publiées, revues par les pairs, reproductibles.

Bref, on ne peut pas compter sur Initiative Citoyenne pour être "informé", "responsable" et "concerné par la santé et les libertés civiles". Pas du tout. 

Viennent ensuite 15 points d'argumentation qui se concluent, une nouvelle fois, par un appel à renoncer à l'obligation vaccinale contre le coronavirus. 

On ne va pas discuter de tous les arguments avancés un par un, cet article sera déjà suffisamment long ainsi. On va par contre en balayer un certain nombre.

Le premier argument est leur constat selon lequel aucun vaccin anti-Covid19 n'a passé les tests de sécurité nécessaires. Que l'on ne s'y trompe pas, il s'agit là d'un argument que les antivaccins utilisent systématiquement pour essayer de discréditer n'importe quel type de vaccination. Il n'est donc pas surprenant qu'IC le recycle dans ce cas-ci, surtout que l'on sait qu'il y a urgence à commercialiser un vaccin et donc à le tester. On a déjà eu l'occasion de discuter de la chronologie du développement d'un vaccin en temps normal. En temps normal, quand tout se déroule comme prévu (ce qui est rarement le cas), il faut 5 à 10 ans de recherches et d'essais cliniques. De plus, il faut évidemment que des installations adéquates soient disponibles pour fabriquer le vaccin (non, contrairement à ce que pourraient croire nombre d'antivaccins, les vaccins ne sont pas fabriqués à la hâte dans l'arrière-cuisine de Bill Gates). Il faut donc, pour produire ce nouveau vaccin, utiliser et adapter des lignes de production existantes (au détriment de la production d'autres vaccins), soit en construire de nouvelles (ce qui requiert aussi beaucoup de temps).  

Pour en revenir aux tests, le candidat-vaccin de Moderna (le vaccin le plus avancé en phases de test) est entré dans la troisième et dernière phase des essais cliniques. Cet article de la RTBF explique que "Déterminante, la phase III de l’essai, qui sera donc lancée à la fin du mois, fera appel à 30.000 personnes aux Etats-Unis : la moitié d’entre elles recevront une dose de 100 microgrammes, les autres un placebo." Au passage, cela contredit l'argument N°2 de Initiative Citoyenne, selon lequel le vaccin ne serait pas testé contre placebo. 

Ce vaccin, qui est à base d'ARNm, utilise certes une technologie récente, qui doit évidemment montrer les preuves de sa sécurité et de son efficacité. Mais il est contre-productif de balancer n'importe quelle absurdité à son sujet, en prétendant, comme le fait Initiative Citoyenne, qu'il y aurait un transfert de matériel génétique vers le génome à l'occasion d'une telle vaccination. L'ARNm ne peut pas changer l'ADN dans nos cellules. Et non, les vaccinés ne deviendront pas des humains génétiquement modifiés, comme on a pu le lire chez certains antivax.

Le vaccin a donc déjà passé les tests de phase I et de phase II et a également été testé sur des animaux. La procédure de validation ne sera pas une formalité comme le prétend IC. Il existe des procédures de validation accélérées (fast track) qui permettent d'accélérer la fréquence des réunions entre le laboratoire et l'administration en vue de l'homologation. Mais cela ne signifie pas que ces réunions sont bâclées, contrairement à ce que veulent prétendre les antivaccins. Par exemple, le vaccin anti-VPH Gardasil avait déjà bénéficié de cette procédure. Et l'on sait que ce vaccin est extrêmement sûr et efficace.  

Un autre candidat-vaccin, issu de l'alliance entre la firme pharmaceutique AstraZeneca et l'Université d'Oxford, est actuellement en phase I et en phase II de test. Il a subi des tests sur animaux. Il sera testé contre placebo. La firme a déjà commencé à produire les vaccins, sans attendre les résultats des essais cliniques, en prenant ainsi le risque de voir ces essais non-concluants et de devoir détruire les doses déjà produites. La firme a signé un contrat avec l'Allemagne, la France, l'Italie et les Pays-Bas pour la fourniture de 300 millions de doses. Même si la firme prétend pouvoir mettre à disposition le vaccin avant la fin de l'année, il serait surprenant que ce soit effectivement le cas. 

C'est sur base de ces essais cliniques que nous pourrons disposer de données probantes sur l'efficacité et la sécurité du vaccin. Et c'est sur cette base qu'il recevra, ou non, les homologations nécessaires à sa commercialisation et sa distribution.

Le risque qu'un vaccin élaboré à la hâte ne soit pas suffisamment sûr et/ou efficace est évidemment réel. Mais crier à l'inefficacité et aux effets secondaires délétères alors même que les essais cliniques ne sont pas terminés est totalement absurde. Ce n'est pas comme cela que fonctionne la science. L'efficacité et la sécurité devront précisément être démontrés au cours des essais cliniques. Ces essais cliniques vont contribuer à recaler un certain nombre de projets de vaccin et il est normal qu'il en soit ainsi. Beaucoup de vaccins et de médicaments qui entrent en phase d'essais cliniques se trouvent finalement recalés. Les mythes antivaccins savamment entretenus autour de ces essais sont malheureusement nombreux. 

L'OMS met à disposition un document offrant une vue complète sur l'état des recherches pour un vaccin contre le Covid19 dans le monde entier. 

Poursuivons. Initiative Citoyenne fait notamment référence au Code de Nuremberg, à la loi sur le droit des patients et à la charte de l'UNESCO pour décrire l'obligation vaccinale comme "juridiquement inacceptable". Examinons cela en détails :

  • Le Code de Nuremberg : Cela participe aux croyances des antivax, qui sont persuadés que les vaccins ne sont pas testés avant leur mise sur le marché, et que nous sommes tous des cobayes. De plus le Code de Nuremberg en tant que code juridique n’existe pas. Il s’agit d’une liste de 10 critères contenus dans le jugement du procès des médecins, à Nuremberg (dec 1946-août 1947). Ces critères indiquent les conditions que doivent satisfaire les expérimentations pratiquées sur l’Etre Humain pour être considérées comme “acceptables”. Ce code n’est nullement le point de départ de la réflexion éthique et juridique sur l’expérimentation humaine : il ne fait que récapituler  des principes connus et acceptés déjà longtemps avant le jugement (au moins le début du 20ème siècle). Le tribunal n’a pas jugé sur des règles qui auraient été inventées spécialement pour le procès, mais selon des règles coutumières communément acceptées “dans les nations civilisées”. A noter qu’il est parfaitement inutile d’en référer à ce code, les mêmes dispositions sont présentes dans le Code de la Santé Publique. 
  • La loi sur le droit des patients : Maître Philippe Van Langendonck, avocat ayant déjà défendu les intérêts du collectif Initiative Citoyenne, avait défendu un couple refusant le vaccin de la polio à leur enfant sur base de cette loi. Rappelons que le vaccin contre la poliomyélite est, à ce jour, le seul vaccin obligatoire en Belgique. Il a gagné en première instance, mais le couple a été condamné en appel. Voici une partie de l'arrêt de la Cour d'appel de Mons (décision du 25/3/2013) : "Enfin même si l'obligation de vaccination constitue une atteinte au droit à la vie privée, cette obligation est instituée par une disposition légale et répond de manière proportionnée à un objectif légitime qu'est celui de la protection de la santé dans la population en général" ; "Partant elle ne constitue pas une immixtion illégale ou arbitraire dans la vie privée de l'enfant (Cass. 1 octobre 1997, J.L.M.B. 1998, p.796) et ne viole aucune des autres conventions internationales invoquées par les prévenus" Cette décision est conforme à l'avis rendu par le comité consultatif de Bioéthique, suite à plusieurs questions posées par le Conseil Supérieur de la Santé sur le caractère éthique de l'obligation vaccinale.
  • La Charte de L'UNESCO : Cette charte indique clairement que "Les interventions de santé publique visent à empêcher, éliminer ou atténuer un problème important pour toute la population - ou des groupes au sein de celle-ci. Dans les cas où la maladie ou le comportement d’un individu peut avoir des conséquences sérieuses pour la santé publique, il peut être justifié, pour la protection de la santé publique ou pour la protection des droits et libertés d’autrui, d’interférer dans l’autodétermination des individus." La vaccination entre pleinement dans ce cadre.

Les antivaccins adorent jouer à essayer de trouver des textes juridiques qui appuient leur refus obstiné de toute vaccination. Ils démontrent ainsi qu'ils sont aussi doués en droit qu'en biologie.

Initiative Citoyenne essaie de faire croire que des traitements médicaux efficaces pour soigner les patients atteints du Covid19 rendraient inutiles la vaccination. Elle cite comme traitements efficaces, notamment l'hydroxychloroquine et l'artémisia. Rappelons qu'à ce jour, il n'existe aucun médicament spécifique pour traiter ou prévenir l'infection par le Covid19. Bien que les membres d'Initiative Citoyenne soient devenues des fans du microbiologiste Didier Raoult, celui-là même qui promeut contre vents et marées un traitement à base d'hydroxychloroquine, il n'existe aucune preuve convaincante que ce traitement soit efficace. L'énorme polémique suscitée au sujet de cette substance ne doit pas occulter le fait que, non, non, et non, ce traitement n'a, à ce jour pas fait la preuve de son efficacité dans le traitement de cette maladie.  

L'artémisia non plus n'a pas fait preuve d'efficacité, malgré les nombreux appels à la nature et à l'exotisme qu'ont lancés les antivaccins à son propos. 

Les deux seules substances qui ont montré des signes d'efficacité sont, ce jour, le Remdesivir et la dexaméthasone. Mais la découverte prometteuse de ces deux traitements n'implique absolument pas le fait de pouvoir se passer de la vaccination. Rappelons que la vaccination a un but préventif.

Le quinzième et dernier argument avancé par la pétition est un modèle d'hypocrisie. Initiative Citoyenne estime que beaucoup d'argent est perdu dans la recherche de vaccins, argent qui aurait pu être investi dans d'autres projets. Eh oui, chers antivaccins, la recherche scientifique réclame du temps et beaucoup, beaucoup d'argent. Cette même recherche scientifique qui, depuis plusieurs décennies, avec plusieurs centaines d'études, avec des centaines de scientifiques mobilisés, avec des millions investis, cherche encore et encore à vérifier si l'autisme est causé par les vaccins. Non, il ne l'est pas. Tout cela, à cause notamment de mythes antivaccins et de l'étude rétractée du fraudeur M. Andrew Wakefield.

Alors, oui il y a beaucoup d'énergie et d'argent mobilisés dans cette quête d'un vaccin. Il est vrai que pour des gens qui nient l'existence même du virus et qui dénigrent systématiquement chaque initiative prise par les pouvoirs publics pour tenter d'enrayer la progression de l'épidémie, cela peut paraître inutile. Mais la réalité est que ce virus existe, qu'il est dangereux et qu'il tue des gens. 

Pour en revenir à la question de l'obligation vaccinale dans le cadre de ce coronavirus, il faut bien se rendre compte qu'il n'existe, à ce stade, aucun élément concret qui fasse penser qu'il y aura une obligation vaccinale généralisée en Belgique. Les spécialistes s'accordent à dire que cette obligation, si il devait y en avoir une, serait de toute façon conditionnée, notamment, à la disponibilité du vaccin et à sa balance bénéfices/risques.

A l'heure actuelle, il n'est pas question d'une obligation appliquée à tous. Le Conseil Supérieur de la Santé (CSS) recommande de vacciner sur "la base des données et des preuves statistiques disponibles :
- Tous les travailleurs du secteur des soins de santé afin de garantir leur santé et leur disponibilité lors d'une éventuelle prochaine vague ou pandémie de COVID-19 ;
- Toutes les personnes âgées de plus de 65 ans ;
- Les patients âgés de 45 à 65 ans présentant les comorbidités suivantes qui risquent de développer une forme grave de COVID-19 : obésité, diabète, hypertension,maladies cardiovasculaires, pulmonaires, rénales et hépatiques chroniques, malignités hématologiques jusqu'à 5 ans après le diagnostic et tous les cancers solides (ou traitements anticancéreux) récents.
D'autres priorités au sein des groupes ci-dessus peuvent être nécessaire si une quantité limitée de vaccins devait être disponible." 

Le CSS indique cependant que l'obligation vaccinale ne relève pas de sa compétence. Ce sera celle du politique. Le politique qui devrait, selon toute vraisemblance, tenir compte de ses recommandations.

Finalement, Initiative Citoyenne s'insurge contre une obligation vaccinale qui n'existe pas. Cette pétition a été créée dans l'unique but de faire du bruit et de mobiliser la peur des gens dans l'incertitude de cette problématique. C'est le même but qui avait motivé leur envoi d'une lettre ouverte à la Première Ministre en avril dernier. C'est du marketing antivax. C'est un prétexte à nous resservir les vieux mythes antivaccins recyclés à la sauce Covid19. C'est un prétexte populiste. Un prétexte qui vise une nouvelle fois à attiser la haine contre les vaccins et contre la science. 

Soyons clairs. Quelques puissent être les éventuelles preuves scientifiques attestant de l'efficacité et de la sécurité d'un vaccin contre le Covid19, le collectif Initiative Citoyenne s'entêtera à les nier en bloc avec l'acharnement qu'on lui connaît. Il poursuivra son intense campagne de désinformation contre n'importe quel bénéfice rapporté à la vaccination. 

A cette heure, la pétition a été signée par plusieurs milliers de personnes. et bien qu'elle parle au nom de belges, on peut voir dans la liste des signataires qu'il y a de nombreux français qui l'ont signée. On voit que les réseaux sociaux ont joué leur rôle.

Pour conclure, il est intéressant de noter que Initiative Citoyenne est encore restée relativement sobre dans ses quinze points d'arguments énoncés. Pourtant, Mesdames Meulemans et Desclée se lâchent sur Facebook, tantôt en niant directement l'existence même du virus, tantôt en invoquant une conspiration mondiale chapeautée par des élites dont ferait bien sûr partie le sataniste Bill Gates, tantôt en fustigeant violemment la technologie de la 5G qui serait responsable de tous les maux de la Terre (en combinaison avec les vaccins bien entendu). Non, dans cette pétition, elles ont décidément voulu se donner l'apparence d'être factuelles. Ce n'est qu'une apparence bien sûr, qui ne convaincra que leurs partisans anti-science et conspirationnistes.

On peut remarquer que les signataires de la pétition ont l'opportunité de laisser un commentaire. On y a fait un tour. Voici les quelques perles qu'on a pu récolter (il y en a de très nombreuses autres). Les noms des personnes sont volontairement cachés, le but n'étant pas de se moquer des personnes, mais bien de leurs "raisonnements" absurdes.

Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir
Cliquez sur les images pour les agrandir

Cliquez sur les images pour les agrandir

N.B. 1 : Si vous souhaitez apporter votre signature à une pétition bien plus pertinente et importante, voici celle d'Oxfam Belgique, en faveur d'un vaccin contre le Covid19 gratuit pour tout le monde.

N.B. 2 : Initiative Citoyenne a lancé une autre pétition pour dire "NON au port du masque obligatoire". Outre le fait qu'elle recourt, notamment, à de la flagrante désinformation et à de nouvelles allusions abjectes au régime nazi, elle utilise les tergiversations du monde politique et de certains scientifique pour attaquer violemment cette mesure de protection de la santé publique. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article