Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Le vaccin Gardasil - Les affirmations erronées et anti-scientifiques de RFK Jr - Partie 1

Récemment, Robert Kennedy Junior a fait de nombreuses affirmations sur le vaccin Gardasil, qui est un vaccin contre le cancer du papillomavirus humain. Bien sûr, il est récemment devenu un ami  à grande gueule des anti-vaccins, ce qui lui a valu d'être réprimandé par sa propre famille pour son aide à "répandre de la dangereuse désinformation sur les médias sociaux et sa complicité à semer la méfiance envers la science des vaccins."

Maintenant, il a décidé de continuer à attaquer le vaccin contre le VPH, en fournissant au monde "25 raisons d'éviter le vaccin Gardasil". Pour une raison inconnue, il préfère diffuser des "informations erronées" sur les vaccins plutôt que de se concentrer sur la santé et la vie des enfants. Je ne comprends pas sa motivation, mais ça me rend malade.

En conséquence, je dois prendre le temps de répondre à ses 25 mensonges sur le vaccin Gardasil.  Cet article couvrira les 12 premiers mensonges - les 13 restants seront discutés dans quelques jours.

Mensonge #1 sur le vaccin Gardasil

"Un placebo est censé être une substance inerte qui ressemble au médicament testé. Toutefois, dans les essais cliniques sur le Gardasil, Merck a utilisé un adjuvant aluminique neurotoxique appelé SHAA (sulfate d'hydroxyphosphate d'aluminium amorphe) au lieu d'un placebo salin inerte."

Voici le début des nombreux hommes de paille avancés par RFK Jr. Il affirme que le sulfate d'hydroxyphosphate d'aluminium amorphe, utilisé comme adjuvant dans certains vaccins pour renforcer la réponse immunitaire, est "neurotoxique". Bien sûr, la vraie science publiée dans de vraies revues scientifiques étudiée par de vrais scientifiques affirme que l'aluminium est sans danger dans les vaccins.

De plus, aucun signal de sécurité concernant la "neurotoxicité" n'a été découvert lors d'immenses études épidémiologiques réalisées sur le vaccin contre le VPH. Aucun.

Bien sûr, RFK Jr pourrait utiliser une étude rétractée comme base de désinformation.

En ce qui concerne le placebo, puisqu'il n'y a eu aucun signal de sécurité concernant la neurotoxicité, son affirmation est un véritable homme de paille - puisqu'il ne dispose d'aucune preuve pour démontrer sa désinformation, il essaie de détourner l'attention sur la manière dont le placebo a été établi. Mais il ne connaît rien aux essais cliniques, il tire sa science-poubelle de son chapeau.

En outre, RFK Jr est obsédé par la toxicité de l'aluminium et la maladie d'Alzheimer - lien totalement rejeté par communauté scientifique. En fait, l'Alzheimer's Society ne mentionne pas une seule fois l'aluminium dans son analyse des facteurs de risque de démence.

Mais revenons-en au mythe du placebo d'étude clinique. Selon un article du loquace Orac, qui sera pertinent pour le mensonge n°2 :

"Examinons le premier mythe, qui est un mythe anti-Gardasil répandu : il est inapproprié de comparer un vaccin contenant de l'aluminium tel que le Gardasil à un adjuvant ne contenant pas les antigènes du vaccin. L'argument est que le meilleur contrôle serait une solution saline normale, c'est-à-dire un contrôle inerte. 

C'est un argument profondément stupide quand vous savez que quelque chose est connu pour être sûr, sur la base de nombreuses études sur de nombreux vaccins au cours de nombreuses années (comme les adjuvants aluminiques). Quand vous avez un tel ingrédient, si vous voulez déterminer si un vaccin contenant cet ingrédient est efficace et sans danger, une excellente façon de le faire est de le comparer à un contrôle contenant tout ce qu'il y a dans le vaccin sauf les antigènes qui produisent la réponse immunitaire.

En d'autres termes, le contrôle uniquement avec adjuvant est un très bon contrôle. Les auteurs de la revue s'efforcent de vous convaincre que la véritable raison pour laquelle ce contrôle a été choisi dans de nombreuses études sur le Gardasil et le Cervarix était de cacher les effets indésirables dus à ces vaccins.

Bien sûr, l'existence d'études à long-terme (comme celle-ci) comparant les vaccins contre le VPH aux contrôles placebo avec une solution saline discrédite ce point de discussion anti-vaccin particulier. En résumé, les deux études comparant les vaccins anti-VPH à des contrôles contenant uniquement des adjuvants et à des solution saline montrent que que le vaccin est à la fois sûr et efficace."

Oh yeah. J'ai oublié de mentionner le fait que le vaccin contre le VPH a effectivement été testé contre des contrôles salins. Merci à Orac, le chirurgien fan de heavy métal.

Mensonge #2

"Parmi les filles et les femmes qui ont reçu le vaccin et parmi les filles et les femmes qui ont reçu le SHAA, un pourcentage étonnant de 2,3% dans les deux groupes ont connu des pathologies indiquant des "troubles auto-immuns systématiques", la plupart peu de temps après avoir reçu le Gardasil."

RFK Jr fait référence à cette étude, publiée dans une revue à faible impact et de qualité marginale. C'est une revue pseudo-systématique, qui tire des conclusions en regroupant tous les chiffres, sans examiner la comparaison entre les groupes tests et les groupes contrôle de chaque étude sous-jacente.

Il s'agit là d'une grave erreur d'analyse, car les auteurs anti-vaccins, critiqués par L'Organisation Mondiale de la Santé, ont cherché des chiffres corroborant leurs conclusions au lieu d'effectuer de véritables analyses systématiques. Ce n'est pas une étude valable sur le vaccin Gardasil.

Bien sûr, notre bon ami Orac, dans l'article mentionné ci-dessous a également critiqué cette affreuse étude : 

"Globalement, il s'agit d'une lamentable revue systématique. Elle est clairement conçue pour pour que la vaccination contre le VPH ait l'air aussi mauvaise que ce que veulent montrer les auteurs, en jouant sur les effets secondaires connus dus aux vaccins anti-VPH, tels que la syncope, en affirmant que les événements indésirables sont largement sous-déclarés, et en citant des papiers d'hurluberlus anti-vaccins comme "preuve" qu'il y a toute sorte de choses horribles causées par le Gardasil dont "ils" ne veulent pas que vous en preniez connaissance. Sans surprise, il se répand dans la sphère hurluberluesque des anti-vaccins. Étonnamment, je ne l'ai pas encore vue sur Natural News. Ça viendra. J'en suis sûr."

C'est cela que vous apporte la pseudoscience : inventez un mythe comme quoi le Gardasil est diabolique, puis faites tout ce qui est en votre pouvoir pour publier une minable "étude" confirmant vos convictions.

Et encore une chose. D'énormes études épidémiologiques n'ont montré aucune lien avec des maladies auto-immunes. En d'autres termes, la vraie science.

Mensonge #3

"De nombreuses études scientifiques associent l'aluminium, non seulement à des maladies auto-immunes, mais également à l'autisme, à la maladie d'Alzheimer, à la démence et à la maladie de Parkinson, ainsi qu'à des anomalies comportementales chez les animaux."

Il n'existe aucune étude épidémiologique solide, répliquée, publiée dans des revues à facteur d'impact élevé qui corroborent ces affirmations. Je suis sûr que RFK Jr s'appuie sur l'étude récemment rétractée sur des moutons qui tentait de démontrer que les adjuvants aluminiques sont liés à l'autisme. Ou sur d'autres "études" (pas de vraies études, juste des articles d'opinion) de pseudoscientifiques discrédités.

En réalité, les études scientifiques revues par des pairs rejettent complètement ces affirmations.

Mensonge #4

"Merck a menti aux participants d'une étude en leur affirmant à tort que les essais cliniques n'étaient pas des études de sécurité, que le vaccin était déjà sûr et que le "placebo" était une solution saline inerte. [Source : The HPV Vaccine on Trial (preuve en photo p. 6 et 12]"

Le professeur Dorit Rubienstein Reiss qui comprend mieux la science des vaccins que RFK Jr a examiné de manière critique le livre cité. Il n'y a aucune preuve. Comme l'a écrit le professeur Reiss à propos du "livre":

"... Il utilise des anecdotes souvent suspectes, sans fondement, empoisonnant le puits, ainsi que des affirmations infondées dans le but de démonter ce vaccin protégeant des millions de personnes du cancer du col de l'utérus. Leurs efforts ne permettent pas de réfuter efficacement les données d'études de grande envergure et le point de vue d'organisations expertes partout dans le monde entier selon lequel les vaccins contre le VPH sont sûrs et efficaces."

Cependant, pour réfuter réellement le mensonge #4, de nombreux essais cliniques sur le vaccin anti-VPH ont effectivement utilisé un placebo. Comme celui-ci, que j'ai revu il y a de nombreuses années. 

Mensonge #5

"Lorsque Merck a mené des essais cliniques sur sa prochaine formulation du vaccin VPH, le Gardasil 9, il a utilisé le Gardasil comme "placebo" dans les groupes de contrôle, comptant à nouveau sur l'absence de placebo inerte pour masquer les signaux de sécurité."

Il s'agit de l'un des mythes les plus ridicules et contraires à l'éthique de la religion anti-vaccin. Les anti-vaccins hurlent que tous les vaccins doivent être testés contre un groupe placebo.

En fait, de nombreux vaccins font l'objet d'essais cliniques en double-aveugle, contre placebo avant d'être homologués. Et cela concerne le vaccin VPH original, comme nous l'avons mentionné ci-dessus.

Cependant, il est contraire à l'éthique de comparer un vaccin à un placebo de solution saline si un vaccin antécédent est disponible. Le Gardasil9 remplace le Gardasil original (qui était quadrivalent), donc le Gardasil devait être évalué par rapport au Gardasil original en ce qui concerne la sécurité et l'efficacité.

RFK Jr et la plupart des anti-vaccins ne comprennent pas ce point fondamental. Il est contraire à l'éthique et immoral d'exposer quelqu'un au risque de maladie s'il existe déjà un vaccin préventif. Aucun clinicien ne participerait à une telle étude.

Aucun Institutional Review Board (IRB), chargé, dans les hôpitaux et les universités, d'examiner et approuver toute étude qui implique l'institution, n'approuverait une telle étude sur les humains. Et la FDA exige que les approbations de l'IRB fassent partie de la demande d'homologation après de la FDA pour les nouveaux médicaments. RFK Jr ne comprend pas ce point - il dit s'intéresser au bien-être des enfants, mais souhaite créer tout un essai clinique qui est pitoyablement immoral.

Mensonge #6

"Les 500 microgrammes d'adjuvant aluminique (AAHS) dans le Gardasil 9 représentent plus du double de la quantité d'aluminium contenu dans le Gardasil; Cela soulève la question de savoir si la forte dépendance du Gardasil 9 à l'égard des essais sur le Gardasil est justifiable."

Premièrement, je ne veux pas me répéter, mais c'est encore un homme de paille parce que de nombreuses études épidémiologiques de grande envergure n'ont montré aucun effet indésirable significatif du vaccin Gardasil, indépendamment de l'aluminium.

Deuxièmement, parlons du point le plus fondamental de la toxicologie : la dose fait le poison. Comment comparer 500 µg d'aluminium à des situations réelles, surtout sachant que l'aluminium est un élément très répandu dans l'environnement ?

Les bébés nourris au sein ingèrent environ 7 mg (ou 7.000 µg pour ceux qui ne sont pas familiers avec le système métrique) d'aluminium pendant leurs six premiers mois. Les nourrissons nourris au lait maternisé ingèrent environ 38 mg (38.000 µg). Les nourrissons nourris au lait de soja ingèrent près de 117 mg (117.000 µg) d'aluminium. En d'autres termes, les bébés reçoivent près de 14 à 234 fois plus d'aluminium par les aliments que dans les vaccins.

L'air lui-même contient beaucoup d'aluminium. Dans une ville, l'air contient 0,4 à 0,8 µg d'aluminium par mètre cube d'air. Un bébé inhale environ 7,2 mètres cube d'air par jour, ce qui signifie qu'il respire de 2,9 à 57,6 µg d'aluminium par jour. Ainsi, un bébé peut avoir entre 1.100 et 10.500 µg d'aluminium juste en respirant au cours de ses six premiers mois de vie, tout comme ce à quoi on pourrait s'attendre des vaccins pendant cette période.

Evidemment, les anti-vaccins prétendent que l'aluminium des vaccins est physiologiquement différent de l'ingestion ou de la respiration de l'aluminium. Il n'y a aucune plausibilité biologique pour une telle affirmation. Et il n'existe aucune preuve solide, revue par les pairs, qui soutienne un tel mythe.

Mensonge #7

"L'Organisation Mondiale de la Santé déclare que l'utilisation d'un vaccin (plutôt qu'une substance inerte) en tant que placebo crée un "inconvénient méthodologique" et note également qu'il peut être "difficile voire impossible" d'évaluer correctement l’innocuité d'un vaccin sans véritable placebo."

Vous voyez ici quelqu'un qui invente une liste qui se répète encore et encore. Nous avons traité ce problème de placebo dans le mensonge #1. A qui faire confiance ? A l'Organisation Mondiale de la Santé, composée de scientifiques dévoués et de responsables de la santé publique, ou RFK Jr, qui répugne sa propre famille ? Je choisis l'OMS.

Mensonge #8

"Dans le seul essai du Gardasil sur le groupe d'âge cible (les filles de 11 à 12 ans) avec un groupe contrôle, moins de 1.200 enfants ont reçu le vaccin et moins de 600 ont servi de témoins. Cet essai unique impliquant moins de 1.800 enfants a préparé le terrain pour la commercialisation ultérieure du vaccin auprès de millions d'adolescentes en bonne santé dans le monde entier."

Non seulement RFK Jr ne comprend pas la science des vaccins, mais apparemment il n'a jamais suivi de cours de statistiques. Les essais cliniques se situent systématiquement sous les 1.000, car on peut démontrer que les résultats sont statistiquement valables à ce stade-là.

C'est un homme politique (bien qu'il ne fasse pas partie de la même classe politique que la plupart des membres de sa famille). Les sondages d'opinion ne requièrent pas, pour être exacts, que soient interrogées des millions de personnes. En fait, de nombreux sondages très précis ne requièrent que quelques centaines de personnes pour représenter tout un pays.

Il n'est pas nécessaire d'avoir un million d'individus dans un essai clinique pour obtenir des résultats statistiquement valables. Et, encore une fois, nous possédons d'énormes études épidémiologiques au moins un million de personnes qui permettent de détecter les moindres effets susceptibles de montrer un problème avec le vaccin contre le VPH. Et, encore une fois, nous n'avons rien trouvé.

Mensonge #9

"Les essais cliniques du Gardasil comportaient de nombreux critères d'exclusion. Les personnes non autorisées à participer aux essais étaient les suivantes : allergies graves, antécédents de résultats anormaux au test de Pap, plus de quatre partenaires sexuels dans la vie, antécédents de troubles immunologiques et d'autres maladies chroniques, réactions aux ingrédients du vaccin, y compris l'aluminium, la levure et la benzonase, ou des antécédents d'abus de drogue ou d'alcool. Pourtant Merck recommande désormais le Gardasil à tous ces groupes."

Cela trahit l'ignorance, intentionnelle ou pas, de RFK Jr sur la construction des essais cliniques. La conception de l'étude doit prendre en compte le plus grand nombre de facteurs possibles, sinon nous obtiendrions des résultats insensés.

Par exemple, quelqu'un souffrant d'allergies graves peut-être contre-indiqué pour un vaccin. Une personne dont les résultats du test Pap sont anormaux peut avoir déjà le VPH (sérieusement, comment ne peut-il pas comprendre ce point basique). Quelqu'un qui a plus de quatre partenaires sexuels au cours de sa vie est déjà à risque d'infection par le VPH.

Un essai clinique approprié doit être mis en place de manière à permettre aux chercheurs de répondre à deux questions simples : cela fonctionne t'il et cela est-il sûr ? S'ils n'ont pas de critères d'exclusion, tout ce que nous obtiendrons sera un énorme fouillis de données sans aucun sens.

RFJ Jr devrait cesser de jouer au scientifique sur internet parce qu'il est vraiment mauvais.

Mensonge #10

"Certains participants à l'étude - mais pas tous - ont reçu des "fiches de rapport" pour enregistrer les réactions à court terme telles que les rougeurs et les démangeaisons. Cependant, les fiches de rapport contrôlaient les réactions pendant à peine 14 jours et Merck n'a pas suivi les participants ayant connu des événements indésirables graves tels que des problèmes systémiques auto-immuns ou menstruels."

Apparemment, RFK Jr, qui ne comprend rien à la recherche clinique, est également ignorant à propos des anecdotes - ce ne sont pas des données. Ses affirmations sur les "effets indésirables graves" sont basées sur un article critiqué de Slate.

Comme en a conclu Vaxopedia à propos de cet article :

"Sous-estimer les risques de maladies évitables par la vaccination tout en essayant de faire peur aux gens à propos des vaccins - c'est ce qui fait de vous un anti-vaccin."

En outre, la causalité ne peut être déterminée au delà de quelques jours. Après cela, la précision de telles données devient de plus en plus inutiles. Et, puisque RKF Jr utilise uniquement des anecdotes, et non de la vraie science, il n'y a rien à voir ici.

Mensonge #11

"Les participants lésés se sont plaints du fait que Merck ait refusé leurs tentatives de déclaration d'effets secondaires indésirables. Dans nombre de cas, Merck a affirmé que ces "cas n'étaient pas liés aux vaccin"."

Une fois de plus RFK Jr fait référence à l'article de Slate (il essaie de faire une liste de 25 arguments, il se répète). J'imagine que Merck a "refusé" leurs efforts parce qu'ils savaient qu'ils faisaient partie du groupe contrôle.

Néanmoins, je le répète encore une fois : d'énormes études épidémiologiques impartiales n'ont rien révélé. Et la FDA n'a trouvé aucun acte délictueux non plus.

Mensonge #12

"La moitié (49,6%) des sujets de l'essai clinique ayant reçu le Gardasil ont signalé des problèmes de santé graves dans les sept mois qui ont suivis. Pour éviter de classer ces dommages comme événements indésirables, Merck les a qualifié de "nouveaux problèmes médicaux"."

Encore une fois, cela démontre son manque total de compréhension des essais cliniques. Bon nombre des "problèmes médicaux graves" n'étaient tout simplement pas liés au vaccin. Il n'existe aucune logique scientifique raisonnable permettant de lier le vaccin à ces problèmes.

En outre, comme de nombreux autres facteurs de confusion se présentent au cours d'une telle période, tels que des problèmes de santé qui surviennent parce que d'autres problèmes de santé surviennent tout  le temps chez les individus, il est presque impossible de déterminer la causalité. C'est la raison pour laquelle les études post-marketing sont utilisés - elles continuent à surveiller les résultats à court et à long-terme.

Et je suis sûr d'avoir déjà mentionné cela : d'immenses études épidémiologiques, sans limite de temps, n'ont rien montré en ce qui concerne le vaccin Gardasil.

Eh bien, voilà qui est fini pour cet article, sinon je dépasse les 15.000 mots. Nous reviendrons sur les 13 derniers mensonges dans quelques jours. J'ai besoin de me reposer et de me remettre de ces non-sens.

Références

Publié par Skeptical Raptor, le 29/05/2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article