Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Corvelva présente une fausse "étude" sur le VPH - Les antivax vont danser dans les rues

Publié par Skeptical Raptor, le 18/02/2019

Nous y revoilà ! Le groupe italien anti-vaccin Corvelva a sorti une étude pseudoscientifique ridicule sur les vaccins. Leur première salve ratée a tenté de montrer que le vaccin Infarix Hexa, qui protège les nourrissons contre la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, l'hépatite B, la polio et l'Haemophilus influenzae B (Hib), ne contient pas d'antigènes contre ces toxines, virus et bactéries.

Bien entendu, cette étude était un crottin de cheval absolu, car Corvelva n’a fourni aucune transparence scientifique, aucun examen par des pairs, aucune donnée et aucune substance utilisée par la vraie science. A ce que je sache, pas un seul grand organisme national d'évaluation des médicaments n'a passé plus d'une nanoseconde à examiner ses affirmations factices, car elles ne se présentent pas sous la forme de véritables recherches scientifiques.

Mais comme les zombies, ils reviennent toujours d'entre les morts, donc un bon scientifique comme cet ancien dinosaure doit continuer à rester vigilant. Cette fois, les zombies de Corvelva sont de retour avec une "étude" pseudoscientifique sur le vaccin contre le VPH, l’un des rares moyens de prévenir réellement le cancer dans ce monde.

Alors, en tant que combattants de zombies anti-vaccins sur Internet, passons à l’action.

Qui sont les zombies de Corvelva ?

Pour être honnête, toute institution de recherche respectable rencontre certaines normes minimales de notabilité. Généralement, cela signifie qu’elle possède une page Wikipedia, puisque cette encyclopédie en ligne a une définition assez large de la notion de notabilité. Par conséquent, si Corvelva faisait quoi que ce soit d’important, vous pourriez le trouver. Mais non, ils n’existent pas sur Wikipedia, du moins à ce jour.

Je suis rédacteur sur Wikipedia, donc peut-être devrais-je l’écrire, car il faudrait que ce soit totalement neutre, et qu’ils ne puissent pas promouvoir leur pseudoscience. Et nous pourrions décrire leur pseudoscience.

Leur site web est quasi à 100% en italien, il est donc difficile de bien comprendre ce qu’ils font ou ne font pas. Mais, autant que je sache, il s’agit d’une véritable poubelle anti-vaccin et anti-science.

Ils écrivent sur la façon dont l'incroyable Hulk, Lou Ferrigno, a dû se rendre à l'hôpital après avoir reçu le vaccin contre le pneumocoque. Selon une analyse approfondie effectuée par Orac le sceptique, "ma meilleure hypothèse est qu'il a eu une très mauvaise réaction locale ou un hématome et est allé aux urgences. Pour une raison quelconque, il semble qu'il ait été brièvement admis à l'hôpital. Rien de cela n'a mis sa vie en danger, ni ne justifie de ne pas vous faire vacciner conformément au calendrier recommandé par les CDC." En d'autres termes, il ne s'est rien passé, mais Corvelva en fait la publicité parce qu'ils sont anti-vaccins. 

En outre, Corvelva mentionne plusieurs fois Sheri Tenpenny. Tenpenny est un médecin fou qui diffuse des mensonges sur les vaccins, malgré l’absence de preuves publiées pour supporter ses affirmations. Tenpenny, qui n'a aucune formation, publications ou antécédents dans la recherche dans aucun domaine scientifique lié aux vaccins, est un des favoris de ce fou ultra-conspirationniste qu'est Alex Jones.

Je vois plusieurs autres articles sur le site qui représentent les croyances et le dogme de la religion anti-vaccinale. Ils semblent également soutenir le gouvernement italien actuel, qui est dangereusement anti-vaccin, et le Sénat italien a récemment mis fin à la loi sur la vaccination obligatoire.

Si cela n’est pas clair pour le lecteur, permettez-moi de l'être maintenant, Corvelva est un groupe anti-vaccin très partial. Ils ne sont pas un groupe scientifique attaché à une institution académique ou gouvernementale, qui pourrait au moins leur donner une apparence d’objectivité.

Un méta regard sur l'étude de Corvelva

Parce que nous n’avons pas accès au matériel et aux méthodes utilisés dans cette «étude», nous ne pouvons critiquer que ce que nous voyons. Peut-être qu’ils publieront quelque chose de supplémentaire dans une revue prédatrice, alors nous pourrons en rire à nouveau. Mais regardons les points les plus importants :

1. Corvelva est, à tous points de vue, un groupe anti-vaccin très partial - apparemment, ils feront tout ce qui est en leur pouvoir pour trouver des preuves, qu’elles soient valides ou non, quelle que soit leur qualité, pour "prouver" que les vaccins ne sont ni sans danger ni efficaces. Oui, ce sont les arguments avancés par la religion anti-vaccin à propos de toute étude issue de la vraie science sur les vaccins. Cependant, et c'est la plus grande différence, un vrai scientifique publie ses travaux dans de véritables revues à comité de lecture qui permettent une transparence totale. Ce n'est pas ce que nous voyons ici.


2. Bien sûr, s’ils disposaient de preuves scientifiques convaincantes pour étayer leurs affirmations, ils les publieraient dans l’une des nombreuses revues à comité de lecture respectées qui se réjouiraient de publier leurs conclusions. Il s’agit de la troisième «étude» qu’ils ont mise en ligne au cours des derniers mois, rien n'a été publié dans une revue à comité de lecture. Si l'on omet la qualité abyssale de leur méthodologie, leurs résultats seraient incroyables. Bien sûr, elle n'aurait jamais réussi l'examen par les pairs d'un journal de premier plan.


3. Où sont les noms des scientifiques qui ont mené l'étude et dirigé les recherches ? Où sont les citations qui corroborent les affirmations de ces «chercheurs» ? Où est la discussion détaillée sur la manière dont les marqueurs d'ARN et d'ADN, qui ont été détectés, peuvent être liés aux organismes vivants ? C'est ce que nous trouverions dans un article revu par des pairs, une longue discussion qui établit les fondements des résultats.

Un coup d'oeil sur les résultats

1. Aucun groupe-contrôle. Il ne semble pas qu'ils aient utilisé de contrôles. La contamination des ADN / ARN pourraient avoir été causée par les pipettes, les récipients, les tubes Eppendorf, la verrerie, le support, l'eau et les équipements. Tout ADN / ARN doit avoir des contrôles méticuleux. Corvelva a peut-être utilisé des contrôles, mais ils ne les ont pas montrés, donc tout ce que je peux supposer, c’est que soit ils me mentent, soit ils sont incompétents, ce qui ne me donne aucune confiance en leurs résultats. En outre, une partie de cet ADN et de cet ARN semble provenir de micro-organismes que l’on trouve normalement chez l’homme, comme par exemple chez le personnel de laboratoire.


2. Admettons qu’il y ait une contamination par l’ADN et l’ARN dans les vaccins. Cela va dans le sens de la peur généralisée des gens pour les «produits chimiques». Il y a de l'ADN et de l'ARN dans chaque chose que nous consommons. Chaque épi de maïs, chaque feuille de chou frisé, chaque morceau de steak et chaque verre de lait contiennent des milliards et des milliards de brins d'ADN et d'ARN. Ce n’est que si vous rêvez et souscrivez à l’argument de la solution parfaite, c’est-à-dire que si elle n’est pas parfaite, alors la solution est à jeter, croiriez-vous que tout processus de fabrication pourrait éliminer 100% de l’ADN et de l’ARN. De plus, l’ADN et l’ARN ne feront rien. Ils ne vont pas se répliquer, il n’y a que quelques paires de bases. Ils ne s’intégreront pas comme par magie dans une cellule du corps.


3. Ils affirment qu'il y a 4,5 millions de fragments d'ADN dans un échantillon. Ça fait peur, non ? Eh bien, une cellule moyenne contient plus de 5 milliards de paires de bases d’ADN, ce qui représente environ 1% d’une cellule. En d’autres termes, c’est une quantité si insignifiante qu’elle n’a aucune signification biologique. Si Corvelva produit des résultats précis, et je n'y crois pas vraiment, le vaccin contre le VPH contient suffisamment d’ADN pour correspondre à 0,00000001% de l’ADN du corps humain. C'est pourquoi les mathématiques et la biologie importent - la pseudoscience préfère recourir à des techniques pour créer la peur. Et rappelez-vous, rien ne prouve que ces fragments d'ADN et d'ARN aient un effet sur les humains. Aucun.


4. Aucune analyse statistique. De nouveau, étant donné qu’il n’y a pas de contrôle, nous n’avons pas d’analyse permettant de déterminer s’il existe une différence significative entre l’échantillon et le contrôle.


5. En parlant d’échantillons - encore une fois, ce n’est pas clair (et je suis ouvert à ce que quelqu'un clarifie cela pour moi), il semble qu’ils aient échantillonné 1, 2 ou 3 flacons de vaccin. C'est tout. Admettons que leur étude soit correcte (et je n’ai aucune idée si c’est le cas). Peut-être qu'ils ont reçu beaucoup de vaccins. Peut-être n’ont-ils pas ouvert correctement le flacon du vaccin. J'en sais rien, mais avec un échantillon de n = 1, 2 ou 3, ce n’est pas de la science. C’est essayer d’inventer des données pour marquer le coup.

Franchement, j'ai abandonné à ce stade-ci. Cette "étude" n'a aucun sens, elle ne contient aucun détail, et aucune information ne peut être utilisée comme preuve.

Résumé

Cette nouvelle étude de Corvelva est juste un immonde déchet puant.

Si Corvelva et les charlatans anti-vaccin veulent nous montrer quelque chose sur le vaccin anti-HPV, alors qu'ils financent une vaste étude de cas-contrôle ou une étude prospective de cohorte menée par un organisme universitaire et / ou gouvernemental impartial. Ensuite, qu'ils publient les résultats dans une vraie revue.

Cette merde bovine est publiée dans un fichier pdf. Il manque une revue du matériel et des méthodes utilisées. Il manque des citations robustes. Il manque une analyse statistique. Il manque d'être publié dans une vraie revue. Il manque tout ce qui pourrait la rendre substantielle et utile.

Ce n’est que de la pseudoscience d’un groupe anti-vaccin. C'est tout.

Bien entendu, nous disposons de preuves substantielles que le vaccin contre le VPH est extrêmement sûr et très efficace dans la prévention du cancer. Ils ignorent les données publiées dans de véritables revues à comité de lecture pour faire en avant leur idéologie. Mais peut-on vraiment attendre autre chose de la part des anti-vaccins ?

 

Voir aussi :

Faut-il s'inquiéter du "vaccingate" mis au jour par Corvelva ?

Le vaccin anti-HPV prévient le cancer, en dépit des doutes, incertitudes et de la peur des antivaccins

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bracq 03/06/2019 09:22

Merde, puant, moisi, zombi, .... Que des arguments scientifiques de haute qualité !
Evidemment, vous avez déjà eu connaissance des dossiers de libération de lot des vaccins. Publiez en et vous serez crédibles, si les informations contenues sont à la hauteur de la sécurité attendue.