Ceci n'est pas Initiative Citoyenne

Le vaccin Gardasil - Les affirmations erronées et anti-scientifiques de RFK Jr - Partie 2

J'ai récemment écrit un article sur les 25 affirmations fausses de Robert F Kennedy Junior qui vont à l'encontre des faits et de la science du vaccin contre le VPH - parce que c'est bien ce que fait la communauté anti-vaccin.

Comme je l'ai mentionné, il est récemment devenu un compagnon anti-vaccin à grande gueule, réprimandé par sa propre famille pour avoir contribué "à répandre une dangereuse désinformation sur les réseaux sociaux et est complice de répandre la méfiance envers la science derrière les vaccins."

Dans l'article de RFK Jr, il y avait 25 mensonges, j'ai couvert les 12 premiers dans un précédent article. J'aborderai maitenant les 13 autres en rappelant les faits sur le vaccin contre le VPH.

Mensonge #13

"L'âge médian du décès par cancer du col de l'utérus est de 58 ans. Le Gardasil cible des millions de préadolescents et d'adolescents en bonne santé pour qui le risque de décès par cancer du col de l'utérus est pratiquement nul. Les interventions auprès de personnes en bonne santé doivent avoir un profil de risque pratiquement nul."

Encore une fois, RFK Jr montre son ignorance de la science et des soins de santé, en particulier du traitement du cancer. Le cancer ne s'active pas par un interrupteur on/off, un des nombreux mythes mis en avant par les personnes ignorantes de cette maladie.

Le VPH est associé à 43.000 cancers par an aux Etats-Unis (avec des chiffres similaires dans d'autres régions du monde). le VPH ne provoque pas l'apparition d'un cancer lié au VPH du jour au lendemain - cela peut prendre des décennies. La prévention du VPH doit avoir lieu AVANT que l'adolescent ait une probabilité de contracter le virus.

De tous les mensonges mis en avant par RFK Jr à propos du vaccin contre le VPH, c'est peut-être le plus idiot. Il n'a aucune idée de la façon dont le cancer apparaît chez l'homme. Et il fait cette affirmation non scientifique ridicule en plaçant les jeunes femmes au risque du cancer.

Et encore une chose : le VPH ne concerne pas uniquement le cancer du col de l'utérus chez les femmes. Bien que les premiers symptômes des infections à VPH ne soient pas graves et que de nombreuses infections à VPH se résolvent sans dommage à long-terme, les infections à VPH ont un lien causal avec de nombreux types de cancers chez les hommes et les femmes. Selon les recherches médicales actuelles, voici certains des cancers liés au VPH chez les femmes et les hommes :

En outre, il existe des preuves que les infections à VPH sont liées de manière causale aux cancers de la peau et de la prostate. Le lien avec le cancer de la peau est encore préliminaire, mais il existe des preuves bien plus solides que le VPH est lié de nombreux cancers de la prostate.

Apparemment, RFK Jr n'a aucune compréhension ou de connaissance des faits sur le vaccin VPH. Il devrait être gêné d'écrire ces mensonges. Mais on sait qu'il ne l'est pas.

Mensonge #14

"Les décès annuels dus au cancer du col de l'utérus aux Etats-Unis sont de 2,3/100.000. Le taux de mortalité dans les essais cliniques du Gardasil était de 85/100.000, soit 37 fois plus élevé que celui du cancer du col de l'utérus."

Tout d'abord, encore une fois, RFK Jr n'a aucune idée de ce qu'est le VPH et le cancer. Oui, le taux de mortalité par cancer du col de l'utérus est faible, il semble penser que 2,3 décès ne sont pas importants. Quoi ?

Je pense que son monde privilégié a le droit de penser qu'il y a trop peu de décès par cancer pour être prévenu par un vaccin sûr. 

Deuxièmement, il utilise les statistiques à mauvais escient pour atteindre l'objectif d'ignorer les faits sur le vaccin contre le VPH. Oui, le taux de mortalité est de "seulement" 2,3 pour 100.000 personnes. Mais ce n'est pas ce qui compte. La question critique est que plus de 30% des femmes qui contractent un cancer du col de l'utérus en meurent. Pourquoi RFK Jr ignore ce fait ?

Troisièmement, il utilise mal le taux de mortalité des essais cliniques du Gardasil. Tous ces décès dans les essais cliniques n'étaient pas liés au vaccin. Certains d'entre eux avaient eu un accident de la route - et si vous voulez lier morts de la route au vaccin anti-VPH, vous avez intérêt à e fournir des données scientifiques à cet égard.

Cela rappelle le manque total de compréhension des essais cliniques par RFK Jr.  Par règlement, chaque mort de patient dans l'essai clinique, qu'elle soit liée au vaccin ou non, doit être signalée. D'autre part, les analyses (pdf) de toutes les études cliniques et épidémiologiques du vaccin contre le VPH montrent qu'il n'y avait pas de différence en termes d'effets indésirables graves, y compris le décès, entre le groupe étudié et le groupe témoin.

RFK Jr peut inventer ses propres mensonges sur le Gardasil, mais les faits sur le vaccin contre le VPH sont des faits.

Mensonge #15

"Avec 76 millions d'enfants vaccinés au coût moyen de 420 dollars pour la série de 3 doses de Gardasil, le coût pour sauver une vie du cancer du col de l'utérus aux Etats-Unis s'élève à environ 18,3 millions de dollars. En revanche, la valeur d'une vie humaine selon le département des Health and Human Services (HHS) du National Vaccine Injury Compensation Program est de 250.000 dollars - le montant maximum que le programme gouvernemental allouera pour un décès lié au vaccin."

C'est une comparaison ridicule basée sur des chiffres que RFK Jr sort de nul part. Il crée un homme de paille qui prouve que le NVICP ne valorise la vie qu'à 250.000 dollars après une "blessure de vaccin". Bien qu'il n'y ait aucune publication scientifique publiée qu'un vaccin a été lié à un décès au cours des 25 dernières années, RFK Jr veut nous faire croire que la vie vaut peu, comparé au coût des vaccins.

En outre, aucune enfant aux Etats-Unis ne dépense un centime pour le vaccin contre le VPH - légalement, tous les américains âgés de moins de 18 ans ont le droit de bénéficier gratuitement du vaccin contre le VPH de par l'assurance-maladie de leurs parents, de Medicaid, ou du Vaccines for Children Program. Bien sûr le vaccin n'est pas gratuit pour le contribuable américain, mais le coût de la prévention des cancers dangereux pèse lourdement sur les individus.

Ce qu'il ignore, c'est le coût énorme du cancer du col de l'utérus. Chaque cas de cancer peut coûter entre 4.000 et 40.000 dollars, selon la manière dont il doit être traité. De plus, cela n'inclut pas la perte de revenu, la perte de productivité et les coûts psychologiques liés au diagnostic de cancer.

Encore une fois, son privilège est visible.

Mensonge #16

"Selon la notice du Gardasil, les femmes ont 100 fois plus de risques de souffrir d'un effet indésirable grave après la vaccination Gardasil qu'elles ont de contracter le cancer du col de l'utérus."

Apparemment, RFK Jr ne comprend pas comment lire une notice. Le simple fait qu'un événement indésirable soit inscrit dans la notice ne signifie pas qu'il soit réellement lié au vaccin contre le VPH. Les notices sont presque inutiles, à l'exception de quelques paragraphes-clés, et les effets indésirables n'en font pas partie.

Et encore une chose - la recherche scientifique robuste, encore encore, n'a montré aucune différence d'effets indésirables entre les individus vaccinés et non vaccinés. Mais c'est de la science, et RFK Jr a dû en brosser des cours.

Mensonge #17

"Les risques de contracter une maladie auto-immune à cause du Gardasil, même en envisager que le vaccin fonctionne, sont 1.000 fois plus élevés que les risques d'échapper à la mort à cause du cancer du col de l'utérus."

Non. Une vaste étude menée sur près de 2 millions de patients n'a montré aucune différence de risque de trouble auto-immuns entre le groupe vacciné contre le VPH et la population en général.

Mensonge #18

"Les femmes participant aux essais cliniques sur le Gardasil avec une infection au VPH existante et une exposition antérieure au VPH avaient un risque accru de 44% de développer des lésions cervicales ou un cancer après la vaccination."

Encore une fois, non. En réalité, de vastes études épidémiologiques ont montré une réduction des lésions précancéreuses du col de l'utérus dans les groupes vaccinés par rapport aux groupes non vaccinés. Cette confiance excessive placée sur les notices démontre la paresse et la naïveté scientifique de RJK Jr.

Mensonge #19

"Les femmes qui reçoivent le Gardasil à l'âge de la préadolescence ou à l'adolescence sont plus susceptibles d'ignorer le dépistage du cancer du col de l'utérus à l'âge adulte, en supposant à tort que la vaccination contre le VPH remplace le dépistage et que le vaccin éliminera tous les risques."

RFK Jr n'a pas réussi à lire l'étude. Premièrement, l'étude portait sur une population "mal desservie" ayant un accès limité aux services de soins de santé tels que le dépistage du cancer du col de l'utérus.

Deuxièmement, les receveurs plus âgés du vaccin étaient très motivés à subir un dépistage du cancer du col de l'utérus. Les auteurs ont déclaré que "les femmes vaccinées avec trois doses et dépistées à 21 ans ou plus avaient le taux de dépistage le plus élevé avec 84%, prédisant une multiplication par six de la participation au dépistage par rapport à ceux n'ayant reçu le vaccin."

Cet article n'indique pas que le vaccin contre le VPH est lié au non-dépistage du cancer du col de l'utérus. Cela ressemble plus à une mise en cause des services de santé pour les femmes défavorisées. En outre, soyons clairs sur un point : le dépistage du col de l'utérus ne prévient pas le cancer. Le vaccin contre le VPH le fait.

Mensonge #20

De nombreuses preuves suggèrent que le Gardasil peut avoir des effets indésirables graves sur la fertilité, notamment une fausse couche et une insuffisance ovarienne prématurée.

Ces affirmations sont basées sur de la science-poubelle rédigée par un professeur de finance, Gayle DeLong. Mon fan préféré de heavy metal, Orac, a écrit cet article sur DeLong. Ses commentaires précis sur son besoin d'être citée ici :

"Nous avions déjà rencontré Gayle Delong, pour la première fois en 2011, lorsqu'elle avait publié un article sur l'erreur écologique qui tentait de montrer que les vaccins causent l'autisme. Puis, un an plus tard, elle a publié un article tout aussi crédible sur les "conflits d’intérêts" dans le domaine de la science des vaccins, qui était en réalité une attaque contre le Vaccine Court. Ensuite, en 2014, Delong a imputé à son diagnostic de cancer du sein l’autisme de son enfant et a clairement indiqué qu’elle le considérait l'autisme comme quelque chose de pire que le cancer du sein. Il faut savoir que Gayle Delong n’est ni scientifique, ni médecin, ni épidémiologiste.

… Rien de tout cela ne l’a empêchée de pagayer courageusement sur le fleuve de la pseudoscience sur des sujets où elle n’a aucune expertise."

C'est un charlatan adepte de pseudoscience et son "article" ne comprenait pas de science, ais bien un ensemble d'opinions décousues. Orac a écrit un autre article sur DeLong :

"Maintenant que nous avons établi que l’article du Dr DeLong est une propagande anti-vaccin extrêmement biaisée, je vais conclure sur la différence entre un anti-vaccin et un scientifique. Quelles que soient les affiliations de DeLong, un vrai scientifique examinera ses arguments et déterminera s’ils tiennent la route, ce que j’ai essayé de faire ici même dans ce billet de blog. S'ils tiennent la route, ce scientifique pourrait être persuadé. Les arguments de DeLong, sans surprise, ne persuadent pas."

Et "l'insuffisance ovarienne prématurée" n'est pas liée au vaccin contre le VPH. C'est de la vraie science qui le montre, en comparaison aux trois (oui, 3) personnes qui ont fait l'objet d'une étude de Lucija Tomljenovic, auteure de plusieurs études rétractées et du cinglé anti-vaccin, Yehuda Shoenfeld, pour renforcer leur parti pris contre le vaccin contre le VPH.

Mensonge #21

"Merck n'a jamais testé le vaccin pour déterminer ses effets sur la fertilité. Cependant, les essais cliniques du Gardasil et du Gardasil9 ont montré des niveaux élevés de fausse couche spontanée de respectivement 25% et 27,4% - significativement plus élevé que les taux de base dans ce groupe d'âge reproducteur."

Nous y revoilà encore. Abus de notice. Les taux de fausse couche de 25% et 27,4% sont issus des notices du Gardasil - mais RFK Jr ignore la phrase suivante, qui dit que le taux de fausse couche est en réalité plus élevé chez les contrôles non vaccinés des études cliniques, et est ensuite comparé à une autre étude qui n'a rien à voir avec le Gardasil.

Une des pires erreurs que l'on puisse commettre en science est d'utiliser les données d'une expérience et de les comparer à celle d'une étude complètement différente ayant des méthodologies complètement différentes. C'est encore une fois une démonstration de scientifique amateur.

Les faits sont que, dans l'étude clinique utilisée pour la notice, le taux de fausse couche entre le groupe vacciné et le groupe non vacciné était statistiquement le même.

Mensonge #22

"Le polysorbate 80 et le borate de sodium (Borax) sont associés à l'infertilité chez des animaux. Les deux sont des ingrédients du Gardasil, et les deux étaient présents dans le seul protocole d'essai clinique qui prétendait utiliser un placebo bénin de solution saline."

RFK Jr devrait étudier la toxicologie car il manque clairement de connaissances scientifiques. Je parie que c'est la même chose avec toutes ses connaissances scientifiques, qui sont proches de zéro.

Chaque dose de vaccin contre le VPH comprend environ 50 µg de polysorbate 80 et 35 µg de borate de sodium. Juste pour ceux qui ne connaissent pas le système métrique, un microgramme ou µg, correspond à un millionième de gramme. 

En toxicologie, c'est la dose qui fait le poison. Notre monde compte littéralement des milliards de produits chimiques, dont la plupart sont minuscules. La dose est importante - si elle est inférieure à un seuil, elle n'a aucun effet. Et à mesure que nous augmentons la dose, on remarque un effet augmentant lentement. Ces produits chimiques ne fonctionnent pas avec un interrupteur on/off, où juste un peu est suffisant pour avoir un effet toxique.

Le polysorbate 80 est ajouté à certains vaccins pour stabiliser la solution. Sans cela, la solution pourrait endommager l'antigène (dans ce cas-ci, le virus du VPH), le rendant ainsi moins capable de créer une réponse immunitaire. Il est utilisé dans de nombreux médicaments aqueux, tels que les poches pour perfusion en intraveineuse, dans les larmes artificielles destinées aux porteurs de lentille et dans les crèmes glacées.

Son profil de sécurité est remarquable à des doses bien supérieures à celles contenues dans les vaccins. Une vaste étude toxicologique chez les rats (le seul moyen éthique de mener des études toxicologiques, au cas où vous vous poseriez la question), la plus grande dose de 50g (environ 1.000.000 x plus que dans les vaccins) était généralement sans danger.

Quant au borate de sodium, il est utilisé dans les vaccins pour maintenir le pH de la solution. Toute augmentation ou diminution importante du pH pourrait déstabiliser le vaccin, ce qui réduirait considérablement à son efficacité. Pour revenir à la dose fait le poison, la dose mortelle du borate de sodium est d'environ 2,66g/kg, soit environ 100g pour un adolescent moyen. Cela représente environ 3 millions de fois la dose contenue dans un vaccin.

Je sais que les math et la toxicologie sont des matières compliquées pour RFK Jr, mais essayer d'écarter les faits relatifs au vaccin contre le VPH avec de la matière fécale bovine est risible.

Mensonge #23

"En 2015, le Danemark a ouvert cinq nouvelles "cliniques du HPV" pour soigner les enfants endommagés par le Gardasil. Plus de 1.300 cas ont inondé les cliniques peu après leur ouverture."

C'est ce que l'on appelle une anecdote, pas de la science. Qui se soucie du nombreuses de personnes ayant fréquenté ces "cliniques" pour confirmer leurs biais contre le vaccin. A propos, d'énormes études épidémiologiques menées au Danemark ont montré que les vaccins contre le VPH sont sans danger. C'est de la vraie science.

Mensonge #24

"Depuis que le Gardasil est arrivé sur le marché américain en 2006, plus de 450 décès et plus de 61.000 maladies graves liées au vaccin anti-VPH ont été signalés au système de notification des effets indésirables des vaccins (VAERS)."

La plongée dans le benne à ordures qu'est la base de données VAERS, qui ne peut être utilisée pour établir un lien de causalité avec les vaccins, n'est utilisée par aucun épidémiologiste sérieux ou scientifique de la santé publique comme méthode pour déterminer s'il y a un problème avec les vaccins. Il peut être utilisé comme "signal" pour de potentiels problèmes, mais cela doit être confirmé par une étude clinique ou épidémiologique.

Et devinez quoi ? Nous possédons un grand nombre d'études cliniques et épidémiologiques de grande envergure qui montrent qu'il n'y a pas de lien entre les vaccins contre le VPH et les "troubles médicaux graves". Les faits sur le vaccin contre le VPH semblent indiquer que le vaccin est extrêmement sûr. 

Mensonge #25

"Merck a menti au VAERS à propos de la mort de Christina Tarsell, en prétendant à tort que son médecin a tenu le virus responsable au lieu du Gardasil."

Je ne sais pas comment Merck a pu "mentir" au VAERS, qui n'est qu'une base de données, mais discutons de la mort de Christina Tarsell. Dans un article rédigé par le professeur Dorit Rubinstein Reiss au sujet du procès Tarsell devant le NVICP, la décision initiale de l'avocat spécialisé, qui s'est prononcé contre les plaignants, a été infirmée en appel.

La décision finale était basée sur des problèmes juridiques viciés, négligeant complètement la charte du NVICP sur la façon d'appréhender le lien de causalité. Ils ont également une "hypothèse" scientifiquement non étayée, provenant du susmentionné Shoenfeld, qui n'a aucune base logique ou scientifique.

En substance, la décision reposait sur des hypothèses biologiquement invraisemblables. Puisque Merck n'a aucune responsabilité et n'est en rien associé aux décision du NVICP, et que cette décision n'a aucune crédibilité scientifique, peu importe si Merck a "menti" au VAERS. Et de toute façon, ils ne peuvent pas "mentir" à une base de données.

Comme le professeur Reiss l'a écrit dans sa conclusion :

"Mme Tarsell a perdu sa jeune fille, ce qui a été une vraie tragédie. Je ne rechigne pas d'avoir été indemnisée, mais la décision dans l'affaire Tarsell III est clairement en contradiction avec l'évaluation minutieuse de l'avocat spécialisé des preuves apportées dans l'affaire Tarsell I, qui reposaient sur une théorie très peu convaincante sur la causalité et s'appuyaient sur plusieurs directives juridiquement problématiques imposées par le Juge Williams dans l'affaire Tarsell II. Cette décision ne prouve pas l'affirmation selon laquelle les vaccins contre le VPH administrés dans cette affaire ont contribué au décès malheureuse de Christina. Le contenu de la décision de l'avocat spécialisé dans l'affaire Tarsell III suggère tout le contraire."

Résumé des faits sur le vaccin contre le VPH

Voilà, c'était le dernier des 25 mensonges de la liste de Robert F Kennedy Jr sur le vaccin contre le VPH. Tous les arguments qu'il a présenté ont été réfutés par des faits sur le vaccin anti-VPH.

Le vaccin contre le VPH est manifestement sans danger. C'est un fait.

Le vaccin contre le VPH prévient les infections du VPH. C'est un fait.

Le vaccin contre le VPH réduit le risque de cancers liés au VPH. C'est un fait.

RFK Jr a montré un mépris total pour la santé des enfants et des futurs adultes. Il a décidé de mentir sur un vaccin anticancéreux pour encourager ses syphocants et les fanatiques anti-vaccins.

Tout ce qu'il cherche à faire, c'est pousser à la peur, l'incertitude et le doute, sans science, ni logique. Mais ce qu'ils font tous.

Références

Publié par Skeptical Raptor, le 03 juin 2019

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article